malise
18 avril 2013
C’est qui ta Maman ?

Ma Maman n’est plus là, mais son existence n’est pas pour autant un sujet tabou à la maison. Même si je ne parle pas d’elle à tout bout de champ, il n’est pas rare que je la cite quand j’évoque mon enfance et les moments passés avec mes parents.

Mon grand a bien compris que si nous sommes son Papa et sa Maman, nous avons nous aussi un Papa et une Maman, tout comme lui. Il sait très bien qui est qui, mais ce n’est pas encore facile à son âge de s’imaginer quelqu’un qu’il n’a jamais rencontré, et dont il n’a même jamais vu une image.

Chez nous, mes Loulous ont un Papi et une Mamie, un Opa et une Oma. Ils ont aussi un PapiD, et ils avaient une MaLuce qui est partie l’année dernière.

Pas facile d’expliquer la mort à un petit garçon de pas encore trois ans.

Loulette était toute petite, et elle connaissait à peine sa Grand-Mère d’adoption qui était malade depuis sa naissance. Mais pour Loulou, les choses étaient bien différentes. En pleine période d’association et de compréhension de son entourage, il savait bien que Papi et Mamie habitaient ensemble à tel endroit, et que Mamie était la Maman de Papa. Que Opa et Oma habitaient ensemble à tel endroit, et que Opa était le Papa de Papa. Que PapiD et MaLuce, bref, vous avez compris, et que PapiD était le Papa de Maman. Point. Inutile d’aller chercher plus loin, il n’en était pas encore au stade qui lui permettait de se projeter vers ce qu’il n’avait pas sous les yeux.

Nous n’avons jamais cherché à lui cacher la maladie. C’eût été pire que tout, nous en sommes persuadés. Nous lui avons expliqué ce qu’il se passait, et nous sommes même allés avec lui à l’hôpital quelques jours avant qu’elle ne décède (son apparence physique reflétait très peu son état).

Nous avons mis un peu de temps à lui dire qu’il ne la reverrait plus. Nous ne savions pas trop comment lui présenter les choses simplement, sans créer de traumatismes. Nous avions peur de sa réaction, sans doute parce que nous réfléchissions avec notre vision d’adulte. Alors nous lui avons expliqué très simplement, en insistant sur le fait que sa maladie à elle était très grave, ce qui n’est pas le cas de la plupart des maladies. Que les docteurs arrivent en général à soigner très facilement, mais que parfois c’est trop compliqué. Qu’elle avait une maladie de grande personne, que les enfants n’ont jamais. Et qu’elle était partie pour toujours.

Il n’a pas posé de questions, nous a demandé deux ou trois fois dans les jours qui ont suivi où elle était partie, puis n’en a plus jamais reparlé.

Il avait bien compris que MaLuce n’était pas ma Maman, même si elle habitait avec mon Papa. Mais à chaque fois que je disais « Avec mon Papa et ma Maman … « , il répondait « Ton Papa c’est PapiD! », sans pour autant me demander qui pouvait bien être ma Maman. Il ne la connaissait pas, il ne pouvait pas demander.

Puis il a grandi.

Et il a fini par me poser cette question tant redoutée, à un moment où je ne m’y attendais pas du tout.

C’était au moment du coucher lorsque nous étions à la montagne. Il ne voulait plus aller chez les Pious-Pious, alors j’ai commencé à lui raconter que quand j’étais petite, j’avais souvent pris des leçons avec des moniteurs. Que c’était chouette parce qu’il y a avait d’autres enfants. Et surtout qu’après, comme j’avais appris à bien faire du ski, j’avais pu aller skier avec mon Papa et ma Maman tout le temps …

« C’est qui ta Maman ? »

Difficile de vous expliquer la vague d’émotion qui m’a submergée à ce moment-là. C’est comme si mon coeur avait explosé. Comme si toute ma tristesse retenue était remontée jusqu’à ma gorge, qui s’est serrée au point de ne plus pouvoir avaler, puis jusqu’à mes yeux, qui ont débordé.

Je me suis mise à sangloter devant mon P’tit Loup qui ne comprenait pas ce qu’il m’arrivait.

Alors je lui ai expliqué, de nouveau. La maladie. La mort. Pour elle aussi, mais sans faire l’amalgame avec sa Mamie d’adoption dont il n’a pas parlé, d’ailleurs. Je lui ai raconté mes larmes, le manque d’elle, en lui disant que j’avais très envie de la voir, et que j’aurais bien aimé qu’il la voit lui aussi. Mais que c’était impossible. Que s’il le voulait, je pouvais lui montrer des photos d’elle, pour qu’il connaisse son visage.

Mais il ne me l’a pas demandé, et ne m’a pas reparlé d’elle.

Alors voilà, mon Trésor. Tu es encore trop petit pour comprendre, mais ma Maman si elle était encore là, elle aurait été ta deuxième Mamie. Elle aussi, elle t’aurait aimé d’un amour fou, et je suis sûre qu’elle aurait voulu passer tout son temps avec toi. Ma Maman, elle était un peu comme moi tu sais. Elle n’était pas parfaite, elle a fait des erreurs mais maintenant je les comprends. Ma Maman, elle m’aimait fort, fort, aussi fort que je t’aime toi aujourd’hui. Elle était fière de moi, tout comme je suis fière de toi. Elle me manque terriblement, surtout depuis que vous êtes là, Loulette et toi. Parce que j’imagine quelle Grand-Mère elle aurait été pour vous, avec vous. J’imagine le bonheur qu’elle aurait eu d’être à vos côtés, et de vous voir grandir. Elle n’est plus là, mais ce n’est pas parce que les gens ne sont plus là qu’il ne faut plus les aimer, ni penser à eux. Ni être triste, c’est normal. Mais toi tu ne dois pas être triste à ma place mon Trésor, ce n’est pas ton rôle. Je te parlerai de ma Maman, si tu veux. Je te raconterai comment c’était quand j’étais petite comme toi, et je te montrerai des photos. Comme ça tu pourras la connaître un peu, et savoir qui elle était, ma Maman à moi.

Maman

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Loulou des bois »

22 réponses à “C’est qui ta Maman ?”

  1. LaFeeDuLac dit :

    Magnifique ! Je n’ai pas de mot, là. Juste je pense que tu fais bien de laisser les questions venir de tes enfants, sans brusquer…

  2. pas facile en effet d’expliquer la « non présence » de quelqu’un qui a pourtant existé. je ne me souviens pas d’avoir posé ce genre de question à ma maman qui a perdu sa maman quand j’avais 6 mois.
    ni à mon papa qui a perdu son papa avant son mariage avec ma maman.
    mes nièces n’ont pas eu ce genre de « soucis », elles ont commencé à perdre des grands-parents à l’âge où elles pouvaient comprendre ce qu’était la mort.

  3. Calou 16 dit :

    arh, pas facile d’aborder ces sujets avec les enfants… et pourtant les questions arrivent inévitablement à l’âge de Loulou… avant pour certains …Dire la vérité, oui, employer les mots justes
    aussi, même s’ils font mal, ne pas faire croire au « ciel » ni aux anges…Faire abstraction de sa propre douleur pour trouver les mots justes.. Oui, tout celà est idéal dans l’absolu mais impossible
    dans certains cas… Alors, on fait de son mieux, ou du moins on le croit… jusqu’au jour où… Je m’égare…

  4. mamandoudouce dit :

    Pas facile de vivre cette étape! Ma fille a la chance d’avoir ses 4 grands-parents et donc pour nous d’avoir encore nos parents mais elle m’a déjà posée des questions sur mon tonton (décédé il y a
    bientôt 3 ans donc elle l’a connu) et sur ma grand-mère (décédée il y a bien longtemps…)quand je lui raconte des choses de quand j’étais petite. On essaie de répondre au mieux mais difficile de
    savoir si l’on utilise les bons mots. On n’insiste jamais mais quand elle nous en parle, on ne fuit pas.
    Je trouve que tu as bien réagi.

  5. natmum02 dit :

    arffffff …….. ici les enfants n’auront connu que leurs grands parents maternels…. le père de mon homme est décédé il y a bien longtemps maintenant et sa mère une année avant la naissance de
    ma minette……. une dame qui aurait aussi été une mamie gateau.. pour sa naissance, la minette a eu un arbre généalogique en déco et nous y avons mis les photos de tous ses grands parents…
    quand elle les voit, elle sait qui ils sont……. elle ne pose pas encore de question mais du haut de ses 4 ans, je pense que ça ne tardera plus….

  6. FoxyMama dit :

    Malise, j’en ai les larmes aux yeux

  7. pauline k dit :

    j’ai les yeux qui piquent…

  8. amélie dit :

    Très joli article … qui me fait pleurer avant d’aller au lit …
    Je suis sûre que tu sauras lui faire connaître ta maman quand viendra le moment pour lui. On sent en toi cette fierté, cet amour. C’est beau.

  9. Calou dit :

    Quand tu parles de ta maman, je fonds en larmes … La mienne est toujours là, et je redoute tellement cela. Cela me ferait tellement mal que je ne peux y penser.
    Elle est sur tous les fronts, et est même actuellement à mes côtés suite à des soucis de grossesse. Et j’en ai besoin, tellement besoin.
    Je te souhaite plein de courage.

  10. pas facile, comme tu dis, de mettre des mots sur des choses qui nous submergent d’émotions…

  11. anyuka dit :

    Ton article me parle (et me fait pleurer), oh combien. Moi je provoque souvent la discussion avec mon grand sur ce thème, bizarrement j’ai toujours voulu être sûre par exemple qu’il comprenne bien
    que la compagne de mon père n’est pas sa mamie… je veux que ma maman garde sa place, même si elle n’est plus là !! et je lui répète si souvent à quel point elle les aurait aimé ses deux petits
    enfants…

  12. Oulàlà je le savais que j’aurai les yeux humides en lisant ce billet.

  13. mamandoudouce dit :

    Je ne peux pas commenter à la suite de ta réponse donc je le fais ici. Pas d’inquiétudes sur le fait que ton loulou n’en parle plus. Les enfants n’ont pas le même rapport avec la mort que nous
    adultes nous pouvons avoir.
    Encore un exemple de ma fille mais c’est ce que je connais le mieux ^^ Un jour en voiture, elle me demande où est tonton? Je lui répond et directement elle enchaine sur un tout autre sujet sans
    m’en reparler pendant des mois.
    Le sujet et les questions reviendront…

  14. Maman d'hiver dit :

    C’est drôle, ce questionnement m’a traversée justement hier soir…
    Mes parents ne sont pas décédés mais je les ai perdus d’une autre façon et je m’interroge sur ce que je répondrai à mon fils quand ses questions viendront.
    Peur de mal faire, de ne pas être claire et de lui dire trop de choses, des précisions qui ne feraient qu’inquiéter le petit garçon qu’il est… Le peur de ne pas le protéger de ma souffrance
    surtout.
    Vaste problème… Je trouve que les mots que tu as choisi étaient très beaux et très justes

  15. FleurDeMenthe dit :

    Quelques mots pour me dire que tu m’as émue… C’est très beau ce que tu as écrit…

  16. Cathy Tardito dit :

    Merci d’évoquer ce sujet pourtant si intime et douloureux. Je partage votre situation, mon petit loup n’a que deux ans et demi et je ne sais pas comment aborder et lui parler de quelqu’un qu’il ne
    verra qu’en image. Il est fou de sa grand-mère paternelle, mais il ne comprend pas qui est la « dame » sur les photos près de mon lit, son autre mamie qui n’est plus là. Je me refuse à en faire un
    secret, mais je ne veux pas non plus trop le bassiner avec ça. J’espère qu’un jour il aura la curiosité et que moi, j’aurai les mots pour expliquer !

  17. Ptisa dit :

    mes filles n’ont pas de grand-pères. Celui du côté du papa est mort avant leur naissance et mon papa est mort quand Violette avait 2 ans. Elle était avec nous à l’enterrement mais elle n’a rien
    compris à rien, c’est normal. Quand elle voit la voiture de son grand-père (côté papa) elle dit que c’est la « voiture papi » mais elle n’a jamais demandé où il était et elle n’a jamais vu de photo
    de lui. Quand elle voit des photos où elle est avec mon père, elle reconnaît son pépé. Mais elle ne demande pas non plus où il est. Je redoute comme toi le jour où elle va poser des questions, mais
    comme toi, je pense que se sera très simple de lui dire la vérité, simple pour elle, mais douloureux pour nous. En même temps, je crois qu’on s’attend à des tas de questions « tordues » comme s’ils
    cherchaient des explications impossibles à donner alors qu’en fait ils se contentent de nos réponses.

  18. edith dit :

    très beau texte… il est difficile de parler de la mort avec de jeunes enfants, surtout lorsqu’il s’agit de quelqu’un de très proche et que l’enfant n’a jamais connu…Mes deux petites soeurs (que
    ma mère a eu avec mon beau père) n’ont toujours connu que deux grands parents, les parents de mon beau père étant décédés lorsqu’il avait 16 ans…je ne me souviens plus de la façon dont elles ont
    intégré ça! Mon « grand » de huit ans a très bien intégré « la mort », mais à même pas trois ans, cela doit être un concept complètement flou!Devenir maman sans sa maman doit être difficile…et c’est
    normal qu’elle te manque « encore » plus depuis que tu as tes loulous! Bon courage pour tout ça!

  19. Miss Dada dit :

    Ton billet m’a émue aux larmes, tu l’as très bien écrit. Leur mamie veille sur eux de là-haut …

  20. A la mère si dit :

    J’en ai des frissons… Comme souvent avec tes billets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *