malise
5 mars 2013
Liberté, ma Chérie!

Quand elle veut quelque chose, elle ne demande pas, elle ordonne gentiment.
Quand elle ne veut pas quelque chose, elle ne s’énerve pas, mais s’enfuit en riant et en scandant « non non non! ».

Nous y voilà. Tout doucement, la Puce découvre la revendication, l’affirmation de soi, l’opposition, la frustration aussi bien sûr. Cela se manifeste tranquillement, pas encore de crises à l’horizon. On dirait que cela l’amuse, même. Quand elle voit qu’elle ne parvient pas à ses fins, la demoiselle est plutôt du genre à nous tourner le dos et à bouder. Ou à insister, longtemps, sur tous les tons. Patiemment, sans cris, pour m’attendrir. Ce qui ne manque bien sûr jamais d’arriver, elle sait déjà y faire…

Le coin, elle ne connaît que parce que son frère y séjourne de temps en temps. Il est très rare qu’il me faille la gronder, et la seule chose qui m’énerve vraiment c’est quand elle tourne la tête au moment précis où j’approche la cuillère de yaourt. Elle le sait, la coquine, et ça la fait bien rigoler, elle, de se retrouver systématiquement avec un magnifique masque capillaire sur toute la longueur de ses cheveux.

J’ai jeté aux orties toutes mes maniaqueries de Maman primipare. Je ne sourcille même plus quand la cuillère ou l’assiette atterrissent sur le sol, vous n’imaginez même pas le progrès que c’est pour moi! J’accepte sans rechigner de la changer trois fois de chaises si elle en a envie, je lui donne son repas quand elle préfère faire sa fainéante, je lui fais faire ses propres choix et donc prendre ses propres décisions. Je sais comment la faire changer d’avis quand elle se montre têtue, je sais comment lui changer les idées quand elle monte dans les tours.

J’ai appris, grâce à son grand frère, que les cris ne sont pas mes meilleurs alliés. Le rire, si, en revanche. Rire, jouer, plaisanter, s’amuser. Ne pas attacher trop d’importance à des détails qui n’en valent pas la peine.

Le côté positif, c’est que j’applique ces enseignements à mes deux enfants. Le grand aura subi quelques uns de mes travers, mais il fallait bien que j’apprenne et que je grandisse en tant que Maman. Après tout, je sais ce que c’est, moi aussi je suis l’aînée de ma fratrie! Et aujourd’hui, j’espère ne lui montrer que le meilleur de moi.

Le côté négatif, comme dirait mon Amoureux, c’est que je lui passe un peu tout, à ma Pimprenelle. Il n’a pas tort. Elle l’a bien compris, elle sait comment me prendre, tout comme je sais comment faire avec elle. Elle n’en abuse pas, pour l’instant, et je crois que notre équilibre est là.

Je n’y peux rien, elle m’émeut profondément, ce petit bout de femme. Je la regarde pousser comme je n’ai pas pu le faire pour son frère, ou comme je n’ai pas su, peut-être. Je suis admirative de ses progrès, de la façon dont elle s’exprime et a l’air de tout comprendre. Je la regarde courir et faire la folle, et, déjà, je vois bien que mon bébé n’est plus là…

Elle se lance de plus en plus pour faire des choses qui l’effrayaient il n’y a pas si longtemps. Elle découvre l’ivresse de l’autonomie, la pleine, la totale. Celle qui lui fait monter les escaliers à toute vitesse pour nous échapper, et tenter de les redescendre debout, pauvres de nous! Celle qui rend les couchers plus difficiles, qui marque le retour des réveils nocturnes, qui la fait se lever plus tôt, aussi. Celle qui lui fait crier « Non, à boi! » dès que son frère est dans les parages et qu’elle veut revendiquer sa présence, son existence, son droit à être la première, voire l’unique si elle le pouvait.

Cette liberté si précieuse, qu’elle commence tout juste à comprendre. Il lui faudra certainement l’acquérir au prix de quelques colères, et de quelques déceptions, mais nous n’en sommes pas encore là…

Alors, pour l’instant, je savoure ce calme tout relatif, et je continue à profiter des câlins qu’elle veut bien encore me donner…

Bain

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Loulette aux fraises »

9 réponses à “Liberté, ma Chérie!”

  1. Ils savent nous mener par le bout du nez. Ton article me donne une nouvelle piste de réflexion, est-ce qu’on est forcément plus « sérieuse » avec son premier, est-ce que ça ne serait pas ça qui
    serait à l’origine du mythe du « p’tit dernier », le chouchou?

  2. tu me fais peur! si les parents sont plus cools avec le deuxième j’ai peur de l’éducation que mes amis vont donner à leur petite deuxième qui arrivera en juin. 😉

  3. Swag Mummy dit :

    Ils poussent tellement vite nos petits… c’est beau de les voir grandir et en même temps ça me rend déjà nostalgique (qu’est ce que ce sera dans quelques années alors je me le demande ??!!)… Et
    sinon bravo pour tes principes d’éducation, j’avoue en être encore loin. Les cris ont vite tendance à reprendre le dessus sur mon manque de patiente légendaire et malgré les mes tentatives de
    rester calme… mais bon comme tu dis ça s’apprend et j’y parviendrai bien un jour.. 🙂

  4. J’essaye d’éduquer mes 2 filles qui ont 18 mois d’écart de la même façon mais ce n’est pas évident puisque déjà elles n’ont pas le même caractère…

  5. FoxyMama dit :

    Oh mais je me retrouve totalement dans cette relation plus apaisée avec ma cadette, je suis aussi plus zen, je lâche plus vite l’affaire.

  6. FoxyMama dit :

    Je me posais la question de savoir si c’est moi qui était plus cool parce que c’est la deuxième ou parce que son caractère est totalement différent de celui de son frère. Idée de billet a creuser
    tiens!

  7. coucoumaman dit :

    Oh mon Pik est un peu plus chameau/pirate que ta Loulette 🙂

    Pour Titi, j’étais plus stricte sur ce qu’il mangeait, la télé…
    Comme Loulette, Pik a aussi droit à sa part de pizza et regarde un peu la télé alors que son frère a attendu 2 ans et demi..
    Je suis beaucoup plus cool avec Pik aussi parce que c’est vrai que je sais à quoi m’attendre.
    Et aussi parce que grâce à la blogo et aux témoignages de beaucoup de mamans, je relativise énormément. Et ça c’est chouette!

    Tiens, ce midi Titi a cru voir une abeille et a hurlé la mort parce qu’il avait peur(c’était juste une fleur séchée), je lui ai demandé de se calmer et il l’a fait doucement. 1 minute après, il est
    devenu complètement fou, il s’est mis à tournoyer et à crier dans tous les sens.
    Ma première réaction a été de crier sur lui et puis je me suis mise à sa place et je l’ai rapidement câliné et il s’est calmé.

    Je pense qu’il y a encore qq mois, j’aurai beaucoup plus péter les plombs.

    J’essaye de garder en tête qu’ils ne sont que des enfants et qu’ils se construisent. A nous de leur donner de bonnes limites mais aussi de leur laisser un peu de liberté.

    Ouch, c’est le plus long commentaire de toute ma vie et en plus, j’avais tellement de choses à raconter mais bon.. je retourne dans mon replay de Top Chef!!

  8. EloD16 dit :

    2 petits mecs à la maison, eux aussi très différents…et pourtant, comme pour toi, le même phénomène « mystérieux »(ou peut être pas tant que ça finalement…)qui fait de moi quelqu’un de beaucoup
    plus cool avec le tout petit! On dit que l’on apprend de ses erreurs (ça, c’est ma version quand je vois les choses un peu en noir), mais peut-être tout simplement que c’est notre expérience qui
    nous enrichit…(version « positive girl »!!!).Peu importe, en tout cas, on apprécie beaucoup plus la vie comme ça et on passe de bien meilleur moments avec nos bébés! Bisous Malise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *