malise
10 octobre 2013
Mon enfant ne dort pas/ne mange pas/n’obéit pas. C’est FORCEMENT de MA FAUTE!

 

Loulette ne dort pas. Enfin si, elle dort, et même plutôt très bien. Le problème est qu’elle se réveille. Parfois peu, parfois beaucoup, et parfois … pas du tout. Elle sait donc faire ses
nuits, ouf, il faut dire qu’elle a plus de 2 ans quand même Madame, il serait temps!

 

Donc Loulette dort, mais se réveille, pour des raisons diverses et variées. Le passage au lit de grande que nous imaginions bénéfique se révèle en réalité difficile, mais de toute manière je ne
suis pas sûre que la laisser dans son lit de bébé aurait donné un résultat différent.

Elle n’aime vraisemblablement pas sa couette, donc elle se découvre, donc elle a froid, donc elle se réveille et elle pleure. Ou alors, lubie du moment, elle veut jouer. Ou elle a faim.

 

Bref, tout autant d’excuses que je lui trouve, parce que la vérité vraie est la suivante : elle se réveille, et plutôt que de chercher à se rendormir toute seule comme elle sait très bien le
faire, elle préfère m’appeler et se rendormir dans mes bras. Parce que oui, figurez-vous que je vais la voir quand elle m’appelle. Et même pire, hérésie suprême, je la sors de son lit, la prends
tout contre moi dans son fauteuil, et je la berce.

 

Je sais, c’est mal. J’ai honte, très honte. Et puis surtout j’en ai vraiment assez d’être réveillée nuit après nuit, généralement au milieu de mon sommeil le plus profond, de devoir m’en extirper
péniblement, de m’habiller, de monter, puis de retourner me coucher, et de ne pas réussir à me rendormir parce que je guette tous les bruits le coeur battant en pensant que c’est elle qui me
rappelle.

 

C’est FORCEMENT de ma faute pas vrai ? Je n’ai pas réussi à couper le cordon.

 

Nous avons tout essayé ou presque pour changer les choses. Les mots de la pédiatre, qui
ont fait leur effet un bon mois cet été, ont été oubliés depuis longtemps. Chaque soir, comme un mantra, je lui répète que je l’aime et que je ne suis pas loin, qu’elle ne doit pas avoir peur de
dormir, que je serai là pour elle le lendemain matin. Que si elle se réveille, elle ne doit pas nous appeler, mais faire un gros câlin à son chien et se rendormir toute seule. Mais cela ne marche
plus.

 

Son Papa monte la voir aussi souvent que moi. Il ne dit rien, pour qu’elle ne sache pas que c’est lui, et lui caresse la tête.

Mais la bête est finaude, et après s’être laissée avoir plusieurs fois, elle caresse désormais systématiquement la joue de celui (ou celle) qui s’approche d’elle. Et si elle découvre que c’est
son Père, c’est le drame …

 

La nuit dernière, il a encore essayé de monter la voir à ma place. Il m’a dit de ne pas y aller, il a raison, elle le fait pour me voir moi. Mais elle s’est mise dans un tel état que je n’ai pas
pu ne pas me lever, et il lui a fallu près de 10 minutes pour calmer ses sanglots.

 

Ma fille se réveille pour me voir, je suis une mauvaise Mère.

 

 

Quand mes enfants étaient nourrissons, je les ai allaités. Cette décision n’allait pas de soit pour moi, je n’ai jamais trouvé l’allaitement naturel, comme beaucoup le disent. Ça a été très
difficile, j’ai très souvent failli baisser les bras, mais je ne l’ai jamais fait grâce au soutien de leur Papa. Malgré toutes les compétences que j’ai recherchées pour me venir en aide, malgré
tous les spécialistes que j’ai pu appeler au secours, ce n’est qu’en écoutant mes enfants que j’ai réussi à allaiter aussi longtemps que cela nous a convenu. Tous les discours que l’on m’a tenu
étaient contradictoires, parfois moralisateurs, souvent déstabilisants. Je n’avais pas assez de lait, mes enfants ne tétaient pas correctement, ce n’était pas à eux de faire la loi ou alors je ne
tenais pas compte de leurs rythmes. Stimulez votre lactation, complétez avec un biberon, donnez leur des céréales, passez immédiatement au biberon …

 

J’ai choisi d’allaiter, ce n’était pas toujours à la demande parce que je faisais surtout comme je pouvais, j’ai parfois complété avec un biberon, j’en ai sevré un volontairement, l’autre parce
que je n’avais pas le choix.

 

J’ai suivi mon instinct et non les bonnes pratiques. Je suis une mauvaise Mère.

 

 

Loulou est un petit garçon très intelligent, et très sensible. Ce ne sont pas mes mots, ce sont ceux de sa pédopsychiatre, « la Dame » avec laquelle il discute sans que je sois présente.

Il n’a pas de difficultés, il est même plutôt très à l’aise dans ses baskets. La preuve en est la facilité avec laquelle il s’est intégré dans sa nouvelle école. Il s’est fait de nouveaux
copains, il se passionne pour le dessin et pour l’écriture. Il progresse remarquablement. Il n’a aucune « séquelle » de l’arrivée de sa soeur, leurs relations sont seines et on ne peut plus
normales étant donné leurs âges rapprochés.

 

Le problème vient de nous, voyez-vous. Loulou fait des crises, parce que nous ne savons pas réagir correctement à ses emportements. Nous travaillons, nous sommes réveillés chaque nuit depuis des
lustres, nous avons l’audace de vouloir vivre notre vie d’adulte en ayant des activités personnelles sans nos enfants, nous sommes fatigués. Et malgré toute notre bonne volonté, nous n’arrivons
pas toujours à être à l’écoute.

 

Nous ne parvenons pas à éduquer nos enfants de manière bienveillante tout le temps, nous ne sommes pas de bons parents.

 

 

Vous trouvez que j’exagère pas vrai ? Pas tant que ça.

 

J’ai lu beaucoup de billets de blogs ces derniers temps qui donnent des exemples de ces jugements à l’emporte pièce. Des commentaires aussi, essentiellement sur Facebook.

 

Vous ne pouvez pas savoir à quel point tout cela me lasse.

 

Je me demande de plus en plus souvent comment j’aurais évolué en tant que Maman si je ne lisais pas autant de blogs, et si je n’avais pas ouvert le mien. Je vois bien à quel point j’ai changé
depuis un an, et la toile n’y est bien sûr pas étrangère. Mais notre réflexion en tant que parents ne nous est dictée par rien d’autre que notre volonté de rendre nos enfants épanouis. Si nous
lisons, si nous avons entrepris des thérapies, si nous cherchons à nous améliorer, c’est avant tout pour eux, pour nous, et non pas pour entrer dans des cases.

 

J’ai envie de faire plaisir à mes enfants. J’adore leur faire de petits cadeaux lorsque c’est possible. J’aime voir leurs yeux briller si je fais un beau gâteau. J’ai envie de leur coudre des
déguisements, de leur confectionner de jolis vêtements. Je les écoute, je discute beaucoup avec eux. J’essaie d’être présente pour les éveiller, de jouer avec eux, de partager des moments. Je
suis très tactile, je ne peux pas m’empêcher de les serrer fort tout le temps, de les bisouiller, de les caresser. Je ne les frappe pas.

 

Alors je suis une Mère parfaite ? Et eux sont des enfants rois ?

 

Laissez moi vous dire … Je ne suis pas une Mère parfaite. Je ne suis pas non plus une mauvaise Mère. Je suis simplement leur Maman à eux.

Je fais de mon mieux, comme je le peux, pour concilier mes besoins avec les leurs, et malheureusement je n’y parviens pas toujours. Je fais des efforts parce que j’en ai besoin, sans doute bien
plus qu’eux d’ailleurs. Je n’ai pas envie d’écouter des discours basés sur des théories bien commodes. Je me fous des débats stériles, je ne comprendrai de toute manière jamais les querelles des
bien-pensants.

 

A vous, qui doutez parfois, tout comme je doute aussi, je voudrais dire ceci : vous n’êtes ni moins bien ni mieux que les autres, mais vous êtes certainement ce qu’il y a de mieux pour vos
enfants. Ne cherchez pas plus loin.

 

P.S. : Je ne prends jamais part aux débats parce que je suis bien placée pour savoir que chaque histoire est différente, que ce qui peut marcher
pour l’un ne marchera pas avec l’autre, et surtout, surtout, qu’il n’y a pas qu’une seule vérité, à savoir la mienne. Chercher à avoir raison à tout prix et ne jamais se remettre en question est
pour moi le pire exemple de la bêtise humaine.

 

P.S.2 : J’avais cet article sur le coeur depuis pas mal de temps déjà. Je crois que je traîne trop sur Facebook, et que ce n’est pas compatible
avec mon côté naïf qui s’obstine à penser que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil! ».

 

P.S.3 : Heureusement, beaucoup prennent tout cela avec humour, au point de créer un rendez-vous que je suis avec plaisir chaque vendredi. Ce sont
les chroniques des « Bad Mothers » lancées par Rock’N Mom et Petit Diable, relayées par beaucoup d’autres, et qui sont so … véridiques!

 

P.S.3 : Mais quand même, et je m’arrêterai là, j’ai lu des commentaires suite au billet poignant de Ginie sur le site parolesdemamans.com qui m’ont fait me hérisser le poil. Parce que oui, saviez-vous
que l’on fait de nos enfants des enfants rois si l’on choisit de ne pas les éduquer en les frappant ? Non, hélas, je n’invente rien …

 

P.S.4 : De toute manière, je n’ai rien à dire, je ne suis qu’une parfaite mauvaise Mère un jour, et une mauvaise parfaite Mère le lendemain!

 

http://malise.net/wp-content/uploads/2013/10/famille-annees-60-alld-7co3m.jpg

Oui, je sais, ce que je vais vous apprendre va vous

faire un choc, mais il fallait que je vous le dise :

nous sommes au 21ème siècle!!!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 


badge mapage hellocoton 125x25 white

 

Partager l’article !
 
Mon enfant ne dort pas/ne mange pas/n’obéit pas. C’est FORCEMENT de MA FAUTE!:
 

Loulette ne dort pas. Enfin si, elle dort, et m …

10 réponses à “Mon enfant ne dort pas/ne mange pas/n’obéit pas. C’est FORCEMENT de MA FAUTE!”

  1. Si tu savais à quel point ton billet me parle, moi qui me suis bien (trop) longtemps cataloguée toute seule comme une mere pas assez bonne ! Il est tellement vrai qu’on galère toutes un jour ou
    l’autre et ça ne fait pas de nous de mauvaises mères, mais des mères justes assez bonnes 😉 Et nos enfants ne pourraient pas en avoir de meilleurs parce qu’on fait notre max pour eux à travers nos
    remises en questions. Des bisous !!

  2. Alice dit :

    depuis que je bloggue et lis les blogs, je me sens libre de tout ça
    je m’aperçois voilà, quoi, que l’on fait toutes différemment mais que l’on fait toutes ce que l’on peut, avec nos tripes et notre fatigue.
    Mais je suis fascinée par le fait que certaines mères pensent réellemt détenir la vraie vérité vraie, implacable de celle du parent parfait
    chapeau mesdames et pourvu que ça dure 😉

    ton post est encore une fois, comme toujours, superbe et superbement écrit..
    Tout comme les coupons terriblement jolis et tes mots très touchants qui les accompagnaient

  3. Alice dit :

    il est passé mon commentaire?

  4. la carne dit :

    Amen! 🙂 moi je suis une mère parfaitement imparfaite… delà à dire indigne, il n’y a qu’un pas… que je franchis parfois. mon 8 ans a fait son » cirque » au moment du coucher autour de ses 2
    ans… peut être un peu plus tôt. Moi, je suis horrible, j’ai craqué une paire de fois, suis allée le voir.. et au bout de 3 je lui ai dit « maintenant, tu dors. Si tu ne veux pas dormir, tu ne dors
    pas. mais même si tu pleures, cries, appelles ou je ne sais quoi d’autre, je ne reviendrai pas te voir avant demain! »… l’homme et moi avons lutté. il a crié pendant plus d’une heure… le
    lendemain encore… et le surlendemain encore. chaque soir nous lui répétions mot pour mot la même phrase. Quand il criait, on lui répondait sans aller le voir toujours la même phrase « non. nous ne
    viendrons pas, c’est l’heure de dormir »… et puis un jour, il s’est arrêté. tout net. fini. on en revenait pas! parent indigne, mais putain, ça a marché! on a fait pareil pour notre petite, elle
    s’est venu plus tard. elle avait son grand lit. même méthode. même phrase… quand elle sortait de sa chambre, on l’a remettait dedans, sans un mot. un soir, tard, des heures qu’on n’entendait plus
    rien , on est allé voir, elle dormait par terre derrière sa porte de chambre. on la remise dans son lit. ça a été terminé. fini. on a encore halluciné! reste plus qu’à trouver un truc pour qu’ils
    fassent la grasse mat! 😉

  5. NiouzMum dit :

    J’ai du mal à me concentrer réellement sur le fond de ton billet car j’ai fondu à l’image de Loulette touchant la joue de la personne qui va la voir pour savoir qui c’est => trop mignon et trop
    drôle (désolée)
    De mon côté, je n’ai pas Facebook et je ne sais pas si c’est pour ça que je n’ai pas forcément le même ressenti mais depuis que je lis des blogs (pas tous, certes mais un bon nombre de ceux que je
    lis), j’y trouve plutôt beaucoup plus de « soutien », d’ouverture qu’IRL. Je vois passer des querelles et des débats mais je m’y sens étrangère (souvent je ne sais pas qui a « attaqué » qui ni
    pourquoi). Et au contraire, en matière d’éducation j’y trouve plutôt mon compte (= rien de « figé » mais chacun fait du mieux qu’il peut) et des réponses, alors que je me sens beaucoup plus
    facilement jaugée/jugée dans ma vie quotidienne.
    (Je ne sais pas si c’est clair ni compréhensible, je me suis perdue moi-même !)

  6. Ptisa dit :

    on sait tous d’expérience que nos parents étaient de mauvais parents, donc ça continue mdr ! t’es tellement accro que peut être que Loulette elle pense que c’est toi qui a besoin d’elle ? la
    prochaine fois tu lui diras que si elle appelle, tu ne viendras pas, c’est la nuit et qu’il faut dormir. Et tu n’y vas pas, même si tu te lèves, tu écoutes. Et puis, faut pas prendre aux bras,
    c’est écrit partout mais personne le fait, parce qu’on veut la paix avant tout la nuit, pas éduquer ! C’est l’erreur mais merde on veut dormir ! Je pense que ceux qui écrivent les livres et donnent
    des conseils n’ont jamais eu d’enfants ;p

  7. pauline k dit :

    Tu le dis très bien… on fait de notre mieux!
    Le jour où j’ai compris que mes parents avaient aussi fait des erreurs, mais qu’ils m’avaient donné l’amour, le respect, la volonté de réussir ma vie et qu’ils m’avaient toujours fait confiance, ça
    aide à relativiser.
    Et puis, en tant que parent, on n’est pas maître de tout malheureusement… Un jour, on devra les laisser s’envoler et leur faire confiance à notre tour.

  8. working mum dit :

    plutot d’accord avec alice… c’est marrant car en ce moment ma fille se réveille aussi la nuit pour finir la sienne dans mon lit… alors je me dis soit je la laisse pleurer dans son lit et en
    pleine nuit j’ai des envies de meutre… soit je la met dans le notre et ça passera bien un jour… en fait j’ai cette » chance » de croire en mon instinct, meme si parfois ça clache, même quand je
    fais différemment que tout le monde, même si je lis pas de livre… bien sur parfois y a des remises en questions douloureuse mais crois en toi!

  9. la carne dit :

    c’est très dur de résister à leurs pleurs… si l’homme n’avait pas été là, j’aurai craqué, soit pour les consoler, soit pour péter un plomb… mais quand j’ai compris que dire « je ne viendrai
    plus » et revenir quand même faisait qu’aggraver la situation « maman dit ça à chaque fois mais elle revient… alors goooo! »… j’ai arrêté… je t’ai pas dit? je suis éducatrice dans la vie… tu
    connais l’histoire des cordonniers les plus mal chaussés?… ben pareil! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *