malise
17 février 2013
Le poids des maux

Je garde le cap, je te promets, je garde le cap. Je ne veux plus le perdre de vue. Je vais de l’avant, en essayant de ne pas trébucher. Je regarde la vie, et je souris. D’un vrai sourire qui fait du bien à l’âme et qui réchauffe le coeur. J’admire ses longs cils de fille, son sourire incroyablement beau. J’écoute ses bavardages incessants, et je me dis que j’ai de la chance qu’il m’ait choisie comme Maman. Je colle mon nez contre son cou pour la respirer encore et encore. Je la sert fort, fort, et je me dis que la boucle est parfaitement bouclée. Souvent, je sens les larmesmonter, mais je les laisse venir. Souvent, je me retrouve à pleurer alors qu’il n’y a aucune raison particulière. Mais je continue à marcher en gardant la tête haute. Je ne veux plus baisser la tête ni les bras. Je pleure, mais je n’ai pas honte. Je pleure, mais je ne me lamente pas, pauvre petite fille. Je pense à toi, à qui je voudrais raconter comme j’arrive à avancer regarde. Et je pense à lui qui ne sait plus comment avancer, qui ne veut peut-être même plus malgré toute la jolie vie autour de lui. Je mets du rouge à lèvres, je décore mes oreilles et je détache mes cheveux,parce que je le mérite. J’ai envie de me sentir belle et de ne plus longer les murs. J’ai envie de l’aimer lui, de l’aimer encore plus fort si c’est possible, juste parce qu’il est là et qu’il est cette si belle personne. Juste parce que je veux qu’il soit heureux, que nous soyons heureux ensemble, pour nous, et pour eux aussi. Depuis quelques mois, depuis ici, je vis dans un tourbillon de mots, un tourbillon d’émotions. Je suis comme droguée, ivre. Je suis sans cesse emportée, chavirée par les sentiments que suscitent mes pensées. Je réfléchis inlassablement, je me réveille la nuit. Je sens un torrent bouillir en moi, un flot de paroles qui ne parvient à sortir que par le biais de mes doigts qui courent sur le clavier. Je me noie dans mes maux, mais je suis sauvée par mes mots. J’observe, je suis attentive, je regarde autour de moi avec l’oeil nouveau d’un photographe attiré par la lumière et par la gaieté. Je savoure chaque instant, pas parce qu’il est éphémère, mais parce que je veux le vivre pleinement. Je m’allonge, et j’étends mes pieds loin loin, et je respire à plein poumons pour respirer la vie. Et quand ma gorge se sert, quand mon coeur me brûle, je transforme mon chagrin en écrits, et mes écrits en hymne à la vie. Je lève les yeux, et je vois ces nuages qui se font dessins rien que pour moi. Je lève les yeux, et je sens le soleil me chauffer le visage. J’essaie de ne plus tourner la tête, de ne plus détourner les yeux, de ne plus regarder en arrière. Enfin si, je le fais. Mais je le fais avec douceur, pour ne faire ressurgir que ce qui fait chaud à la mémoire, et qui rappelle le bonheur. Le reste, tout le reste, je le laisse s’enfuir sans regret, sans rancune, mais avec un petit pincement de douleur.
De cette douleur si grande qu’aucun mot ne saurait l’expliquer. De cette douleur si forte que bien peu de chagrins peuvent l’égaler. Je me sens différente. Je sens s’alléger le poids qui pèse sur mon coeur, mais je ne veux pas qu’il disparaisse. Je veux juste qu’il se fasse caresse, qu’il se fasse papillon, parce qu’il est le souvenir de toi.

Je voulais te dire … Je garde le cap.

http://data.whicdn.com/images/11730514/clouds-diving-girl-photography-pool-sea-Favim.com-49298_large.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Vis ma vie »

4 réponses à “Le poids des maux”

  1. Calou 16 dit :

    un peu de vague à l’âme aujourd’hui douce Malise ? Nous sommes là….pour lire tes mots et apaiser tes maux … Petits bisous…

  2. Très beau texte qui montre à quel point les mots peuvent être salvateurs. Des bisous 😉

  3. EloD16 dit :

    Pas assez de « mots » pour te dire à quel point je comprends tes « maux » et aime tes « mots »….De gros bisous, qui ne font pas toujours tout mais un peu de bien à l’âme..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *