malise
15 octobre 2013
Harcèlement à l’école : touche pas à mon fils!

 

Le harcèlement à l’école.

 

C’est un sujet qui revient régulièrement dans les médias, surtout quand cela fini mal. Je me souviens avoir lu beaucoup d’articles à ce propos, notamment suite à la diffusion d’un documentaire
dans  « Zone Interdite » sur M6. J’avais été choquée de voir à quel point les jeunes gens harcelés s’installaient dans un mal-être, persuadés que tout était de leur faute, sans réussir à en
parler à leur entourage. A quel point ils dépérissaient, s’enfonçaient dans la dépression, n’avaient plus goût à la vie. Parce qu’ils étaient devenus les victimes d’un ou plusieurs individus qui
avaient décidé de les prendre pour cibles, de se moquer d’eux, de les racketter, de les molester.

 

Si j’utilise le terme « jeunes gens », c’est volontairement. Dans mon esprit, le harcèlement à l’école ne pouvait concerner que des enfants d’un certain âge, et non pas des tous petits qui
découvrent la vie en collectivité, qui ignorent encore ce qui est bien et ce qui est mal, et qui cherchent avant tout à avoir le plus de copains possibles pour s’amuser.

 

Je me trompais lourdement.

 

Tout a commencé il y a une quinzaine de jours.

 

Je trouvais que Loulou parlait de plus en plus mal, et utilisait des expressions qu’il n’avait en aucun cas pu entendre chez nous. Je m’attendais bien à ce qu’il ramène quelques gros mots de
l’école. Non pas qu’il n’en ai jamais entendu chez nous, nous ne vivons pas chez Nadine de Rothschild (que j’admire profondément)(nan, je déconne!), mais jusque là il les répétait rarement dans
la mesure où nous nous excusons systématiquement quand un « merde » ou un « putain » nous échappe, et que nous lui expliquons à quel point c’est vilain de les dire (« Fais ce que je dis et non ce que
je fais », telle est notre devise! ).

 

J’ai commencé à tiquer, donc, quand je l’ai entendu me répondre des choses telles que « Je m’en fous de toi », « Fous le camp », « Fous-moi la paix », « Tu me gonfles » (et son copain « Tu me fais
chier »), « Dégage! », j’en passe et des meilleures, je n’ai pas pensé à dresser la liste. 

 

Un soir où il me disait « Casse-toi de là » alors que j’étais en train de le coucher, je lui demandé qui parlait de cette manière à l’école. Il m’a répondu que c’était son copain M* (il faut savoir
que pour Loulou tous les enfants qu’il croise sont ses copains), et qu’il disait ça à la maîtresse …

Ok, ahem, « Donc il y a un petit garçon dans ta classe qui dit des choses comme ça à ta maîtresse ? Et qu’est-ce qu’elle dit ta maîtresse quand il lui parle comme ça ? »

« Elle lui dit qu’il n’a pas le droit, que c’est pas bien. Et elle le met au coin, mais lui il lui dit qu’il s’en fout! ».

 

Bien bien bien, le décor était planté. Je me souviens m’être dit que cela devait être très difficile pour une maîtresse de gérer un petit garçon de 4 ans qui réagissait comme cela, et de l’avoir
plaint. Le petit garçon. Parce que oui, j’ai pensé que s’il disait ce genre de phrases, c’est qu’il devait certainement les entendre souvent. Peut-être même chez lui …

 

Bref, j’ai expliqué à Loulou qu’il ne fallait pas répéter ces mots-là, ni à sa maîtresse ni à personne d’autre d’ailleurs, parce qu’ils étaient insultants (j’ai expliqué aussi, oui). J’ai du le
reprendre quelques fois, mais pas tant que ça finalement, alors je ne me suis pas trop posé de questions.

 

Pourtant, le fameux M* revenait régulièrement dans ses récits quotidiens. Et systématiquement de façon négative. Il était puni presque chaque jour pour avoir répondu ou ne pas avoir obéi, était
exclu tout aussi souvent de la cantine parce qu’il y avait fait n’importe quoi.

 

Loulou en parlait toujours comme de « son copain ».

 

Pour moi, Loulou était super content d’aller à l’école. Je vous le disais encore hier justement.

Il y avait bien ce souci de slips souillés, jour après jour, mais Loulou nous avait expliqué qu’il n’osait pas le dire à la maîtresse, parce que l’envie d’aller aux toilettes le prenait souvent
au moment où la maîtresse avait dit qu’il fallait être sage et écouter.

Il y avait bien cette nuit de la semaine dernière où il avait fait un cauchemar et avait hurlé « Non non non! ».

 

Nous n’avions rien vu.

 

Hier, c’est son Papa qui est allé le chercher. Dès qu’il l’a vu, il s’est précipité dans ses bras en pleurant, et en lui disant que M* lui avait dit qu’il voulait qu’il soit mort. Loulou sait
bien ce que signifie la mort. Nous le lui avons expliqué pour ma Maman, et pour la compagne de mon Père qui est décédée l’an dernier. Il lui a dit qu’il lui disait ça tout le temps, et qu’il
l’empêchait de jouer comme il voulait dans la cour. Qu’il lui parlait toujours mal. Et qu’il ne voulait plus aller à l’école, parce M* était méchant avec lui.

 

Mon Amoureux en a tout de suite parlé à la Dame de la garderie. M* n’est en réalité pas dans la classe de Loulou. C’est un garçon beaucoup plus grand, qui doit avoir 8 ou 9 ans. Un enfant
difficile, caractériel, que les enseignants et le personnel scolaire ne savent pas comment gérer. Hier justement, il était puni dans la garderie, parce qu’il avait fait tout un scandale parce
qu’il refusait que Loulou aille jouer dans la cour comme il en avait envie. La Dame de la garderie a demandé à mon Amoureux d’aller parler à ce garçon, ce qu’il a fait. Je ne sais plus ce qu’il
lui a dit précisément, à part qu’il devait immédiatement cesser de s’en prendre à un enfant beaucoup plus petit que lui, et qu’il devait le laisser tranquille.

 

Loulou n’a pas arrêté d’en parler de la soirée. Je suis remontée 2 fois le voir après son coucher parce qu’il avait peur de s’endormir, parce que ça voulait dire qu’on allait être le matin et
qu’il devrait aller à l’école. Je pourrais vous dire qu’il exagérait sûrement, que ce n’était qu’une excuse de plus pour ne pas dormir.

Sauf que ce matin quand il est venu me voir il m’a dit qu’il avait fait pipi dans son lit. Pour la 1ère fois depuis qu’il est propre la nuit.

 

Son Papa en a discuté avec toutes les institutrices ce matin. Elles ont été choquées qu’un garçon, même plus grand, ait pu tenir de tels propos, et ont bien vu que Loulou était secoué. Sa
maîtresse a dit qu’elle allait en reparler avec lui, pour qu’il sente qu’il n’est pas abandonné et que tous les adultes sont au courant.

 

Nous en sommes là. J’ai très envie que ce soir arrive, pour savoir comment s’est passée la journée. Ce n’est pas moi qui vais aller le récupérer à la garderie, mais j’aurais bien aimé. Pour qu’il
me montre son harceleur en herbe, et que je puisse lui dire en face tout le « bien » que je pense de lui. Parce qu’il est hors de question qu’il sévisse impunément, et qu’il puisse s’en prendre à
d’autres, plus faibles et plus innocents que lui.

 

Et vous dites-moi, est-ce que vous avez déjà été confrontées à ce genre de manipulateurs avec vos enfants ? Comment avez-vous réagi ?

 

Moi je me sens très Mère Louve tout d’un coup. J’ai comme une envie de mordre. Je vais essayer de me retenir, mais il parait que la chair fraîche est tellement meilleure!

 

http://malise.net/wp-content/uploads/2013/10/Ectac.Education-Harcelement-a-l-ecole.031.jpg

J’ai trouvé beaucoup d’images sur le net pour illustrer ce billet.

Beaucoup trop à vrai dire, certaines m’ont fait monter les larmes aux yeux.

Alors voilà, ce n’est sans doute pas la plus représentative,

mais elle a au moins le mérite de faire sourire.

Si tant est qu’on le puisse à propos d’un tel sujet …

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 


badge mapage hellocoton 125x25 white

 

Partager l’article !
 
Harcèlement à l’école : touche pas à mon fils!:
 

Le harcèlement à l’école.

 

C’est un sujet qui r …

29 réponses à “Harcèlement à l’école : touche pas à mon fils!”

  1. mamandoudouce dit :

    Oh non pauvre loulou! Heureusement qu’il en a parlé à son papa! J’espère que ce garçon va « enfin » comprendre les choses car la situation ne peut pas durer comme cela! C’est important que tout le
    personnel soit au courant, ça leur permettra de faire « plus » attention et que ton loulou sente que les adultes se sentent concernés.
    Je ne sais pas quoi te dire car je n’ai pas été confronté à ce genre de situation mais je crois qu’en bonne maman poule, ça pourrait faire des étincelles!
    Je vous envoie beaucoup de courage! De gros bisous

  2. natmum dit :

    oh, ton histoire vient de me retourner le bide… sans doute un écho de celle arrivée à un petit garçon de ma connaissance il y a quelques mois, qui a subi lui aussi la « perversion » d’un plus
    grand…
    j’espère que le « grand » a compris et que ton loulou oubliera vite cette histoire pour retrouver son grand sourire en partant à l’école…
    je vous embrasse fort………..

  3. Angeso dit :

    Ha non, pas Loulou ! C’est bien d’avoir parlé au personnel de l’école, au moins il ne se sentira pas abandonné et plus en sécurité. Si il faut j’irai lui dire deux mots à ce sale gosse, non mais !
    En tout cas, pleins de bisous à Loulou

  4. Marie mon-nid dit :

    Oh là là, mère Louve, on le serait à moins !!! Pauvre petit Père… Ce n’est pas juste d’aller à l’école où on doit se sentir en confiance, et justement, là, se sentir en danger. Loin de ses
    parents… Heureusement, les maîtresses ont compris !A priori, elles vont veiller et arranger les choses ! Soit attentive, à l’écoute, et essaie au maximum de leur faire confiance !

  5. Ptisa dit :

    il n’y a qu’une seule chose qui protège vraiment contre le comportement de ces enfants : c’est l’estime de soi et ça protège toute la vie ! Si ce problème n’est pas réglé par l’intervention des
    adultes de l’école il faudra le faire avec les parents du petit. Je pense qu’un enfant qui « s’attaque » à ses camarades doit avoir une drôle de vie chez lui.

  6. han c’est horrible!
    que dire à ton Loulou si ce n’est d’éviter ce M, qu’il n’a pas besoin de lui et que ses autres copains sont beaucoup plus intéressants

  7. Ton billet me donne la chair de poule, mon loulou ayant le même âge que le tien et pouvant donc vivre la même chose. Et puis je pense à cet autre enfant, dans la classe de ma fille, du même genre
    que M*. Je connais un peu son histoire et, de loin, j’ai de l’empathie pour lui. Mais s’il venait à toucher 1 seul cheveu de ma fille, je sortirais les crocs, moi aussi.
    J’espère que ton loulou va mieux, qu’il va très vite se sentir à nouveau en sécurité.

  8. Marie Kleber dit :

    C’est deja beaucoup qu’il ait pu vous en parler. Aller a l’ecole avec la peur au ventre, c’est une chose que je ne souhaite a personne.
    En 30 ans, je pensais que les choses auraient evolue et je suis en colere de constater que rien n’a change et que des enfants doivent encore subir cela quotidiennement.

    Il faut en parler avec lui, a l’ecole et dire les choses. Mes parents a l’epoque ont crie haut et fort leur colere et indignation, c’est ce qui m’a aide.

    Courage a vous tous et tendres pensees au petit loup.

  9. Soma dit :

    Ultra touchant & émouvant…
    Tu réagis bien, j’espère que ton fils va vite oublier tt cela.

  10. NiouzMum dit :

    Pauvre Loulou, c’est ma hantise ce genre de chose … Heureusement qu’il vous en a parlé et que le personnel est conscient de l’attitude de ce garçon ! Peut être ça libérerait Loulou d’en parler
    avec « La Dame »
    Cet été un plus grand a un peu « mal traité » les nôtres … Le pb c’est que c’était le fils d’une copine et qu’on n’a pas trop su comment gérer avec NiouzDad (surtout qu’on n’a pas su exactement ce
    qu’il s’était passé), à part en étant hyper vigilants et à ne pas les laisser seuls avec lui. Quand on les a quittés on a débriefé avec les NiouBoys …
    Bon courage à vous et des bisous à ton Loulou

  11. Ali Alanoix dit :

    oh mon pauvre Loulou 🙁

  12. alice dit :

    HO mince purée, pas drôle ça! pauvre petit chou !
    pas de conseils ou de témoignages car nous sommes épargnés pour le moment…
    en tous cas vous êtes entourés par toute l’équipe pédagogique et on a autorisé ton amoureux à aller directement parler au gamin, ça c’est déjà étonnant et rassurant!!

  13. lilyla dit :

    merci de montrer qu’il faut être alerte en tout temps … ou pas, je suis toujours en train de faire narrer sa journée à ma fille et m’inquiète très vite … mauvais vécu pour ma soeur qui ressort
    aujourd’hui ! mais c’est important, primordial car c’est leur avenir et plus précisément son estime de soi !!!

  14. la carne dit :

    j’en ai parlé il y a quelques semaines, mon grand s’est pris une gifle à l’école, par un « camarade » de classe… sans raison valable (si l’on peut imaginer qu’il y ait des raisons valables). Nous
    ne sommes pas intervenus au niveau de l’école qui apparemment a fait ce qu’il fallait: convocation des parents du baffeur… punition du gosse… photo de la joue de mon gosse comme preuve (ouais,
    une grosse grosse baffe). Nous avons expliqué à notre grand qu’il avait bien répondu et qu’aller voir un adulte était la meilleure chose. depuis, j’en ai parlé avec des amis et TOUS sans exception
    m’ont dit que mon grand aurait du se défendre!… bref. nous avons craint les représailles… on a donc parler pas mal au grand… et pour nous, c’est clair, si ce gosse ose encore une fois froler
    notre gosse, non seulement nous irons à l’école, mais l’homme a dit qu’il choperait le gosse et lui dirait bien en face que « a sa place, je ne recommencerai JAMAIS! »… genre pour faire peur… des
    amis ont du en arriver là avec un gars qui emmerdait leur fille… faire peur a été la seule chose qui ait fonctionné… bref… franchement, moi je ne sais pas ce qui est bien ou pas. rassurer
    l’enfant. lui dire que l’adulte doit le protéger, lui apprendre à se défendre pour lui, et pour ne pas devenir le « peureux » de l’école… compliqué! bon depuis tout va bien hein! il est ravi
    d’aller à l’école, aime sa maitresse, ses copains l’ont considéré comme un héro 2 jours à cause de la marque sur le visage (genre Indiana jones)… mais bon… je n’ai pu m’empecher de lui dire de
    ne plus aller aux toilettes seul…

  15. FloSam dit :

    J’ai les larmes aux yeux!Et je ne sais que dire .
    Vous reagissez comme il le faut.
    Et Loulou réagis aussi comme il le faut, et il ne faut pas oublier de lui souligner !
    Il a raison de parler , et de continuer. Ses parents sont là, et il l’a ressenti.
    J’espere que tout ça cessera, et qu’il ressortira plus fort. Prés à affronter la société. Et surtout prêt à toujours dire à ses parents quand qq chose ne va pas !
    Pour moi c’est le plus important !
    Beaucoup de courage et de force pour tous les 3 !

  16. Banane dit :

    Ouh la!!
    Premier point : je compatis beaucoup, j’ai toujours eu peur de voir notre aîné dans cette situation, car c’est un gentil, trop gentil même.
    Deuxième point : je crois que j’aurais énormément de mal à ne pas prendre le gamin entre 4 yeux et lui faire peur en le menaçant directement de représailles de MA part… pas malin, mais « mère
    louve » je sais ce que ça veut dire.
    Troisième point : le fait que le personnel enseignant ne sache pas s’y prendre avec cet enfant, n’ait pas de prise sur lui, est très mauvais signe. J’imagine que les parents ne doivent pas en avoir
    beaucoup plus, ça fait peur pour les autres et aussi pour M*, parce qu’il doit être en souffrance ce gamin.

    Effectivement, l’idéal serait de savoir apprendre à Loulou a se sentir assez fort pour résister à tout ça. Mais si vous trouvez l’astuce, je la prends, car c’est bien la partie la plus difficile du
    rôle de parent, pour moi ça prend des années pour y arriver!
    Notre aîné a été un peu secoué comme ça par plusieurs copains l’an dernier. Ca n’atteignait pas ce niveau, mais ils avaient remarqué que lui parler de la mort le faisait réagir : l’un lui a parlé
    de champignons vénéneux, en lui faisant croire qu’il lui en avait fait manger (ou toucher, je n’ai pas compris) et l’autre lui a parlé de l’existence de grenouilles vénéneuses en Amérique du Sud.
    Résultat = crise d’angoisse à l’école, appel de la maîtresse car grosses douleurs au ventre et cauchemars pendant plusieurs jours… Il est « en avance », il a une idée assez précise de la mort, des
    angoisses qui ne sont pas de son âge. Mais comment lui apprendre à se protéger?
    Il était suivi à l’époque par uns psy, ça n’a rien changé (suivi trop espacé sûrement), c’est passé avec le temps, on a à nouveau le droit de parler de grenouille à la maison. Mais les gamins en
    question (surtout celui des champignons, qui avait l’intention de nuire, l’autre était plus dans le reportage animalier 😉 ) je les ai repérés et je m’en méfie un peu.
    Bon courage, j’espère que le fait qu’il sache que les adultes sont de son côté et là pour l’aider va permettre à Loulou de retrouver confiance.

  17. ladypirate dit :

    OMG c’est terrible ce que tu racontes ! ça me fait beaucoup de peine pour ton fils et je comprends ta colère, dans mon coeur de maman…
    J’espère que ^très vite ce ne sera plus qu’un vilain souvenir, courage !

  18. Pauvre chéri…
    Je ne sais quoi ajouter! J’espere que le corps enseignant se chargera de cette histoire comme il se doit!
    Pauvre petit chou, j’suis toute remuée là…
    Bon courage!
    es bises!

  19. Wondermummy dit :

    Oh pauvre loulou 🙁
    J’espère que les instits pourront faire quelque chose à propos de ce M et de son comportement!
    Les parents n’ont pas été convoqués?

  20. MissBrownie dit :

    Il y a 2 ans, Chupa a aussi été harcelé par un garçon de 8 ans. Étant donné que ses propos tenaient du harcèlement sexuel on en a parlé direct avec le directeur. Le garçon à problèmes, encore
    maintenant, a été puni de plusieurs récréations. Les instits faisaient attention à la récrée qu’ il ne l » approche pas mais à la cantine, les animateurs ne surveillaient pas. Chupa a fait 1 angine
    blanche par mois toute l’année. Psychosomatique. L’année dernière elle ne le voyait plus car récrée différente. Cette année elle le croise à nouveau. Il a tenté de l’approcher mais elle se défend
    mieux maintenant. C’est un enfant de la dass, je ne sais pas ce qu’il a pu vivre mais pour être comme ça, il n’a pas du avoir une petite enfance heureuse …

  21. Anne-Laure dit :

    Il y a un D* dans la classe de mon fils qui est un petit merdeux. Grégory m’en parle souvent (D* a été puni, D* n’écoute jamais, D* est méchant, etc etc…) Je surveille à fond, je sonde,
    etc…pour l’instant ça va, mais l’idée que cette racaille soit dans la même classe que mon fils et qu’il y sera toute sa scolarité a priori, ça me plait pas du tout 🙁 )

  22. Karya dit :

    Finalement, mon inquiétude de la journée est bien moindre en comparaison. Je compatis et espère que cela va s’arranger pour Loulou. Bises.

  23. julie dit :

    Bonjour,

    Prenez ceci très au sérieux, les gens qui vont dirons « ce n’est pas grave, ça va passer » sont légions. Soient ils sont aveugles à la détresse des enfants soient il n’ont pas de coeur. Ancienne
    enfant martyre des écoles je vous l’assure : un cela ne passe pas deux ça laisse des traces voir des cicatrices. Et là j’entends aussi bien morales que physiques. Et par pitié (bien que je me doute
    que cela ne viendras pas de vous) ne jamais JAMAIS laisser entendre devant l’enfant que cela pourrais être de ça faute : « allons que ce passe t’il pourquoi est ce TOI que ce garçon attaque? il
    c’est passé qqchose?? »

  24. Maman Lulu dit :

    Ici mon arsouille avait été confronté à de la violence physique par d’un de ses camarades dès la moyenne section…J’était allé en parler à ce petit garçon lui expliquant que des copains, c’était
    précieux et qu’il fallait en prendre soin. J’ai cru bon de le faire devant sa maman ce fut une belle erreur…
    Elle m’a répondu que le soir même elle lui ferait comprendre qu’il ne devait pas recommencer. l
    Le ton surlequel elle l’a dit et le regard terrorisé du petit garçon m’ont glacé le sang au point que je m’en voulais d’être intervenu. Chose totalement stupide puisque quoiqu’il en soit ce gosse
    frappait mon fils…BREF
    J’étais mal pour mon fils, mais dans ma tête il fallait aussi aider ce gosse qui serait certainement moins violent si il n’était pas mal traité chez lui. Seul problème on ne peut rien faire sans le
    consentement des parents tant qu’il n’y a pas de VRAIES preuves de violence.
    Cette année il rentre au CP et le jour de la rentrée un élève de CE2 fugue et tabasse un autre gamin au point de lui faire suater son appareil auditif.
    Et bien même topo,nous avons contacté les écoles qu’il a fréquenté auparavant, ce gamin a une immense violence en lui, il reproduit apparament ce qu’il vit à la maison, mais tant que les preuves ne
    sont pas flagrantes, personne ne peut rien faire.
    Si ce gosse touche à mon fils une fois, je porte plainte c’est clair et je le ferai autant pour lui que pour mon fils. Si je porte plainte, j’ai une chance qu’il ne recommence pas et lui il aura
    une chance d’être pris en charge par les services sociaux…
    Et là, je suis en train de parler d’un gosse de 8ans, j’en ai bien conscience!
    Voilà, je ne crois pas que vouloir protéger son enfant de toute sorte de violence fasse forcément de nous des louves, c’est juste naturel, c’est dans no trippes je crois. 😉
    # désolée pour le pavé, mais là ça me touchait vraiment #

  25. la carne dit :

    si ça se reproduisait, nous irions voir l’enseignante et la directrice pour nous expliquer… et leur dire que, à partir de maintenant, nous autorisons notre enfant à se défendre, afin qu’il ne
    passe pas pour le gosse qu’on peut frapper et qu’on lui foute la paix… mais bon… on en n’est pas là…

  26. Oh c’est dur pour ton loulou. J’espère que tout ira mieux maintenant. Bises

  27. Suzanne dit :

    Pauvre petit loulou ! Heureusement qu’il vous en a parlé et qu’il n’a pas tout gardé pour lui !
    C’est quand meme triste que le harcèlement perdure par delà les années…C’est mon pt frère qui s’est fait harcelé et même qu’il a été frappé d’un coup de poing, mon père l’a emmené chez le médecin
    pour faire un constat..Je ne me rappelle plus des suites mais mon père nous a appris les rudiments du Kung-fu qu’on puisse (moi et frère) se défendre si ça se représentait…
    Aujourd’hui je suis Maman de deux petites filles dont la 1ere qui a fait sa rentrée en maternelle et quand je lis de tels récits, j’avoue que ça me fait peur…
    Bon courage à vous en tout cas !

  28. pauline k dit :

    J’arrive un peu après la bataille… (comment n’ai-je pas vu cet article avant?)
    J’imagine votre état, j’en aurais pas dormi!
    J’espère que tout est derrière vous!! Et que Loulou n’est pas trop traumatisé… Je t’embrasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *