malise
20 janvier 2014
J’ai beau être matinale, j’ai mal!

Donc nous sommes le 20 janvier et je n’ai pas encore réussi à vous raconter nos réveillons et notre semaine de vacances à la maison avec les enfants. En même temps ce n’est pas plus mal, si j’avais commencé ce billet le 06 janvier il aurait été larmoyant et plein d’appels au secours. Ou pas tiens, j’avais déjà repris le boulot …

Cette année, nous avons réussi à fêter le réveillon de Noël chez nous, réunissant pour le coup nos deux familles, et c’était drôlement chouette d’avoir avec nous tous les gens que nous aimons. Et c’est bien connu, quand on aime on ne compte pas… Bien longtemps après que les enfants soient allés au lit (que la force soit avec nous!), bien après le départ de tout le monde, nous étions encore en train de refaire le monde avec mon Beau-Frère. Nous nous sommes couchés tout guillerets vers 5h00 (le rhum arrangé aux litchis, c’est le mal!) , et quand ma nièce nous a gentiment tirés de notre sommeil à peine 2 heures plus tard, réveillant les loulous au passage, je me suis dit que je n’avais décidément plus l’âge…
#Round 1.

Au boulot le jeudi, j’étais aussi fraîche que les huîtres de l’avant veille, mais comme on fête chaque année Noël en tête-à-tête et qu’on avait décidé que ce serait ce soir-là, on a bien été obligés de rempiler. En même temps, champagne et foie gras, y’a pire pas vrai? Mais champagne et foie gras quand tu n’as pas encore fini de cuver digérer ceux des 2 jours précédents, ça donne une nuit quelque peu tourmentée. Si peu…
#Round 2.

Et puis le vendredi est arrivé, et cette nuit-là la Miss Loulette nous a fait passer une nuit digne du top 10 des nuits les plus pourrites, tout ça pour me remercier de l’avoir abandonnée 2 jours chez sa Mamie.
#Round 3.

Résultat pour mon 1er jour de vacances : à peu près 12000 de sommeil en retard, ma patience au niveau -15, et mes bonnes résolutions d’écoute et de compréhension abandonnées sur mon oreiller, là où j’aurais normalement du poser ma tête. Je ne vais pas vous mentir, le dimanche matin j’en étais déjà à hurler que j’allais retourner bosser le lendemain, même si j’étais en congés. Nan mais oh, s’il faut aller au boulot pour se reposer, pas de problème!

Et puis le lundi matin peut-être que les enfants nous ont laissé dormir jusqu’à 8h30 (youhou!). Peut-être aussi qu’on a pris le petit déjeuner tous ensemble dans la joie et la bonne humeur (bienvenue à Lourdes! 😉 ). Peut-être que le grand n’a pas hurlé de la matinée ou que la petite ne nous a pas joué la grande scène du 2 à grands renforts de sanglots et de trémolos. Je ne sais plus. Mais je me souviens que je n’ai plus pensé à aller au travail plutôt que de rester avec eux. On a joué à des jeux tous les 4, on a rigolé, on a regardé des films, on a bien siesté à défaut de bien dormir. On a même trouvé le temps de ranger tous les cartons en attente depuis un an. Tous. Sans avoir à particulièrement hausser le ton parce que leurs Majestés estimaient que nous n’avions pas le droit d’avoir un peu de temps sans nous occuper d’eux. Je veux dire, si c’est pas un pas de géant ça, je ne sais pas ce que c’est!

Et le réveillon du jour de l’an est arrivé. C’est pas comme si on avait pas pu prévoir le coup vu ce qu’il s’était passé la semaine précédente pas vrai? Mais non. Il a fallu qu’on réitère. Et sans aucun scrupule même! Chez nos amis, on a fait la fête comme des gamins, à chanter les génériques des dessins animés de notre enfance jusqu’à point d’heure. On a « dormi » chez eux avec les enfants (d’où les guillemets), et on a continué le lendemain. On était tellement bien en réalité que je suis allée courir/marcher pendant 2 heures avec mes copines le matin (oui, encore pompette et sans avoir fermé l’oeil), et que mon Amoureux est allé jouer au tennis. On a aussi mangé de la saucisse et de l’aligot, et terminé les bouteilles, même pas peur!
#Round 4.

Bon le lendemain ça n’a pas été pareil. Il ne faut jamais se poser les lendemains de fête, sinon on est sûr de zoner toute la journée. Sauf qu’avec des enfants c’est un peu dur. Alors j’ai continué à ranger, j’ai passé ma journée à classer de vieilles photos et à pleurer sur ma tête d’il n’y a même pas 10 ans. Quand je dormais je veux dire. Quand mes yeux n’avaient pas encore disparu au fond de leurs orbites et que les cernes n’atteignaient pas la moitié de mon visage. Quand j’étais jeune et belle ouais. Enfin, belle … Je n’avais pas d’enfants, donc on va dire quand j’avais la beauté de l’insouciance. J’ai même trouvé une photo de mon Amoureux que j’avais prise il y a 9 ans, et il m’a fallu un bout de temps avant de réaliser qu’on se connaissait déjà quand il avait cet air de gamin. Enfin quand lui aussi il dormait quoi…

En dépit des apparences, l’année 2014 avait pourtant bien démarré. Quand on débute une année à faire la fête entouré de ses amis, on oublie vite tout le reste.

Le hic, c’est que le reste lui, ne vous oublie pas.

Quand le samedi avant la rentrée Loulou a commencé à tousser, on ne s’est pas méfiés… Quand sa soeur s’est mise à l’imiter le lendemain, on s’est dit que ça commençait à sentir légèrement mauvais… On ne se trompait pas, on a du enchaîner 3 nuits blanches, puis plusieurs autres nuits en les prenant chacun à tour de rôle dans notre lit.
#Round 5.

Depuis 3 semaines, j’ai beau faire des siestes en même temps que les enfants (systématiquement), me coucher tôt (pas assez souvent), bien dormir (de temps en temps), tenter des grasses matinées jusqu’à au moins 9h00 au milieu des cris et des bruits de chutes d’objets divers sur le carrelage (1 jour sur 2 le we), je n’arrive pas à récupérer. Je ne vous parle même pas de mon court déplacement professionnel sur Marseille où il a fallu que je me lève à 4h30 en m’étant couchée à minuit, je ne sais pas si je vais m’en remettre…
#Round 6.

Il n’y a pas à tortiller, je n’ai décidément plus 20 ans, malgré toute ma bonne volonté. Si je ne survis pas à cette année, je veux comme épitaphe : « Elle voulait juste dormir un peu! » 🙂

Faire la fête quand on a des enfantsAttention, piège à parents! Ne vous fiez surtout pas à leur mignonitude!

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Vis ma vie »

6 réponses à “J’ai beau être matinale, j’ai mal!”

  1. mamandoudouce dit :

    Aie, je compatis!!! Moi, ce n’est pas à cause de ma fille mais à cause de mon épaule et du stress… Viens, on quitte tout et on part de reposer ^^

  2. J’aime la bonne humeur que tu transmets à travers ce billet ! Oui, on imagine bien comme tu dois être morte de fatigue, mais pourtant tu arrives à nous faire rire, chapeau m’dame !

    • malise dit :

      Ah ça me fait tellement du bien de lire ça! Je suis très contente d’arriver à faire rire, je me demande toujours si je ne fais pas sourire que moi! 😉

  3. My Chuchotis dit :

    Ah le sommeil! Le graal de tous les parents! Nos « vacances » ressemblent un peu aux tiennes, du coup je compatis (tu noteras les guillemets à vacances ^^) moi je n’arrive pas à me coucher tôt et encore moins à récupérer le week-end même en se relayant (appart trop petit où moi aussi j’entends tous les jouets et co!) donc je cherche encore la solution miracle car je suis définitivement une couche tard mais pas une lève-tôt! Courage un jour quand ils seront ados faudra les pousser du lit

  4. BBB's mum dit :

    tu m’as bien fait rire, désolée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *