malise
4 décembre 2012
Avant, j’utilisais des couches lavables. Mais ça c’était avant!

Je me rends compte que je ne vous ai jamais parlé ici de mon expérience de couches lavables. Ni du comment je soigne le popotin de mes enfants d’ailleurs, autre sujet à très très haute valeur ajoutée…

Et bien il est grand temps que je le fasse, puisque bientôt ce sujet sera devenu complètement obsolète pour moi. Enfin, bientôt… D’ici deux ans si tout va bien, mais comme dirait l’autre, deux ans c’est demain, pas vrai ?

Alors trêve de blablas trêve de blablas, j’ai une fantastique annonce à vous faire aujourd’hui. Oui, figurez-vous que j’ai la joie, le plaisir, et l’immense honneur de vous apprendre que mon « grand-petit », mon surprenant bonhomme, dort désormais sans couche. Je sais, c’est peut-être un détail pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup! (allez ouste Michel, qu’est-ce que tu fous là ?*)

Yes, he did it!

Après un peu plus de trois semaines de siestes les fesses à l’air (au sens figuré) (et propre aussi, tiens!), et ce sans accident même lorsque les siestes dépassent 2 heures (oui, pincez-moi, la révolution est en marche), mon Loulou a décidé qu’il en avait assez de continuer à porter ce machin la nuit. Je dois vous avouer qu’il lui a fallu pas mal insister pour qu’on capitule. Ben oui quoi, on a beau être un peu masos et aimer les challenges, on n’avait pas vraiment envie de se créer une raison supplémentaire de devoir se lever la nuit. Mais comme on n’avait pas non plus envie de rater le train en marche, on a fini par jeter la couche avec l’eau du bain (ahahahah!!!)(hum, pardon!)

Terminé! Ended! Terminado! Beendet! Finito! Законченный! 終わりました! انتهى! (oui, je suis tellement jouasse que j’en ai même appris le javanais rien que pour vous!)**

Petit aparté : vous avez déjà regardé ce que signifie l’expression « jeter le bébé avec l’eau du bain » ? Franchement, c’est pas trop représentatif des couches, ça ? Allez, votons pour le changement d’expression, voilà une nouvelle cause d’importance à défendre. Un peu comme de faire rester A. Montebourg à son poste, quoi…

Bref, je digresse, l’objectif du jour étant de vous parler de couches lavables.

Quand j’étais enceinte de mon fils, mon Amoureux et moi avions décidé que nous lui en mettrions, encouragés par l’exemple d’une copine qui s’y était mise à la naissance de son deuxième enfant. Bon j’avoue, j’étais pas trop chaude, mais comme je suis un vrai mouton je suis très influençable j’ai une forte conscience écologique, j’ai fini par penser que c’était une bonne idée.

La première étape a été de me faire dispenser des leçons de « mettage » de couches par la copine en question. Et poser des couches lavables sur un ours en peluche (oui, le même cobaye que pour mon écharpe Cosy Wrap), je vous prie de croire que c’est à peu près aussi facile que de trouver la recette du soufflé qui ne retombe pas!

En tout cas, une chose était sûre, je n’étais pas douée. Je n’ai jamais réussi à refaire le pliage sans elle, c’était loin d’être gagné.

Mais je ne me suis pas laissée décourager, et je me suis lancée dans la seconde étape : la recherche des couches sur internet. Et c’est là que j’ai découvert que le monde des couches lavables, c’est un peu la jungle en fait. Non, pas celle avec les animaux féroces qui s’entre-tuent! Mais celle qui est tellement vaste et pleine recoins que tu finis par t’y perdre. Ce que, bien entendu, je n’ai pas manqué de faire.

Rien qu’avec tous les types de couches qui existent par exemple : les couches lavables intégrales, les couches lavables à poche, les couches lavables hybrides, les couches lavables classiques.

Pour faire encore plus simple, il y a aussi les TE1 (tout en 1), les TE2 (je traduis ?) et les TE3.

Ensuite, il y a tous les petits trucs à rajouter, et si tu les as pas, ben autant ne pas mettre de couche : les culottes de protection, les inserts, les doublures, les voiles, les feuilles de protection, les boosters, les bourrettes, les filets.

Ça y est, vous êtes perdues vous aussi ? Attendez, ne partez pas, je n’ai pas fini.

Parce qu’après il faut aussi faire un choix entre toutes les matières possibles : chanvre, coton, coton bio, lin, microfibre, polaire, bambou, tencel (pulpe d’eucalyptus)…

Et pour finir, les marques : Lulu Nature, Popolini, Bébés Lutins, Ptits dessous, Bumgenius, Imse Vimse, Blueberry… Ceci n’est qu’un tout petit aperçu…

Là, je vous ai fait la totale, c’est-à-dire en gros tout ce que vous pouvez trouver sur le marché. Mais à l’époque (il y a quatre ans, quoi), les lavables à poche commençaient à peine, et les hybrides n’existaient pas. C’est dire si les fabricants ont fait des progrès. Et si ça doit être encore plus compliqué de choisir aujourd’hui!

J’ai donc épluché la plupart des sites existants, ai lu tous les commentaires associés aux produits, et ai fini par faire mon choix (grandement aidée par le site Lilinappy sur lequel j’ai d’ailleurs tout commandé). Vous comprenez pourquoi je n’ai pas ouvert de blog à l’époque?

J’ai fini par jeter mon dévolu sur un pack de quatre TE1, puis un échantillon de toutes les couches classiques que je pouvais trouver (celles allant de la naissance à la propreté), ainsi que de jolies culottes imperméables pour mettre dessus, en taille S. En résumé, j’ai commencé avec 4 couches intégrales en microfibre, 12 couches classiques en coton bio et en bambou (ma matière préférée), et 6 culottes de protection.

Un budget d’environ 600 euros, avec un stock suffisant pour changer bébé toutes les deux heures environ et ne pas avoir à faire de lessive tous les jours.

La dernière étape, et non la moindre, était de réussir à convaincre la future Nounou et ma Belle-Mère, puisqu’elle était censée garder son petit-fils de temps en temps. La Nounou a été super partante, puisqu’elle le faisait déjà pour le petit garçon qu’elle gardait à l’époque. Quant à ma Belle-Mère, je lui ai vendu les TE1 qui s’utilisent comme des couches classiques.

Quand Loulou est né, et quand j’ai découvert les cacas de bébé allaité, j’ai décidé d’attendre un peu avant de me lancer, j’avais peur que les couches ne retiennent rien (j’espère que vous n’étiez pas en train de manger ?!).

Puis finalement, quand il a eu trois mois, en même temps que je reprenais le boulot, on a démarré. Et autant j’avais eu des difficultés quand je m’entraînais avant son arrivée, autant j’ai trouvé ça relativement simple sur lui. Une fois le coup de main pris pour le pliage, tout s’est mis à rouler. Et comme à mon sens il est inutile d’utiliser un voile de protection avec les tout-petits (selles normalement peu abondantes), c’était plié en deux temps trois mouvements.

Couche lavable

Culotte de protection laaaarge spéciale gros cuissots

Nous déposions les couches sales dans une poubelle en attendant de les laver, rien de plus simple, et je faisais des lessives spécifiques ou pas deux à trois fois par semaine, sans utiliser le sèche-linge parce que ça abîme un peu les fibres.

Alors c’est vrai que c’était un peu plus long à mettre qu’une couche classique. C’est vrai aussi qu’il y avait parfois des fuites, mais c’était surtout avec les TE1, ou quand la culotte de protection était mal placée. Et puis c’est vrai enfin que je n’ai jamais voulu en utiliser pour la nuit. Après les Pampers pour nouveau-né, nous sommes passés directement aux couches jetables écologiques Wiona (presque intégralement biodégradables). Nous avons fait une tentative avec les Nature Babycare, qui s’était révélé désastreuse alors (mais ils ont changé la fabrication depuis).

La plupart de nos connaissances, lorsque l’on parlait des couches lavables, nous disaient que nous nous compliquions bien la vie pour rien, mais je vous assure que cela n’avait rien de très contraignant. Couches jetables la nuit, couches jetables en voyage, vêtements une taille au dessus (oui, oubliez les jeans ou les pantalons ajustés avec les lavables), nous n’étions pas non plus jusqu’au-boutistes…

Le temps passant, nous avons constaté que Loulou avait une sensibilité de la peau assez particulière. Chaque poussée dentaire lui donnait un érythème. Et les couches Pampers ne faisaient qu’aggraver son état. Il fallait lui mettre une bonne couche de crème Aloplastine ou de Crème Douce Boiron (pas de mytosyl ni de bépanthène) et nettoyer au liniment à chaque change.

Le pire qu’il ait eu s’est produit lors de notre séjour d’une semaine à Fuerteventura, après quatre jours de port de Pampers. Tellement important qu’il avait les fesses en sang, et que la seule chose qui ait réussi à le soigner ont été des bains de permanganate de potassium. Vous ne connaissiez pas ? C’est magique!

Erytheme

Non non, je n’essaie pas de teindre mon bébé en violet …
Quoi que!

Lorsqu’il a grandi, j’ai acheté deux ou trois couches classiques supplémentaires, six culottes taille M, des inserts parce que ses urines devenaient plus abondantes, et des feuilles de protection pour les selles. Un poil plus compliqué, mais rien de bien grave, et assez pratique quand on sait qu’on peut jeter le voile souillé aux toilettes.

Là où ça a commencé à devenir plus pénible, pour être franche, c’est quand nous avons changé de Nounou. La nouvelle a accepté les couches lavables pendant sa période d’essai, puis a fini par nous avouer ensuite que cela ne lui convenait pas. Nous avons donc du nous résoudre à lui acheter des couches jetables (des Nature Babycare), et à n’utiliser les lavables que le week-end, ou le soir après le bain. Je ne sais pas pourquoi, j’ai commencé à en avoir assez.

Puis je suis tombée enceinte, et j’avais surtout envie de me faciliter la vie. Fort généreusement, mon Loulou a commencé à demander à ce qu’on lui retire sa couche le mois où il allait avoir deux ans, ce que nous avons fait immédiatement (pas comme pour la nuit, si vous avez suivi. Les implications ne sont pas les mêmes!).

Et quand la petite soeur est arrivée, sachant qu’elle allait être gardée par la même Nounou, je n’ai pas été très pressée de lui mettre les couches lavables. Au bout de quelques semaines quand même, je l’ai fait, et j’ai détesté! Allez savoir pourquoi. J’ai trouvé qu’elles fuyaient, que ma Louloute avait ses cuisses toutes boudinées et pleines de marques, qu’elle avait les fesses mouillées en permanence. Je n’ai plus eu envie de faire ces lessives de couches, et de passer un temps fou à les étendre. J’ai laissé tomber, et elle est aujourd’hui exclusivement en Nature Babycare le jour, et en Wiona la nuit.

Couche jetable

Défilé couches Nature Babycare, collection été 2012

Je ne peux pas vous dire si la logistique aurait été plus compliquée avec des couches lavables pour elle. Une chose est sûre, il faut vraiment être convaincu et en avoir envie, sinon on ne voit que les mauvais côtés. Mais c’est quand même une vraie économie passé la mise de départ, et avec les nouveaux types de couches qui ressemblent à s’y méprendre à des couches jetables, je suis sûre que cela vaut le coup!

Pour le petit troisième alors ?

Naaaaaan, j’déconne!!!

P. S. :* Michel Berger, pour les petites jeunes qui se sont demandé qui pouvait bien être ce Michel …
** Pour toute réclamation concernant une traduction improbable, merci de vous plaindre auprès des administrateurs de Google…

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Grossesse etc … »

7 réponses à “Avant, j’utilisais des couches lavables. Mais ça c’était avant!”

  1. mon-nid dit :

    Je me demandais régulièrement pourquoi ma petite envie de tester les couches lavables ne s’étaient jamais soldées par un essai… Et ben vala… Tu as tout dit ! J’ai rien compris, c’est un poil
    compliqué pour moi, alors tant que ma motivation ne grimpera pas d’un degré, je vais en rester aux jetables, je pense…

  2. coucoumaman dit :

    Hum, toi t’es toujours en train d’écrire des articles à ma place! Tout pareil pour Titi aussi !
    Il a eu des Bumgenius et des lingettes maison pendant 8 mois et quand il est allé à la crèche, je lui en mettais quasiment plus parce que les machines tournaient moins souvent. Et puis ça m’a gavé
    aussi 🙂
    J’ai tout revendu. Enfin non. J’en ai revendu 3 et j’ai donné les 15 autres couches avec 🙂

    Mon Pik est toujours en jetable. J’ai un peu regretté d’avoir vendu les lavables.
    D’abord Pampers et Huggies et maintenant il porte les Nature Baby Care aussi !

    Sinon Titi ne porte plus de couches à la sieste depuis 2 semaines aussi. Par contre, on a pas encore sauté le pas pour la couche de la nuit… Je sais ce qu’il nous reste à faire !
    🙂

    Bon sinon, j’ai prévu de faire un article sur le train de Fiana. Je réserve ce sujet. Merci d’avance. 🙂

    Bises

  3. parleamamere dit :

    J’ai tenté un petit moment les couches lavables, j’en été ravie ! Elles sont belles, c’est un peu contraignant mais pas impossible qu’avec des jetables.
    Puis petit à petit je les ai abandonné parce que la crèche ne les voulaient pas et que j’ai eu une grosse grosse flemme. Puis les séjours à l’hopital toussa, j’ai perdu le reflexe.
    Mais sinon il est en Nature Babycare depuis la sortie de la mater ou en alternance avec les lavables et j’en suis très satisfaite.
    J’ai testé une petite semaine de couches marque distributeur car j’étais en rade de couches, cupidon a eu les fesses brûlées ! Rien n’y faisait, juste le retour aux Nature Baby Care a été
    salvateur.
    Sinon je connais pas les bains de permanganate de potassium !

  4. FoxyMama dit :

    Moi j’ai laissé tomber entre gum et missT, trop de fuites et trop de linge a plier :p

  5. angemad dit :

    Coucou, je découvre cet article, ton blog et les couches lavables en même temps !
    Je fais tout à l’envers en débutant les lavables avec bébé3 (les grands ont presque 4 et presque 8 ans).
    J’avais un tas d’a priori mais ici, vu le prix des couches (26€ les 54 pampers), je mle suis laissée convaincre d’essayer les hamac et franchement, y’a pas grande différence à l’utilisation avec
    les jetables. J’ai de la chance que la crèche parentale accepte ces couches, donc, ça va être à la cool. (ici, pas de nature babycare …)

  6. chouf dit :

    Alors… comment dire… j’ai fait pareil en lisant ton article, que qd je me suis tatée à me lancer dans le lavable, çàd que les 3 premières minutes j’ai été emballée et après pour moi c’était du
    javanais:: 😉
    Je retiens en tout cas que plus de couches pour ton « grand-petit »!
    Enjoy!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *