malise
6 juin 2012
Voyager avec 2 enfants … « SOS galères, bonjour! » (1)

J’espère que vous aimez les longues histoires, parce qu’à priori c’est parti pour en être une… Je ne sais définitivement pas faire court!

Si vous êtes pressé (e), revenez plus tard, je raconte plein de choses intéressantes…

Si, si, je vous assure…

Alors voilà comment tout a commencé :

En avril, avec mon Amoureux, on s’est dit : « Soyons fous! On peut le faire maintenant, peut-être qu’après ce ne sera plus le cas … ».

L’Amie de mon Père venait de « partir », on était un peu dans le trip « Carpe Diem », et surtout, on avait vraiment besoin de se ressourcer, d’avoir du temps pour nous.

En vrai, l’idée de départ était de partir une semaine tous les 2, et on avait beau avoir essayé de tendre la perche à ma Belle-Mère depuis Noël, elle n’était pas chaude du tout. Genre, elle a du nous dire 5 fois l’air de rien qu’elle avait entendu une émission à la radio expliquant que les parents d’aujourd’hui avaient beaucoup trop tendance à vouloir laisser leurs enfants, et que ce n’était vraiment pas bon pour eux. Qu’il ne fallait pas abuser : 1 an, 1 nuit, 2 ans, 2 nuits, etc… Message subliminal tellement subtil qu’on n’a pas pu faire indéfiniment comme si on ne comprenait pas!

Bon, à sa décharge, c’est vrai que 2 enfants toute une semaine, ce n’est pas une sinécure. Le maximum qu’elle avait fait jusque là, c’était 2 nuits.

Et puis, pour être honnête, on n’était pas prêts nous non plus, surtout pour Loulette… Et pour Loulou aussi en fait… On n’était absolument pas prêts, quoi !!!

Bref, l’un dans l’autre, nous voilà avec des billets pour Punta Cana, avec pour seule réelle appréhension les 6 heures de décalage horaire. Les 10 heures d’avion aussi hein, mais ça c’est venu surtout quand on a décortiqué le billet électronique et qu’on s’est rendu compte de tous les temps d’attente qu’on allait avoir en plus des temps de vol…

J-1 : on essaie de tout caser dans les valises. Pourtant, on n’emporte que des maillots de bain!

Pourquoi ça rentre pas ???

Bon, c’est vrai, on n’emporte que des maillots de bain, et des couches, et 10 paires de chaussures, et de jolies tenues de soirées, et 3 vêtements par jour pour Loulette, et tout autant pour Loulou…

Résultat des courses : 2 grosses valises, 1 sac à dos de voyage, 1 petit sac à dos, 1 sac à langer tellement plein que je n’arrive pas à le fermer, et à la dernière minute un sac en plastique avec les derniers trucs qui traînent sur la table … Et Loulou a aussi son petit sac à dos perso avec voitures, livres et doudous indispensables…

Jour J : réveil prévu pour 5h45. En vrai, ce sera 5h20 pour moi, je n’arrive plus à dormir, je flippe trop qu’on n’arrive pas à partir à l’heure…

A 6h30, tout le monde est dans la voiture, et comme il fait 10 degrés, on a tous des polaires qu’on devra se trimballer tout le long…

On arrive à l’aéroport à l’heure, mon Amoureux nous laisse Loulette et moi avec les bagages sur un chariot, et part garer la voiture avec Loulou qui est à fond (« Ils sont où les avions ??? »)!

J’ai le temps d’habiller la demoiselle qui était toujours en pyjama, et de récupérer les billets, avant qu’ils n’arrivent pour l’enregistrement des bagages … On n’a pas pris de poussette, Loulette est dans l’Ergobaby, ce qui est bien pratique en théorie, sauf quand il s’agit de porter des valises de 18 kgs!

Nous n’avons pas longtemps à attendre, et le contrôle des bagages à main, le 1er d’une longue série, se fait facilement, sans faire la queue. On nous demande juste de vider un peu certains sacs, 1ère fois d’une longue série bis, et d’enlever nos chaussures. Les biberons pleins d’eau, la bouteille d’un litre, les médicaments et le lait passent sans difficulté … Il parait qu’il y a des douaniers zélés qui peuvent vous demander de goûter le lait, j’avoue que j’aurais moyennement apprécié!

Dans la salle d’embarquement, petit déjeuner improvisé, il faut dire que personne n’a encore mangé, et que les enfants ont été d’une patience à toute épreuve! Il y a de la moquette par terre, on peut y poser Loulette, et Loulou vide son sac à dos…

Une fois dans l’avion, tout se passe bien, même si Loulette est un peu excitée, veut se mettre debout, pousse des cris suraigus… Pardon les gens! Pas d’en-cas pour moi, merci, je ne tiens pas à avoir du café sur les genoux tout de suite!

Pour les oreilles, on a dégainé la gourde pour le grand et la dosette de sérum phy pour la petite. Je suis une maligne, hein ? Comme elle refuse catégoriquement de boire de l’eau au biberon (pas bon, poison!), mais qu’elle adooore sucer les dosettes, je me suis dit que ça pourrait marcher, et c’est le cas! Bon, comme elle la secoue aussi pas mal j’en ai plein la figure, mais c’est pas du café, c’est déjà ça!

Petit aparté pratique : si vous allaitez encore, rien de plus simple. Si ce n’est pas le cas, toute autre chose qui permet de saliver pour compenser fait l’affaire : un biberon ou une gourde, un petit bonbon, un biscuit, le pouce…

On monte, on descend, et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, nous voilà à Paris… Où nous allons devoir patienter 4 heures! Hum…

En fait, c’est passé super vite, parce qu’on a eu la bonne idée d’aller à notre terminal de départ à pieds … Alors qu’il était à l’autre bout de l’aéroport … Loulette s’est vite endormie dans l’Ergo, mais Loulou en a tout aussi vite eu assez… Donc Papa a porté notre grand garçon, plus le sac à dos, plus le sac à langer, et j’ai porté Loulette, plus le sac de Loulou, plus le sac en plastique… Pendant des plombes!

Arrivés enfin sur place, on était en nage, mais on avait gagné 1 heure!

Petit aparté pratique : on n’a pas voulu se charger d’avantage avec une poussette, ce qui s’est révélé être une bonne idée dans les aéroports vu le nombre impressionnant d’escalators, mais c’est vrai que ça nous aurait permis de poser quelques bagages, et de moins avoir l’impression de nous transformer en baudets. Il faut aussi savoir que si vous voyagez avec Air France, ils vous prêtent des poussettes que vous laissez en montant dans l’avion. J’ai refusé, j’ai été bien bête!

Pour le contrôle, re-belote, mais cette fois il faut vraiment TOUT vider. Je n’arrive pas à négocier de garder la Puce qui dort dans le porte-bébé, donc on l’enlève sans qu’elle se réveille… Ouf! On passe le portique toutes les deux, il bipe et la réveille… F*ck!

On doit poser les doudous sur le tapis, crise du Loulou fatigué qui ne veut pas s’en séparer… Négociations, pleurs, chantage… On finit par passer, encore plus en nage, pressés de se poser enfin …

Loulette-aeroport.jpg

Loulette a bien aimé le contrôle des bagages …

De nouveau, déplacement en troupeau jusqu’à la porte d’embarquement, la dernière, où il n’y a plus de place … On rebrousse chemin, on s’installe… Mine de rien, une nouvelle heure est passée!

Loulette a dépassé son heure de repas habituelle d’une heure, on se dit que comme ça on commence déjà à la décaler!

Le temps de chercher un micro-ondes, de trouver à boire, de regarder les avions, de courir après la Tornade qui a décidé d’explorer l’aéroport, de passer aux toilettes pour changer la couche de bébé et s’aérer les dessous de bras, nous voilà prêts à partir…

Petit aparté pratique : il vaut mieux prévoir d’apporter sa purée et sa compote, je n’ai vu de petits pots pour bébé nulle part. Et comme les liquides sont acceptés pour les enfants, prévoyez un petit jus de fruits, sauf si vous tenez à en payer un un bras! De même, prévoir une serviette ou un tapis à langer pour le change, les toilettes étant… ce qu’elles sont!

Le gros avantage, quand on prend l’avion avec des enfants, c’est qu’on a le droit de passer devant tout le monde à l’embarquement! Les gens qui font la queue ne sont pas toujours trop contents, moi la première quand je n’avais pas d’enfants… Mais là c’est un peu comme à la caisse quand j’étais enceinte, je ne me prive pas de ce passe droit, et file direct au premier rang. Et avec le charme de la Loulette qui distribue ses sourires à la ronde, ça passe plutôt bien. Il vaut mieux, d’ailleurs, les pauvres vont nous avoir avec eux les 10 prochaines heures, alors autant commencer
à bien se faire voir tout de suite!

Arrivés devant nos sièges, grosse déconvenue qu’on avait bien devinée en voyant les billets, mais là ça se concrétise : on est séparés! Deux places côtés nacelle, et une autre dans la rangée près du hublot!

Le steward appelé nous dit qu’on a déjà bien de la chance d’avoir une nacelle, parce qu’il n’y en a que 2 par cabines et que parfois il y a des bébés qui n’en ont pas (ce qui n’est pas le cas sur ce vol). Il accepte néanmoins d’aller négocier avec le couple qui a les places devant l’autre nacelle (ils n’ont pas de bébé), et ces charmantes personnes ont la gentillesse de se déplacer!

On est SAUVES !!! On a 4 places pour nous, avec de l’espace devant et la nacelle, un vrai luxe !!!

Petit aparté pratique : en fait, lorsque vous faites les réservations, il faut bien penser à réclamer ce genre d’emplacement quand on a un bébé, ça peut éviter de l’avoir sur les genoux pendant tout le trajet… Si on n’arrive pas à le faire au moment de la résa, mieux vaut arriver tôt à l’enregistrement pour être dans les premiers et réclamer la nacelle!

On nous demande combien pèse Loulette, parce qu’il ne faut pas que ce soit plus de 9 kgs… Non, non, ne vous inquiétez pas, à la dernière pesée elle faisait 8kgs500 (à 800 grammes près, mais ce n’est pas la peine de le mentionner, pas vrai ?).

Le voyage en lui-même s’est révélé plus facile que prévu, et les 10 heures sont passées « relativement » vite. Nous avons permis à Loulou de regarder son écran autant qu’il voulait, ce qui lui a permis de découvrir « Sam Sam » et de le visionner 10 fois au bas mot. Mais il a aussi pu jouer aux voitures sur le sol devant nous, sans déranger personne…

Bien entendu, il n’a jamais voulu dormir, et n’a piqué du nez qu’une fois… Nous avons alors eu la bonne idée de vouloir lui mettre une couche, de peur qu’il ne fasse pipi en dormant, ce qui l’a bien sûr réveillé, définitivement!

Petit aparté pratique : si votre enfant porte encore des couches pour dormir, essayez de lui en mettre une quand vous pensez qu’il commence à fatiguer, pas après qu’il se soit endormi!

Loulou avion

Merci, Sam Sam!

Comme nous avons voyagé de jour, qu’il y avait beaucoup de lumière, pas mal de passage (les nacelles sont derrière les toilettes), qu’il y a parfois des sonneries (turbulences = ceintures = sonneries) et des annonces du personnel de bord, Loulette a peu dormi elle aussi. Je crois qu’elle a du faire 2 siestes d’1/2 heure, après que je lui ai fait visité l’avion en long, en large, et en travers. Ce qu’elle a beaucoup aimé, plus que de tenter de s’endormir, à vrai dire. Et que je joue à cache-cache avec le gentil Monsieur, et que je fais des coucous à la gentille Madame, et que je tente d’ouvrir la porte parce que la poignée elle est trop belle…

Mais elle est restée plutôt cool dans l’ensemble, assise dans la nacelle, à essayer de la décrocher, et à grignoter les petites cartes offertes à son frère. Qui ne lui disait rien pour une fois, concentré sur son dessin-animé!

Nacelle avion

Mioum, ch’est crop bon !!!

Le temps est donc passé ainsi, nous avons même réussi à regarder un film chacun, c’est dire! Il n’y a pas eu de cris, peu de pleurs. Ils n’ont presque rien mangé l’un comme l’autre, mais du coup ça les a calés direct sur nos futurs horaires de repas (en gros, l’équivalent d’un goûter en guise de dîner!).

Petit aparté pratique : nous n’avons pas vraiment cherché à les décaler tout de suite, si ce n’est pas la force des choses (impossibilité matérielle de donner à manger aux heures habituelles). Nous pensions le faire progressivement, sur 2 jours peut-être, mais dans les faits, comme pour nous, les choses se sont mises en place naturellement.

Puis, bien entendu, tous les deux se sont endormis, de concert, 10 minutes avant d’atterrir…

Nous avons donc attendu que tout le monde sorte, histoire de gagner un peu de temps, et sommes descendus… direct sur le tarmac!

Il était 16 heures, nous nous sommes pris 35 degrés et un taux d’humidité juste hallucinant, après la clim bien froide de l’avion. Nous étions en jeans-baskets, Loulette en body manches longues, no problemo!

Petit aparté pratique : si votre enfant ne s’est pas endormi juste avant d’arriver, changez le! Quitte à le recouvrir d’une couverture avant de sortir pour éviter le choc thermique… Moi j’ai déshabillé bébé au maximum, retiré pantalon, chaussettes et chaussures, et lui ai retroussé les manches. Le temps de faire tout ça, elle était déjà mouillée de chaud, le fait d’être collée à moi n’arrangeant certes pas les choses!

Petite marche de 2 minutes avec tout le monde dans les bras, et l’impression que cela en dure 30!

Nous arrivons à l’aéroport, avec des centaines d’autres personnes débarquant de tous les avions arrivés en même temps.

Punta-Cana-Mai-2012 0404

L’extérieur. On ne savait pas encore ce qui nous attendait!

Et là, comment vous dire ? Il faisait une chaleur de dingue, il y avait du monde de partout, ne sachant pas d’avantage que nous ce qu’il fallait faire, aucune vraie file d’attente visible, aucune indication sur l’endroit où aller…

Nous portions les enfants et les sacs comme à Paris, chaleur et humidité en prime. Loulette, trop mal à l’aise, ne voulait plus rester dans l’Ergo, j’ai vraiment regretté la poussette. Et Loulou, épuisé, ne voulait pas marcher, ce qui n’était pas plus mal, vu la foule! Heureusement, d’énormes ventilateurs dispensaient un peu d’air frais, tout en distrayant les loulous!

Honnêtement, j’ai un peu voyagé et je n’avais jamais vu un truc pareil. Absolument aucune organisation! Une vraie folie!!!

http://www.goldbaum.fr/vacances/Republique%20Dominicaine%20aout%202010/Pentax/IMGP0013.JPG

Ça, c’était l’objectif à atteindre. Mais caché par plein plein de gentils touristes tout autant perdus que nous!

Allez, je m’arrête là pour aujourd’hui, merci d’avoir eu le courage de me lire jusqu’au bout !!!

La suite, demain… Ne jamais abuser des bonnes choses!

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

3 réponses à “Voyager avec 2 enfants … « SOS galères, bonjour! » (1)”

  1. 🙂 çà me rappelle la fois où j’ai pris l’avion seule avec ma première fille qui avait 18 mois ! J’étais trop chargée, la puce voulait courir partout dans l’aéroport. Quand il a fallut enlever nos
    manteaux, ma ceinture, poser mon sac à main, sac à langer sur le tapis de controle je ne m’en sortais pas 🙂 et pour récupérer les bagages pas mal non plus. Mais ce que j’appréhendais le plus , le
    vol c’est super bien passé ma fille a été adorable ( bon excepté le dernier quart d’heure ou elle a commencé a pleurer et à vouloir se lever 🙂 !

  2. lili dit :

    la republique dominicaine, comment dire, j’aimerais trop y retourner! quel courage avec les enfants, j’ose pas partir loin, pour le moment, majorque avec mon grand qui avait 2ans et demi, et la
    corse avec les 2…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *