malise
10 septembre 2013
Son lit de grande, tout un symbole!

Choisir le bon moment pour passer du lit à barreaux au lit de grand fait forcément partie de la multitude de questions que nous nous posons à un moment où un autre. Avec le choix du lit, par conséquent.

Dans notre cas, la grande question était : est-ce une bonne idée de sortir bébé de son petit lit, et lui donner ainsi la possibilité de se carapater ? … Sous-entendu : le voir se relever le soir et pourrir (encore plus) nos soirées, et se réveiller (encore plus) tôt le matin pour aller jouer!

D’une manière générale, j’ai l’impression que nous attendons tous plus ou moins l’arrivée des deux ans pour franchir ce cap décisif, puisque c’est finalement l’âge auquel le besoin d’autonomie de l’enfant commence à se faire vraiment très fort. Quitter son tout petit lit ne peut alors qu’être positif, puisque c’est aussi la preuve que nous acceptons de le voir grandir en lui offrant cette plus grande liberté de mouvements.

Mais tout dépend bien entendu des enfants, et je suis sûre que je ne vous apprendrai rien en vous disant que tout ne marche pas toujours comme on l’aurait souhaité …

Tu veux dire qu’avec un enfant on a toujours des surprises ??? Waouh, le scoop!

Bref.

Pour Loulou, nous nous étions dit que nous lui changerions son lit l’été de ses deux ans. Oui mais voilà, l’été de ses deux ans correspondait aussi avec l’arrivée de sa toute nouvelle petite soeur, et nous avons finalement eu peur qu’un changement d’environnement soit le bouleversement de trop dans ses habitudes déjà bien chamboulées.
Alors, nous lui avons dans un premier temps retiré sa gigoteuse, et installé une couette faite par Mamie dans le lit à barreaux pour qu’il commence à s’y habituer.
Puis, au bout de quelques mois, nous avons su qu’il était prêt à passer à l’étape supérieure. Peur de rien, nous avons attendu le moment du passage à l’heure d’hiver pour le faire, quitte à se pourrir la nuit autant le faire pour de bon!
Mais que nenni! Notre Loulou s’est réveillé comme une fleur après une nuit complète, et a attendu patiemment que nous venions le chercher le matin après seulement quelques cris gentiment stridents …
Petit bonhomme était devenu grand, le changement de lit dans son cas est passé comme une lettre à la poste.
Cerise sur le gâteau (et après j’arrête-là avec mes expressions de grand-mère), comme il était assez docile (à l’époque), il lui a fallu près d’une année avant de comprendre qu’il avait le droit de sortir tout seul de son lit, ce qui ne l’empêchait pas de faire le cirque le soir ni de se réveiller tôt le matin, mais au moins on ne le voyait pas débarquer à tout bout de champ.

Loulette, quant à elle …

Aaaaah, ma Loulette …

Bon, je ne vais pas vous refaire l’historique de nos nuits hein, le propos n’est pas là, et puis j’ai créé une catégorie tout exprès si vous avez envie de pleurer d’en savoir un peu plus.
Mais sachez en gros que cela faisait bieeen longtemps que nous pensions à la sortir de son lit à barreaux. Il faut dire qu’elle avait depuis longtemps l’habitude des grands lits, puisqu’elle a toujours refusé de s’endormir dans un lit parapluie lorsque nous n’étions pas chez nous, et que nous la couchions donc sur des lits deux places ou des matelas posés sur le sol.

Au printemps, ses nuits (et par conséquent les nôtres) étant ce qu’elles étaient, nous avions commencé à regarder du côté des futons, qui nous paraissaient être un bon compromis. Mais nous avons attendu, repoussé, trouvé d’autres priorités, et par conséquent laissé tombé, d’autant plus facilement qu’elle s’est soudain mise à dormir d’une traite.
Il n’y avait donc plus aucune urgence, et comme en réalité j’avais juste la trouille qu’elle se réveille de nouveau en la changeant, il n’y avait plus d’urgence DU TOUT.

Oui mais voilà, la Loulette a elle aussi profité de l’été pour pousser, pousser, et à un moment, quand je l’ai vue posée dans son pitit lit tout riquiqui, je me suis dit qu’il ne fallait pas que ça dure trop longtemps encore. Loulette débordait.
Passé le cap des couchers difficiles grâce à notre meilleure amie la veilleuse, il n’était pas rare que la miss se réveille en hurlant parce qu’elle s’était coincé un pied dans les barreaux, ou parce qu’elle se retrouvait toute tassée d’un côté ou de l’autre de son lit.
Ajoutons à cela trois semaines de vacances et de dodos dans le lit deux places de chez sa Mamie, il était hors de question qu’on la remette dans sa prison à son retour à la maison.

Nous lui avons donc trouvé un lit de grande fille tout mignon sur le Bon-Coin, et profité de l’occasion pour changer aussi celui de Loulou. Quand ils étaient chez leurs grands-parents, nous avons passé une soirée à démonter leurs anciens lits et à monter les nouveaux, pour leur faire la surprise lorsqu’ils reviendraient …

Je ne vais pas vous dire qu’ils n’ont pas été contents, je ne vous explique pas la fiesta quand ils ont découvert leurs nouvelles chambres!

Finalement, tout s’est plutôt bien passé. Le moment d’aller se coucher en ce moment s’apparente plus à un parcours du combattant qu’à autre chose, mais je ne sais pas si cela a un rapport.

Ce qui est sûr, c’est que Loulette se réveille de temps en temps la nuit, mais se rendort très vite. Je pense que c’est parce qu’elle n’a pas l’habitude de l’oreiller, ni de la couette, et qu’ils la dérangent.
Elle ne se relève en tout cas pas une fois qu’elle est couchée, et le matin ou après sa sieste elle ouvre toute seule sa porte et nous appelle du haut des marches, toute fière.
La seule chose qui ait vraiment changé finalement, ce sont ses heures de réveil, puisque depuis elle dort une bonne heure de moins qu’avant …

Bon, je vous ai raconté tout ça parce que c’est une vraie étape, qui fait souvent peur mais qui se passe généralement très très bien. C’est un gros changement pour les enfants, mais il l’est pour nous aussi pas vrai ? Il modifie le regard que l’on porte sur nos petits, qui ne sont plus des bébés, et pour de bon cette fois.

Le petit lit de Loulette, c’est moi qui l’ai démonté. J’ai retiré le tour de lit, que j’ai rangé avec les gigoteuses qui dorment dans l’armoire depuis cet été. J’ai posé les barreaux dans un coin, et j’ai regardé sa chambre qui se retrouvait complètement transformée. Une chambre de petite fille.

Quand Loulette se réveille la nuit, que je la prends contre moi pour aller faire un câlin sur son fauteuil comme nous l’avons toujours fait, je sens ses jambes qui entourent ma taille, et ses bras qui serrent mon cou. Elle est lourde, elle est grande.

Il n’y a plus de lit de bébé à la maison. Parce qu’il n’y a plus de bébé.

Lit-de-grande.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Dormira ? Dormira pas ? »

10 réponses à “Son lit de grande, tout un symbole!”

  1. Angel dit :

    Ah l’étape du grand lit c’est admettre que bébé est devenu grand.Pour les deux grands je n’ai pas eu l’appréhension qu’ils se relèvent une fois couchés. Et puis tout s’est très bien passé, pas de
    nuits écourtées, ils ont dormi comme à leur habitude. Mais pour le petit dernier même si il commence à être moins à l’aise dans son lit de bébé j’ai du mal à franchir le cap par peur de le voir se
    relever le zouzou. Le pire c’est que son lit de grand est prêt dans la chambre, le tout est que je tente l’expérience. Bonne journée, bisous

  2. Nous on arrivera jamais à la sortir de son p’tit lit, elle ne va jamais vouloir rester dans un grand lit et s’y endormir, ça serait la fin de notre vie de couple ^^ Je garde espor, qu’elle
    s’assagisse.

  3. perrine dit :

    C’est toujours un cap à passer ! il resservira peut-être le lit de bébé !

  4. mamandoudouce dit :

    C’est une grande étape et on doit tous y passer en tant que parents…
    Nous, on l’a passée dans un grand lit vers ses 2 ans et tout s’est très bien passé! Rien n’a changé dans ses habitudes et tout a roulé! Le pied pour nous ^^

  5. Ptisa dit :

    lol Violette est comme loulou, elle ne descend pas de son lit une fois qu’elle y est entrée (le 1er jour on lui avait bien expliqué que si elle descendait elle retournait dans le lit à barreau ! sa
    soeur arrivant 6 mois plus tard, j’ai laissé le lit à barreaux dans la chambre pour pas la dépayser !). Nelly demande souvent à dormir dans le lit de Violette mais nous attendrons l’été prochain,
    elle aura 2 ans et demi et on a de la tapisserie à refaire et surtout mettre Violette en hauteur!

  6. pauline k dit :

    C’est marrant, mon grand a fait comme ton fils… il a mis des mois à sortir tout seul de son lit. Il continuait à m’appeler pour que je vienne le chercher. Pour ma cocotte, j’attends encore un
    peu. Elle aura 2 ans en janvier…
    C’est une grande étape! Ranger le lit de bébé, le tour de lit et tout et tout… Tu le gardes ton lit de bébé??? 😀

  7. ladypirate dit :

    Je me posais justement la question il n’y a pas longtemps pour mon fils ! Il aura 2 ans le mois prochain, mais les couchers étant un peu … sportifs 🙁 en ce moment, j’ai peur que ça empire dans
    un grand lit…
    Mais c’est peut être bien moi qui n’ai pas encore envie de voir une chambre de petit garçon…
    Arrf ils grandissent si vite !
    Bises et bonne journée !

  8. working mum dit :

    hihi et on se sent comment alors quand y a plus de bébé? nous aussi on a voulu passer au lit de grand vers ses deux ans car elle voulait dormir dans notre lit… elle s’y endromait puis on la
    transvasait. cette période lui est passé et elle est toujours dans un lit à barreaux. depuis le début de notre road trip québécois elle a testé des lits de grands et en est tombé (on avait mi un
    matelas) donc on attendra 🙂 j’aime encore que ce soit un bébé hihihi!!

  9. Tu as raison, c’est souvent aussi un cap pour les parents. Voir ses enfants grandir c’est beau mais chaque etape est une etape pour tous et comme tout changement, ca ne se passe pas sans doutes ni
    craintes.
    Tres beau billet comme toujours malise, charge d’emotion.
    Grosses bises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *