malise
3 septembre 2013
La maladie comme une épée de Damoclès

Je ne suis pas hypocondriaque, et si j’ai pu l’être pour mon premier enfant, l’arrivée du second m’a bien soignée. Je n’imagine pas avoir les pires maladies qui soient dès que j’ai un petit truc qui ne va pas, et d’une manière générale j’ai plutôt tendance à reculer au maximum la prise de rendez-vous chez un médecin.

Cet été, au cours d’un apéro en tête-à-tête avec mon Amoureux, nous parlions de ces huit années qui viennent de s’écouler, et du fait que nous avions quand même un peu vieilli. Oui, un peu, même si cela ne se voit pas trop (ahem!). En plaisantant, je lui ai dit que j’avais déjà reçu suffisamment de tares plus ou moins héréditaires, et que si la vie pouvait me gâter un petit peu en m’épargnant rides et cheveux blancs le plus longtemps possible, je n’étais pas contre …

En plaisantant.

Ma Grand-Mère paternelle a eu la maladie d’Alzheimer. Mon Père a un Parkinson. Ma Mère m’a transmis une translocation chromosomique. Elle est décédée d’un cancer du foie, après avoir lutté de toute sa volonté contre un cancer des intestins.

Je vis avec cette histoire familiale. Je n’y pense pratiquement jamais. Pour moi je veux dire. Je pense à ceux que j’aime, à ceux qui me manquent. Je sais à quel point la maladie peut tout détruire, à quel point elle fait souffrir.

Je ne connais pas vraiment la probabilité qui existe pour que je sois moi aussi un jour atteinte d’une de ces maladies. Je sais juste qu’il va falloir que je me fasse dépister régulièrement, et que la prévention dans mon cas est plus qu’importante.

Je n’ai pas peur, je ne crois pas en tout cas. Je suis confiante.

Et pourtant.

Parfois, il m’arrive de me demander, au détour d’une réflexion, si j’aurai la chance de voir mes enfants atteindre l’âge que j’ai aujourd’hui.

Parfois, quand j’entends parler de cancer, et même lorsqu’il s’agit de personnes que je ne connais pas, j’ai la gorge qui se sert, une boule d’angoisse qui rend ma respiration difficile. Je ressens une empathie presque anormale.

Ce matin, j’ai appris le décès de la comédienne Valérie Benguigui, à 47 ans. Si jeune. Tellement jolie. Bien malgré moi, j’ai compté le nombre d’années qui nous séparaient, et bien malgré moi, je n’arrive plus à m’ôter cette idée de la tête. Que la maladie est là, cachée, à attendre son heure.

Je sais qu’il faut que je me raisonne. Qu’il faut que je sois positive, et que je me dise que je serai épargnée. Mais il ne faut pas non plus que je me voile la face. Cette épée-là existe bel et bien, et je dois continuer à vivre avec elle tout en tâchant d’oublier sa présence.

Ce soir, j’ai rendez-vous avec un gastro-entérologue.

Je ne suis pas malade. Non. Je me préserve …

http://imalbum.aufeminin.com/album/D20051107/144996_YBWY33CPBCFHBW5VD3RV1DHEVXJ6T7_valerie_H185302_L.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Vis ma vie »

15 réponses à “La maladie comme une épée de Damoclès”

  1. Anne-Laure dit :

    Le cancer est une maladie qui m’angoisse terriblement aussi.
    Mon papa est mort d’un cancer et on ne souhaite ça à personne, pas même à son pire ennemi 🙁

  2. mamandoudouce dit :

    Comme je te comprends! Les maladies graves je connais dans ma famille et je peux te dire que tu as raison de ne pas prendre de risques! Je suis un peu comme toi! Il y a des moments où j’y pense et
    ça me stresse +++ et d’autres moments où je n’y pense pas du tout. J’essaie de ne pas trop m’en faire et de me faire suivre comme il se doit quand il y a besoin. (moi aussi je vois un gastro).

  3. mieux vaut prévenir que guérir comme on dit. mais je me doute que ça doit te travailler de temps à autre.

  4. lili dit :

    Décidément, on croirait que tu lis dans mes pensées quand tu écris…Il se peut que la maladie de ma maman est héréditaire… j’ai peur aussi… c’est une maladie qu’on peut avoir dés l’age de
    40ans… soit 7 ans… et ça me fait peur. je n’arrête pas de me demander si je dois faire le test pour savoir si j’ai le gêne ou non. j’ai peur.
    courage pour tes examens, je crois que nous avons les mêmes peurs en ce moment. bisous.

  5. Tu as raison d’être prudente, de faire ce qu’il faut et d’essayer de ne pas trop y penser. Le décès de Valérie Benguigui je l’ai appris à midi et ça m’a fait un choc… j’adorais cette actrice, si
    belle, si jeune…

  6. A la mère si dit :

    Je comprends tout à fait le fait que tu sois prudente et que tu pense souvent à l’histoire de ta famille. Cela ne t’empêche de vivre en profitant de chaque instant et c’est bien là le principal!

  7. Mam'aParis dit :

    Ton article me parle car j’ai ressenti la même chose en découvrant la triste nouvelle pour cette actrice. Comme j’avais ressenti la même chose que toi sur ton article de la masectomie d’Angelina
    Jolie. Ma famille comporte quelques hérédités aussi (cancer de l’ovaire) et de mon côté aussi je dois mef aire suivre régulièrement même si après une recherche génétique nous ne sommes pas une
    famille « génétiquement » concernée. J’y fais allusion dans mes billets, car parfois j’ai une bouffée d’angoisse quand je regarde mon fils tout comme toi. Mais malgré tout je n’ai pas peur, car je me
    dis que la science évolue, que l’on se dépiste de mieux en mieux, que dans quelques années il y aura de nouvelles techniques et de nouvelles façon d’affronter tout ça. Je me dis que la prévention
    est la meilleure des armes

  8. NiouzMum dit :

    Je comprends ton inquiétude et ton besoin de te rassurer, ce qui de toute façon est une bonne chose puisque participe à la prévention …
    Je pense beaucoup au décès de cette actrice que j’appréciais beaucoup depuis que j’ai lu l’info, je pense à sa famille, à « ceux qui restent », et je suis tellement désolée, elle était encore bien
    jeune …
    J’espère que ton rdv chez le gastro aura été positif et t’aura rassurée.
    Bises

  9. pauline k dit :

    Tu as bien raison de te préserver. Si ça permet de vivre plus sereinement, il ne faut pas hésiter… Je t’embrasse

  10. Quand j’ai appris son décès ça ma touché, si jeune… on n’est malheureusement jamais à labri c’est pourquoi il faut faire attention à soi et profiter de chaque jour parce qu’on ne sait jamais ce
    que demain est fait… tu as raison il vaut mieux prévenir…

  11. callistar dit :

    Cet article aurait pu être écrit de ma main; chaque décès causé par le cancer me renvoit toujours en pleine tête cette épée de damoclès. Mais contrairement à toi, je n’ai pour l’instant pas le
    courage de consulter un gastro entérologue, mon père est parti il y a tout juste un an, avant lui l’ont précédé sa soeur et sa mère; tous arrachés à la vie entre 50 et 60 ans par un cancer de
    l’estomac.
    Pour moi, j’ai l’impression que ce cancer est incurable alors je n’avance pas de peur d’apprendre que moi aussi je suis atteinte…la politique de l’autruche…c’est moche hein?!

  12. Délia dit :

    Je comprends cette sensation, d’oublier ces choses là dans la vie de tous les jours, mais de se sentir rattrapé quand quelqu’un meurt de ça. J’ai dans ma famille 4 personnes mortes du cancer, ma
    grand mère a Alzheimer, y’a du diabète aussi, enfin bon autant te dire que question maladies on a été gâtés …
    J’évite d’y penser, en me disant que ça n’arrive qu’à partir d’un certain âge, que je suis encore jeune, mais j’me vois déjà aller me faire dépister tous les quatre matins vers ma 50aine.
    Je pense qu’on est de plus en plus de nos jours, à craindre la maladie plus que la vieillesse .. C’est le progrès, si on peut appeler ça comme ça …

  13. Comme je te comprends… Mes deux parents ont été atteints d’un cancer et je vis également en permanence avec cette épée de Damoclès sur la tête. Je suis également suivie de près et dépistée deux fois par an par rapport au cancer du sein. Je croise les doigts et j’essaie de ne pas trop y penser. Je suis heureuse en tout cas que pour toi ce dépistage et ce suivi aient permis de prendre les choses au bon moment là où tout est encore possible. Des bisous et plein de belles choses pour toi

    • malise dit :

      Merci beaucoup pour ton message. Malheureusement dans mon cas il ne s’agissait pas d’un dépistage (je suis suivie comme toi à cause du cancer de ma mère) mais d’un cancer de la peau, inédit chez nous ah ah. C’était un truc vu par 4 médecins différents depuis 5 ans, parce que je voulais le faire retirer, et jusque là tous m’avaient dit que c’était bénin et donc inutile… Comme quoi, dans bien des domaines, il faut toujours s’écouter. :/ Merci beaucoup pour ton message en tout cas, je suis de tout coeur avec toi, je croise les doigts pour que nous restions tranquilles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *