malise
22 septembre 2013
Serial likeuse

Mon blog, Facefook, Twitter, Intagram, Pinterest, Hellocoton…

Je voudrais avoir le temps de tout faire. J’aimerais pouvoir écrire tout le temps, tout ce qui me passe par l’esprit, toutes ces pensées qui fourmillent et qui ne demandent qu’à sortir. Je voudrais lire tous mes fils d’actus, être présente, commenter, retwitter, admirer ces jolies images qui sont l’expression de tellement de talents. Je voudrais être active plutôt que passive,
répondre présente aux sollicitations et aux tags, participer aux rendez-vous qui me tentent, faire partie d’un groupe, même virtuel, à part entière. Je voudrais que les journées durent 48 heures.
Je voudrais…

Depuis que j’ai un accès illimité aux réseaux sociaux, ma vie me semble comme suspendue à celle des autres. Je rêve par procuration, j’admire, j’envie parfois. Je suis touchée profondément par ces expériences si similaires à celles que je peux avoir. Je voudrais connaître tout le monde, me faire des amies tout en me disant que ce n’est pas superficiel, partager, encore et encore.

Oui mais.

Je travaille, à temps complet, un métier avec quelques responsabilités auxquelles je ne peux pas me dérober. J’ai deux enfants encore petits qui ont besoin de moi, et un Amoureux que je ne veux pas délaisser. J’essaie de profiter, d’avoir des espaces de liberté dans le monde bien réel, et de ne pas rester l’oeil collé à mon écran de téléphone ou d’ordinateur.

Plus le temps passe, et plus je trouve difficile de concilier tout cela. Comment font-elles, ces wonder women, qui assument sur tous les fronts ? Un boulot, des enfants, une vie sociale, un blog voire plusieurs, un Twitter actif et réactif, un Facebook qui ne fait pas que survivre, des milliers de superbes photos postées ou pintées…

Je n’étais pas comme cela avant, quand je n’avais pas de Smartphone. La vie Internet ne pouvait pas m’interpeller, puisque je n’y avais guère accès.

Depuis, je suis tombée dans le piège de l’ultra-connexion. Je checke les réseaux sociaux à chaque minute de libre. Je ne lis plus de livres, je lis la prose finement tournée de tous mes confrères et consoeurs de la blogosphère. Tant et tant que je finis par m’y perdre.

J’ai essayé de limiter mes abonnements Hellocoton aux blogs qui me touchent ou m’interpellent, je balaie régulièrement ma liste d’amis sur Facebook pour ne garder que ceux qui s’intéressent un tant soit peu à moi. Mais ce si peu est déjà tellement trop.

Avant les vacances, il n’était pas rare que je passe le seul moment de la journée avec mes enfants le téléphone entre les mains, à rire des bons mots des autres enfants, sans me préoccuper d’avantage de ceux des miens. Mon Amoureux, bien loin de tout cela, m’a même dit un jour qu’il pensait avoir commis la plus grosse erreur de sa vie en m’offrant ce Smartphone, qui allait finir par nous séparer…

Mais comment se sevrer, une fois qu’on a mis le pied là-dedans ? Comment reprendre contact avec les communs des mortels qui n’ont pas cette vie virtuelle si stimulante ?

Je me souviens très bien, au tout début où je me baladais sur Facebook, avoir suivi une discussion entre blogueuses qui se moquaient de celles qui likaient à tout va. Liker pour être likées, je crois que là était la question. Cela m’avait surprise, parce que je n’avais jamais vu les choses de cette manière là, et puis j’étais encore novice dans cette manière d’échanger des informations en temps réel. Les « like », les « j’aime » ne me parlaient pas plus que cela, et quelque part je ne voyais pas trop à quoi cela pouvait servir.

Et puis j’ai appris. Et j’ai commencé, moi aussi, à mettre des petits coeurs ou à cliquer sur le petit « j’aime ». De plus en plus.

Aujourd’hui, je suis une serial likeuse.

Loin d’être pour moi une manière de me faire remarquer et d’attendre une réponse en retour, ce système me permet de montrer ma présence, de dire « coucou, je suis passée par chez toi, et j’ai apprécié ce que j’ai lu ». Il m’arrive de partager, mais pas assez spontanément. Il m’arrive de commenter, mais pas assez régulièrement. Je lis, oui, énormément. Et avec mes propres écrits, cela
me prend une bonne partie de mon temps que je n’arrive pas à rendre extensible.

Je suis une serial likeuse, parce que c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour me permettre de faire cohabiter mon quotidien bien chargé et mon envie d’être présente auprès de toute ces personnes qui constituent aujourd’hui ma seconde vie. Cela ne me satisfait pas pleinement, pour être totalement honnête. Mais tant que je n’aurai pas appris à me dédoubler, tant j’aurai à coeur de me maintenir un minimum dans la réalité, je continuerai à liker pour exister.

Et vous, quel est votre rapport aux réseaux sociaux ?

http://data.whicdn.com/images/12387019/225757_2225997618309_1498830128_2417064_5906158_n_large.jpg

Cet article a été rédigé pour le Blogzine So Busy Girls.

ArticlepubliéSobusygirls
Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Il était une fois un blog »

16 réponses à “Serial likeuse”

  1. Super ton article. Je me reconnais bien dans ton post. Je crois que la seule chose à faire lorsque l’on a un boulot, une famille, les amis et toute la blogo à côté soit on se fait sevrer et soigner
    car c’est une drogue… Soit on continue. Bonne soirée

  2. Karya dit :

    Je me retrouve complètement dans ce que tu écris et tant pis si mon blog n’est pas aussi alimenté que je ne le voudrais. J’ai déjà un métier qui me prend bien trop de temps pour que j’en prenne en
    plus au détriment des miens. Là d’ailleurs je vais faire une pause dans ma lecture car c’est l’heure de l’histoire du soir. Bises.

  3. Je ne voudrais pas jouer la « vieille conne » mais je vais le faire quand même 😉 Je crois que ce qui t’arrive est bien normal. Tu as commencé à bloguer il y a moins de 2 ans c’est bien ça ? Donc tu
    es en plein dans l’addiction. Je me reconnais dans ce que tu dis, il y a deux ans je ne vivais quasi que pour tout ça, je vibrais en fonction de mes stats, je voulais être partout, je voulais en
    être quoi et puis tout cela a passé, j’y ai accordé beaucoup moins d’importance, je n’écris plus autant, je ne vais plus aussi souvent chez les autres, en tout cas pas tous les jours chez toutes
    celles que j’aime beaucoup pourtant mais j’en suis toujours. Moins frénétiquement et plus sereinement il me semble… Bref oui en effet j’ai fait la vieille conne, l’ancienne, la mamie quoi,
    désolée lol

  4. NiouzMum dit :

    Je ne suis pas aussi connectée que toi (à part mon blog, aucune inscription sur quelque réseau que ce soit), et même si parfois cela me dessert, je suis bien assez accro et absorbée comme ça 😉
    En ce moment j’essaye de lire moins de blogs mais de commenter plus souvent chez celles que j’apprécie …

  5. working mum dit :

    un peu comme toi, je like pour faire coucou j’ai lu… mais dès le départ avec le smartphone, j’ai désactivé les notifications internet: toutes: blogs + FB… J’ai 3 temps de connection: matin pdt
    que la miss déjeune, pdt sa sièste et après son coucher… sinon je me noye!

  6. minouchkaïa dit :

    toujours lectrice d’une petite dizaine de blogs et toujours pas de smartphone à mon actif (LE mal, selon moi, après le Nutell* bien sûr), je me sens déjà accro. Ton article me conforte à en rester
    là, mais je tenais à tenais que I like your Blog!..que cherche-t-on à combler avec les iphone et autres ? je suis tombée sur ce petit topo, finalement assez juste je trouve :
    http://gawker.com/louis-c-k-s-explanation-of-why-he-hates-smartphones-is-1354954625
    Bonne semaine

  7. Un article très intéressant (il est de bons conseils, ton mari ! 😉 ).
    Il y a une chose évidente de mon côté, c’est que le petit coeur que je pose deci-delà est là comme un sourire adressé à la personne dont je viens de lire l’article. Juste pour monter que, même si
    je ne peux pas toujours mettre un mot, j’ai aimé le temps passé sur le blog en question.
    Et parfois à l’inverse, je manque de temps, donc le coeur n’y sera pas. Non parce que je n’ai pas envie de dire « coucou »… Juste parce qu’il y a aussi un monde réel tellement important et que je
    chéris plus que tout.
    J’avoue tout à fait que passer du temps loin des réseaux sociaux ne m’ennuie pas (et vive la programmation des billets, de temps en temps ! 🙂 ). Au contraire, j’y reviens ensuite avec plus de
    pêche. Cela dit, à l’inverse, il y a des périodes où j’y suis trop. C’est pour cela, désormais, que je m’impose de ne pas y penser à certains moments de la journée… et encore plus le WE. Je n’en
    vis que mieux, d’ailleurs 😉
    Un petit « coeur » virtuel, bonne semaine !

  8. anyuka dit :

    C’est EXACTEMENT ça !!! Je n’ai pas toujours le temps hélas de laisser des messages, je consacre plus de temps à lire et surtout j’ai souvent peur de laisser des commentaires sans intérêt, mais
    c’est important pour moi de laisser un petit signe de mon passage, de faire acte de présence… et d’intérêt !!

  9. Ptisa dit :

    c’est un jeu, c’est pour s’amuser, ça n’est rien que ça. Je fais plus de concours, je ne partage plus les demandes pour voter à ceci cela, j’essaie de ne lire que ce qui m’intéresse et pas
    seulement pour regarder des jolies photos, qui au final, sont très artificielles. On ne peut pas être amis avec 200 personnes et s’intéresser à ce que font ces 200 personnes, c’est une perte de
    temps

  10. A la mère si dit :

    Ooooooh mais comme il me parle encore ton article ! Je lis des tonnes de blogs, de statuts facebook, twitter… Beaucoup plus que j’écris…. Ca me prend un temps fou, c’est une grosse addiction et
    moi aussi je like car je ne prend pas toujours le temps de commenter.

  11. ladypirate dit :

    C’est très juste ce que tu écris. Je n’ai pas une grande expérience en tant que blogueuse, mais fut un temps où je passais beaucoup, beaucoup de temps à lire des articles de blogs au gré des liens
    sur lesquels je cliquais de manière un peu compulsive…
    Et puis je me suis calmée. Moins de temps, bien sûr, mais aussi je me suis rendue compte que j’idéalisais beaucoup la vie des blogueuses que je lisais et en comparaison, ma propre vie me paraissait
    bien fade.
    J’ai réduit mes lectures à 5-6 blogs que j’aime particulièrement (dont le tien), et je vais beaucoup mieux !

  12. marion dit :

    J’ai de la chance de pouvoir prendre du temps à mon boulot pour pouvoir lire les articles qui m’intéresse, mais j’avoue que cela me prend déjà presque 2 h de lire et commenter tous les 2 jours
    environ. Du coup, j’ai un facebook et un twitter quasi laissés à l’abandon car vraiment, je n’ai pas le temps de m’en occuper entre le travail, les cours, le stage et la vie artistique à coté…

  13. lili dit :

    ben tu vois, ce que tu dis, c’était moi il y a encore quelques mois… mais désormais, j’y suis de moins en moins, j’écris de moins en moins, et l’envie y est de moins en moins présente… une
    drogue mais pas si dure que ça 🙂 !! pour ma part, j’ai de plus en plus un gout de trop de superficielle… qui malheureusement est omniprésente dans les réseaux sociaux. parce que sur tous les
    likes, les cœurs, et smileys, combien sont sincères…. alors voilà, j’arrive petit à petit à délaisser ce vaste monde virtuel, et à me raviver à nouveau avec les cœurs que me dessinent mon grand,
    les j’aime de mon mari!! enfin la vraie vie quoi! 😉

  14. J’aime bien l’idée de l’ancienne combattante 😉

  15. pauline k dit :

    Je reconnais avoir été comme ça aussi mais je n’y arrive plus. J’ai vraiment plus le temps. Au début ça m’a vraiment frustrée, mais je m’y suis fait 😉
    J’arrive pas à lire mes blogs préférés. Je ne trouve plus le temps de bloguer…et pourtant l’envie est là. En ce moment, j’ai juste le temps pour instagram… c’est rapide et ça n’a parfois pas
    besoin de mots.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *