malise
7 novembre 2013
Et s’ils devaient grandir sans moi?

L’hiver dernier, je ne sais pas si vous vous rappelez, il y a eu un tag ou un sujet d’article qui a fait le tour de la blogosphère. Il s’agissait de raconter tout ce qu’on souhaiterait faire si
ce jour était notre dernier jour sur terre. C’est fou parce que je sais très bien que j’en avais fait un billet, mais je n’arrive pas à remettre la main dessus, grrr!

Bon, je disais donc en substance que la première chose qui me viendrait à l’esprit, après me faire raser la tête ou teindre en blonde (comment ça je suis futile?), ce serait de trouver un moyen pour savoir à quoi pourraient ressembler mes enfants dans 20 ou 30 an …

Vous trouvez ça bizarre ?

Je vais vous expliquer.

Depuis que je suis Maman, j’ai l’impression d’avoir développé une conscience aigüe du danger. J’ai peur que mes enfants souffrent, ou qu’ils soient malheureux. J’ai peur qu’ils soient malades. J’ai peur qu’ils se fassent mal. J’ai toujours peur qu’il leur arrive quelque chose.

Alors je sais bien que je ne pourrai jamais les mettre dans une bulle malgré toute l’envie que je peux en avoir, mais je suis bien souvent obligée d’enfoncer mon poing dans ma poche contre ma volonté, et de les laisser vivre leur vie sans leur tenir la main tout le temps.

Parce qu’en réalité, pour dire les choses telles qu’elles sont, si cela ne tenait qu’à moi Loulou n’apprendrait JAMAIS à faire du vélo sans roulettes (imaginez un peu ma réaction quand on lui a mis la tête sous l’eau à 4 mois aux bébés nageurs!). Et j’interdirais systématiquement à Loulette de courir, parce qu’elle trouve toujours le moyen de se vautrer dès que je ne la surveille plus. Pas plus tard qu’hier par exemple, elle courait et sautait et s’amusait tranquillement, et il a suffit que je la quitte des yeux pour qu’elle ait envie d’aller vérifier avec son front si le sol
était aussi dur qu’il paraissait.

Bref, heureusement je ne pense pas à tout ça en permanence, et avec l’expérience j’ai aussi appris à relativiser et à faire la part des choses entre les petits et les gros bobos. Je ne me
précipite plus au moindre cri, je prends du recul, je souffle un bon coup et ensuite je regarde (méthode Coué complètement inefficace pour moi ces derniers temps, mais qui a au moins le mérite d’exister alors si ça peut vous aider, voilà.)

Et puis j’ai aussi compris que quand ils se font mal c’est eux qui souffrent et pas moi, et qu’il vaut mieux que j’oublie d’être trop empathique si je veux faire cesser leurs hurlements le plus
rapidement possible.

Je vous l’ai dit, j’ai appris…

Mais j’ai aussi remarqué que j’ai un comportement bien différent au quotidien de celui que je pouvais avoir avant eux. Je me suis responsabilisée, pour de vrai, et j’essaie de ne plus prendre de risques parce que je ne suis plus toute seule.

S’il m’arrive encore régulièrement d’insulter le couillon qui gare sa voiture au milieu de la route (« Dis Maman, t’as dit un gros mot au Monsieur, c’est pas bien! »)(Oups!), je conduis de plus en plus prudemment, que les loulous soient là ou non. Quand je pense qu’avec mon job précédent je roulais en moyenne 4 heures par jour, et qu’il m’est arrivé d’être à 2 doigts de m’en faire coller une par des barjots du volant qui n’avaient pas aimé se faire doubler par une nana, je ne peux pas nier que je me suis drôlement mamifiée (si ça existe!). Je respecte les limites, j’ai la
trouille dès qu’il pleut, je fais très attention à tout ce qui m’entoure.

Je suis une Maman maintenant.

De la même manière, je ne m’imaginerais plus du tout sauter à l’élastique ou en parachute, et c’est tout juste si j’arrive à me faire à l’idée qu’il faudra bien que je refasse du grand huit avec
eux un jour.

Sans parler de la plongée hein, depuis que j’ai vu Gravity je crois que de toute manière je ne serais plus capable de ne dépendre que de mon masque et de mes bouteilles.

Je n’ai jamais vraiment pensé qu’il pourrait arriver que mes enfants grandissent sans moi. D’ailleurs, je ne veux pas m’étendre sur le sujet, c’est trop déprimant.

Mais tout-à-fait égoïstement, j’ai peur qu’il m’arrive quelque chose qui m’empêcherait de voir mes enfants grandir. J’ai peur de ne pas voir leurs petites bouilles se transformer, leurs corps
grandir, les boutons d’acné apparaître. J’ai peur de ne jamais les voir tomber amoureux, aller de découvertes en découvertes, être heureux tout simplement. J’ai peur de ne pas être là pour les aider à se relever s’ils en ont besoin, pour leur donner du courage, pour leur dire que je les aime plus que tout…

Je sais, c’est complètement absurde de raisonner comme ça, puisque si cela devait se produire je ne serais de toute manière pas là pour le regretter. Mais là, tout de suite, je crois que c’est
vraiment ce que je redoute le plus…

Voilà, pardon pour ce billet un peu décousu. Demain je vais subir une anesthésie générale (mais pourquoi c’est ce verbe-là qu’on utilise ?), et bien que ce ne soit pas la première fois de ma vie, c’est la première fois que j’ai réellement peur de ne pas me réveiller…

Allez, faites-moi plaisir, dites-moi que je ne suis pas la seule…

http://1.bp.blogspot.com/-tcBQLLo4tiw/UW0U_t7xPuI/AAAAAAAACH0/xSll9LmgHbY/s1600/tumblr_lvjbx9Tjsg1r4ywgwo1_400.jpg

Image à contenu hautement métaphorique.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

 


badge mapage hellocoton 125x25 white

Partager l’article !
 
Et s’ils devaient grandir sans moi?:

L’hiver dernier, je ne sais pas si vous vous rappelez, il y a eu un tag ou un sujet d’artic …

23 réponses à “Et s’ils devaient grandir sans moi?”

  1. Maman Lulu dit :

    Alors te répondre avec raison serait te dire:
    « Mais c’est notre rôle de parent que de leur apprendre à grandir sans nous et blablabla et blabla bla »
    Si je te réponds avec mon coeur de maman, il y a 2 choses qui me font peur:
    – Les perdre
    – Partir avant de leur avoir donner toutes les « cartes importantes » pour affronter la vie.
    Je t’aide bien là, hein?!

  2. maman taupe dit :

    Je ne me retrouve beaucoup dans ton article. Moi aussi, depuis que je suis maman je me suis mamifiée. J’ai peur pour elle, j’ai peur pour moi. J’étais plutôt casse-cou avant mais suis beaucoup plus
    prudente aujourd’hui. Comme toi, si je devais mourir ce qui m’angoisserait le plus c’est de ne pas la voir grandir. Pas de ne plus vivre ma vie, mais de ne plus être près d’elle. Me dire qu’il n’y
    aura plus quelqu’un pour l’aimer autant que je l’aime… C’est terrible de penser ça, son papa l’aime passionnément aussi, mais je me dis que l’amour d’une maman ça ne se remplace pas… Bref, ça
    me rendrait presque triste ces pensées…
    Je te souhaite plein de courage pour ton anesthésie demain, tout se passera très bien tu verras.
    Bisous

  3. Alice dit :

    j’espère que ton opération est bénigne et tes soucis de santé passagers…
    BING encore une fois tu as touché en plein coeur
    moi il aura fallu attendre les 3 semaines d’Ernest pour devenir une angoissée de la maternité. JE VEUX GRANDIR EN MEME TEMPS QUE MES ENFANTS voilà la seule phrase que je suis capable de me répéter
    des milliards de fois par jour
    Je flippe pour moi et ma santé (je ne parle pas de la leur de santé c’est bien pire) parce que je veux être là pour eux et je veux qu’ils soient là pour moi toute ma vie.
    A simplement l’écrire j’ai les larmes au bord des yeux…

  4. Dhelicat dit :

    Jespere que l’opération est bénigne encore qu’aucune opération ne l’est vraiment des lors quil y a anesthésié générale. J’ai à chaque fois eu cette appréhension: ne pa se réveiller et je me
    souviens de la réaction de l’anesthésiste qui ma répondu et comme tout le monde vous vos réveillerez… Désormais j’ai plus peur de la douleur que de ne pas me réveiller peut-être aussi parceque
    les enfants ont grandis équestre cette appréhension de ne plus les voir est moins forte désormais. Bon courage à toi et reviens vite nous donner de tes nouvelles! Bises

  5. Tu n’es pas la seule (je sais que je te fais plaisir) et je crois que c’est bien la plus grande inquietude qui se glisse dans notre quotidien quand on devient maman.
    J’espere que tout va bien se passer demain et que tu te reveilleras entouree des tiens. Toute operation fait peur, mais encore plus quand tu partages ta vie avec des petits que tu esperes pouvoir
    voir grandir et a qui tu as encore beaucoup de choses a apprendre.
    Courage Malise. Je suis de tout coeur avec toi (et un coeur de maman en plus!)
    bises

  6. mamengagee dit :

    Non tu n’es pas la seule..
    J’angoisse parfois rien que de penser que je pourrais le perdre.. Je ne supporte pas de le voir malheureux. Je veux le voir sourire et etre heureux à chaque instant.
    C’est tellement fort mais aussi parfois tellement dur d’etre parent. Comme un immense amour frustrant parce que tellement fort qu’on ne peut pas le rassasier. (je sais pas si je suis claire, je ne
    me comprends pas moi meme. Lol).
    Si je devais mourir demain, je ferai ça aussi : je chercherai un moyen de savoir qui ils seront dans 15 ou 20 ans. Et surtout de m’assurer qu’ils seront heureux…

  7. Poppy dit :

    Tout se passera bien demain..et tu seras très vite rétablie pour te fâcher après leur énième bêtise de la journée…te fatiguée après le 154ème appel de ta puce…et pour être couverte de câlins
    par tes 3 amours!! En tout cas je pense super fort à toi!!!

  8. selky dit :

    tu sais quoi, non tu n’es pas la seule.
    tu sais quoi, j’aurai pu écrire cet article.
    tu sais quoi, si j’étais vilaine je ferai ctrl c ctrl v sur mon blog.
    je suis une angoissée de la vie, de la maladie, de la mort.
    en ce moment ca me travaille aussi ++. je travaille là dessus mais c’est parfois plus fort que moi.
    j’y pense trop; ça fait mal.
    j’espere que ton opération se sera bien passée, je n’en doute pas et tu seras vite de retour pour les câliner.
    je pense à toi
    selky

  9. Merci, je me sens moins seule. J’ai les même craintes. Peur qu’ils m’oublient aussi ( qu’est-ce qu’on est égoïste quand même ^^ )

  10. Mam'Zelle A dit :

    Ton article relate un peu -beaucoup- ma pensée et mes peurs du moment… J’angoisse, je flippe, j’ai peur ! D’ailleurs tu vois ce week-end je pars à Paris voir le frangin, j’y vais avec des amis et
    ma môman, en voiture, et je flippe…

  11. Marie mon-nid dit :

    Courage pour demain ! Tout va bien se passer, ne t’en fais pas !

  12. noisettine dit :

    Comme je vous comprends, je ressens exactement la meme chose. C’est fou comme nos enfants nous font changer, nous rendent à la fois plus forte et plus vulnérable…
    Je penserai bien à vous demain.Et à votre petite famille.

    Au plaisir d’avoir rapidement de vos nouvelles.

  13. Non tu n’es pas la seule et je te souhaite énormément de courage pour demain. Bisous.

  14. pauline k dit :

    La vie ne tient qu’à un fil… Alors, non tu n’es pas la seule. Je comprends et partage carrément ton angoisse.
    La peur de mourir me suit depuis des années et ça ne s’est pas arrangé depuis que je suis maman.
    Courage pour demain, ça se passera bien! Je penserai fort à toi! Bises

  15. Non, tu n’es pas la seule! Moi aussi parfois je pense à des trucs glauques comme ça…ça doit être normal. Et j’espère bien que tu vas te réveiller! Bon courage!

  16. Mam'aParis dit :

    On est toutes pareilles 🙂 c’est ma plus grande peur aussi depuis qu’il est né. Et oui j’aimerais tellement le mettre sous cloche mais on ne peut pas! 😉 Bon courage pour cette opération bises

  17. ladypirate dit :

    je pense que tu n’es pas la seule ! C’est vrai que moi aussi je fais plus attention à ma santé qu »avant lui ».
    Par contre en voiture… hum hum je crois que je suis toujours aussi sanguine 🙁 (sauf quand il est avec moi, bien sûr!)

    J’espère que ton opération n’est pas trop grave

  18. NiouzMum dit :

    C’est une de mes grandes craintes aussi (parmi mes – trop nombreuses- angoisses) … mais chez moi ce n’est pas né avec ma maternité, avant c’était vis à vis de mes grands-parents (quand j’en avais
    encore ^^) et de mes parents (genre la fille qui se sent investie d’une Mission sur cette terre ;p).
    Enfin il est certain que ces sentiments sont décuplés quand je pense à mes enfants (et pire encore s’ils devaient grandir sans NiouzDad ni moi)

  19. Bien sûr ces peurs sont naturelles. Avoir peur pour ses enfants c’est instinctif ! Et c’est même sain si ce n’est tout le temps et que ça n’étouffe personne. Et lorsqu’en plus on doit se faire
    opérer l’angoisse est vraiment présente. Je vous souhaite que cette opération se passe bien et que vous vous remettiez sur pieds rapidement.

  20. Bonjour,

    Merci pour cet article. Toutes les mamans, enfin presque toutes les mamans veulent protéger ses enfants, d’un accident, d’une rupture amoureuse, etc mais il faut aussi savoir lacher prise pour les
    laisser découvrir le monde car nous ne serons pas toujours là pour les protéger. Bref, tu n’est pas seule dans ce cas. Courage pour ton anesthésie générale et n’ait pas peur. Tu te réveilleras
    parce que tu as encore plein d’articles à nous partager.

  21. selky dit :

    COntente de voir que ça s’est bien passé. Le principal.
    Ctrl C – Ctrl V was a joke, me permettrait point ! Mais tu dis ce que je pense tout fort dans mon pticoeur de mamounette !! Tendres bzzz

  22. NiouzMum dit :

    Je me rends compte que mon comm pouvait paraître prétentieux … En fait c’est simplement que je projetais : je n’avais pas encore d’enfants à l’époque mais j’imaginais bien que si un jour j’en
    avais je serais dévastée s’il devait arriver quelque chose à l’un d’entre eux et du coup je me disais que ça devait être le cas aussi pour mes ascendants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *