malise
25 avril 2012
Espérer une fille …

En lisant le billet de Marjoliemaman à propos du sexe de son troisième enfant, je me suis demandée ce que je souhaiterais avoir si nous décisions un jour d’agrandir la famille.

Et de façon presque certaine, je crois que je répondrais une fille.

Au début de ma première grossesse, j’étais persuadée d’attendre une fille.

Je ne sais pas pourquoi, mais parfois je me dis que c’est un peu à cause du schéma familial que j’avais en tête, ma Grand-Mère ayant eu une fille puis un garçon, et ma Mère une fille puis un garçon également. Et peut-être un peu aussi parce que ma Maman n’est plus là… Non, je ne sais pas pourquoi…

A chaque fois que je me projetais, c’était avec une petite fille, et les seuls prénoms que je regardais étaient féminins…

A la visite du 4ème mois, mon obstétricienne nous a demandé si nous voulions connaître le sexe. Comme c’était notre souhait, elle nous a révélé que nous attendions certainement un garçon, mais qu’elle ne pourrait nous le dire avec certitude qu’à la visite suivante…

Je n’ai pas été déçue, bien au contraire. Pour un premier enfant, cela n’avait pas d’importance, et je voulais avant tout que tout se passe bien. Pourtant, quelque part, je crois qu’on fond de moi je me suis dit qu’elle s’était trompée, puisque j’ai continué à réfléchir à des prénoms de filles…

Mais non, c’était bel et bien et garçon, et le plus beau des Loulous a débarqué dans notre vie.

Seize mois plus tard, nous décidions de mettre le deuxième en route, en nous disant que ce serait bien d’avoir une fille, pourquoi pas ? Pour équilibrer la balance, pour connaître les deux versants de la parentalité, pour tout un tas de raisons en fait…

Là, bien entendu, j’ai foncé sur google pour essayer de voir quels étaient les « remèdes » pour avoir une fille de façon certaine.

Entre les régimes miracles, les calendriers d’ovulation des jours « fille » payants, les lavages pour acidifier la flore vaginale, la surconsommation recommandée pour fatiguer Monsieur, les jours à respecter et ceux à éviter, je peux vous dire qu’internet ne manque pas de conseils…

… que je n’ai pas exploités, non par envie (enfin, ça dépend desquels!), mais par chance : juste au moment où nous prenions cette décision, j’avais ma visite annuelle chez ma gynécologue, qui  me dit « Si vous voulez un bébé, c’est aujourd’hui! »

Ok, merci, nous avons suivi son conseil… et je suis tombée enceinte! Une chance incroyable, même!

Et, cette-fois là, j’étais persuadée d’attendre un garçon.

Mêmes symptômes que la première fois, même type de grossesse, même forme de ventre, mêmes envies salées…
Tout me laissait penser que j’avais raison.

Même les petits trucs glanés ça et là me le confirmaient : le calendrier chinois annonçait un garçon, le pendule qui se balançait au lieu de tourner, l’urine claire (oui, je sais!), ma peau sèche, la forme de mon ventre, le placement de mes mains sur mes hanches…

J’ai tout essayé, pour savoir… Pas vous ?

Lors de la visite du 4ème mois, quand l’obstétricienne nous a posé la question, je n’ai pourtant pas voulu savoir. Je ne peux pas l’expliquer, même encore aujourd’hui, mais j’avais besoin de m’habituer à l’idée d’avoir un deuxième petit garçon, à celle de ne pas avoir de fille…

C’est idiot, je sais, de vouloir s’habituer à une idée, à quelque chose que l’on imagine, sans connaître la réalité. Mais c’est comme ça!

Le Papa voulant savoir, je ne pouvais pas le priver de ça, et l’obstétricienne a écrit sur un papier le sexe de notre futur enfant. Je l’ai même autorisé à le dire aux proches qui voulaient le savoir.

Bref, un mois après, tout le monde savait, sauf moi. Ce n’est pourtant pas faute de l’avoir cuisiné, hein, plus par jeu que pour savoir réellement, mais il a réussi à ne rien dire!

J’ai attendu le 5ème mois pour être prête, et lorsqu’elle m’a annoncé que j’attendais une fille, je n’ai pas voulu la croire.
Mes grossesses se ressemblaient tellement, et je m’étais tellement persuadée du contraire que ça me paraissait juste impossible. C’est limite si je ne voulais plus que ce soit une fille. Bon, j’étais enceinte hein, faut pas l’oublier, je réfléchissais un peu bizarrement.

A chaque visite suivante, je m’attendais à ce qu’elle nous dise qu’elle s’était trompée.

Mais elle ne s’était pas trompée.

Et Loulette est arrivée.

Et aujourd’hui, sans raison aucune, je me sens complète.

Je pense que j’aurais eu ce sentiment également si cet enfant avait été un garçon.

Pourtant, ce matin encore, après une nouvelle nuit difficile, et alors que mon Amoureux plaisantait sur le fait d’avoir un troisième enfant, je lui ai dit que non non, je n’en voulais plus. Mais c’est vrai que si Loulette avait été un garçon, j’en aurais certainement voulu un troisième…

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Grossesse etc … »

2 réponses à “Espérer une fille …”

  1. un garçon et une fille c’est le choix du prince comme on dit :)) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *