malise
3 janvier 2013
Toutes celles que je ne suis pas

Imaginez que vous êtes une toute petite fille, qui vient à peine d’ouvrir les yeux sur son nouveau monde, fait de bruits et de froid. Imaginez que vous êtes encore omnisciente, que vos connaissances remontent à la nuit des temps, que vous distinguez parfaitement le bien du mal, la bonté de l’égoïsme, la gaieté de la morosité. Imaginez qu’à ce moment-là, juste avant de devenir un nourrisson au coeur pur et à l’esprit vierge, on vous donne la possibilité de choisir les traits de caractère que vous aimeriez acquérir en grandissant.

Que choisiriez-vous ?

Je ne vous parle pas ici de caractéristiques physiques, de souhaiter être belle, grande, élancée, musclée, en parfaite santé, d’avoir les dents blanches et la peau satinée. Ou pas, d’ailleurs. Je vous parle de votre « moi » profond, de ce qui fait que vous êtes vous, de ce qui vous caractérise au quotidien, de votre attitude dans la vie, de vos réactions face aux aléas. De ce qui fait que l’on vous apprécie ou vous déteste, que l’on recherche votre compagnie ou vous supporte.

J’admire celles qui ne se posent jamais de questions. J’envie celles qui voient le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide.

Je n’en suis pas.

Je suis cérébrale ascendant prise de tête. J’ai tendance à toujours ne voir que le mauvais côté des choses, à être pessimiste dans les situations qui demanderaient une bonne dose d’optimisme. Je vois les jours qui défilent comme autant de montagnes à soulever, le quotidien comme une guerre des nerfs que je perds presque systématiquement.

J’aurais voulu être légère sans être inconsistante, joyeuse en toutes circonstances. J’aurais voulu avoir le sourire collé au visage sans que ce soit un masque, le corps secoué de fou-rires plutôt que de sanglots.

J’aurais voulu être drôle plutôt que sarcastique, la marrante de la bande plutôt que la raisonnante, la blonde dans un corps de brune (pardon!) plutôt que celle qui prend toujours tout au premier degré et qui se vexe inévitablement.

J’aurais voulu savoir aimer sans blesser, dire les choses avec délicatesse tout en restant franche, réfléchir avant de parler, apprendre à parler tout simplement.

Je n’aurais pas voulu être parfaite. Qui peut se vanter de l’être d’ailleurs, la perfection est tellement subjective ?!

Mais j’aurais voulu être douce, tendre, affectueuse, présente, rassurante. J’aurais voulu ne pas être ce monstre qui se fait appeler « Maman », mais qui n’en a ni le courage ni les attitudes. Qui hurle au lieu d’expliquer, devient vulgaire quand la colère prend le dessus, tourne le dos au lieu d’ouvrir les bras…

J’aurais voulu être une autre. Ou tant d’autres, en fait.

Une personne qui ne véhiculerait pas la méchanceté, mais l’amour. Qui porterait la joie et l’espoir plutôt que la tristesse et les doutes.

Qui verrait son monde comme un écrin de bonheur, à l’intérieur duquel la joie de vivre brillerait de mille feux.

Qui vivrait sa vie, au lieu de la subir…

http://4.bp.blogspot.com/-1AkPSqgfc0s/UCfjvD2p2zI/AAAAAAAAAW4/MAAsx5MIOsU/s1600/wish456_large.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Vis ma vie »

8 réponses à “Toutes celles que je ne suis pas”

  1. Ptisa dit :

    et ben quel coup de blues en ce début d’année !! en effet, tu vois les choses en noir ! tu devrais porter le bracelet de l’expérience « j’arrête de râler » : à chaque pensée négative qui ne le mérite
    pas, hop tu changes de poignet 😉

  2. Je pense que tu es trop dure avec toi même, ça nous arrive à toutes des moments too bad, des pétages de cables… C’est dur de se sentir « à part » mais c’est souvent parce qu’on a une mauvaise image
    de soi. Ne te sens pas rejetée parce que tu ne l’es pas. Rien qu’à lire tes mots on sait bien que tu es une chic fille. Bisous

  3. et bah alors? un ptit coup de déprime? Faut pas être si dure avec toi même tu sais 😉 on a tous et toutes nos moments comme ça, aller hop resaisi toi, un mars et ça repars 🙂
    des bises et un sourire 🙂

  4. NiouzMum dit :

    J’aime ta façon d’écrire qui résonne souvent en moi … et tu vois, je ne le pensais pas si noir ni négatif ton billet jusqu’à ce que je lise les autres commentaires O_o …
    En tout cas comme il a déjà été dit tes écrits laissent plutôt entrevoir une fille formidable à bien des égards et comme la perfection n’existe pas …
    C’est plus facile à dire à autrui qu’à appliquer à soi-même c’est pour ça que je me le permets : tu te remets trop en questions ;p
    Tu n’es pas toutes celles-là (même si sur bien des points je pense que tu ne l’es pas « momentanément », que ce n’est que passager, mais tu es tellement d’autres que beaucoup peuvent t’envier !

  5. Anna fenta dit :

    Je ne t’ai jamais suivi que par Instagram, sur le portable pas toujours pratique de surfer, et puis hier comme ça j’ai cliqué sur le lien menant vers ton blog. Et je le découvre le parcours, enchaînant les posts les uns après les autres, me reconnaissant dans tous, me donnant les larmes aux yeux pour d’autres.

    Mais c’est dans celui ci que je trouve une résonnance particulière, j’aurais pu écrire ces mots, il y a cette mère que je rêve d’être et celle que je suis…
    Merci pour ces paroles qui m’inspirent

    • malise dit :

      Merci à toi Anna d’avoir poussé la porte de mon blog et surtout de m’avoir laissé ce si gentil message. Tu n’imagines pas le bonheur que c’est pour moi de lire ces mots, de savoir que je ne suis pas la seule à avoir tous ces sentiments… Merci encore, et au plaisir de te revoir, ici ou sur IG!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *