malise
20 février 2014
Et toi alors, ton accouchement?

Moi, mon accouchement, c’est ma cicatrice invisible …

On dit souvent que le corps oublie, que l’esprit efface. Qu’on ne garde plus que des impressions, et cette sensation de plénitude.

Ce n’est pas mon cas.

Quand on me demande si on envisage d’avoir un 3ème enfant, je réponds toujours très sincèrement que je suis très heureuse aujourd’hui, avec mes 2 petits bouts qui grandissent et qui me comblent. Et que je ne suis pas prête à revivre une petite enfance, un allaitement, les couches, la dépendance, les nuits inexistantes. Surtout les nuits inexistantes d’ailleurs, je crois que Loulette nous a vaccinés malgré elle.

La vérité est bien plus profonde. J’ai peur de devoir accoucher de nouveau et de revivre ce que j’ai vécu pour Loulette.

On m’a dit de nombreuses fois depuis que je devrais être fière de moi, et heureuse d’avoir connu cette expérience. Mais pendant longtemps, je m’en suis beaucoup voulu d’avoir été en colère contre ma fille, le temps d’une contraction. D’avoir pensé que je ne voulais plus qu’elle vienne. De ne pas avoir réussi à garder le contrôle. De l’avoir mise au monde dans les cris et la souffrance plutôt que dans la douceur. Et de ne pas avoir eu la force ni le courage de la serrer contre moi pour la réchauffer et la réconforter.

On m’a déjà demandé à plusieurs reprises si je comprenais mon besoin de fusion avec elle. J’ai pu évoquer ma crainte de faire une fausse-couche à 10 semaines, mon expérience de MAP (menace prématurée d’accouchement) avec son frère qui m’a rendue très précautionneuse pendant toute cette seconde grossesse. Mais toujours sans grande conviction. Non, vraiment, je ne voyais pas.

Et puis hier je suis allée rendre visite à une amie qui vient d’avoir son 3ème enfant dans des circonstances plutôt extraordinaires. Je l’ai écoutée me raconter cette naissance hors du commun, avec tellement de passion et tellement de bonheur. Beaucoup de joie et de fierté, alors que cela aurait pu tourner au drame. Elle m’a parlé de ses hurlements et de sa douleur, tout en cajolant son nouveau né qui reposait contre sa poitrine.

C’est à ce moment-là que j’ai compris que je n’en serais plus capable.

Je pensais avoir tourné cette page, mais de façon assez incroyable cette nouvelle naissance à ré-ouvert une cicatrice dont j’avais oublié l’existence.

Tous les accouchements sont différents, et bien entendu la façon dont nous les vivons aussi. Je ne suis pas la seule femme à avoir accouché sans péridurale, loin de là. Mais pour une raison que je ne m’explique pas, pour moi ce n’est pas une victoire.

Ma victoire, c’est d’avoir cette petite fille merveilleuse. Qui restera ma dernière.

Loulette juillet 2011Loulette, juillet 2011

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Grossesse etc … »

27 réponses à “Et toi alors, ton accouchement?”

  1. Je viens de lire ton récit de naissance que je ne connaissais pas, et je comprends ce que tu peux ressentir. Moi aussi j’ai eu une 2ème naissance express, il faudra que je te raconte si tu veux. La grande différence est que j’étais préparée à accoucher sans péri vu que c’était mon souhait. J’avais lu beaucoup de choses sur le sujet et je savais entre autres qu’au moment où ça devient juste insupportable, c’est qu’on y est presque (ça aide vraiment de le savoir, tu te doutes !). J’ai le sentiment que tu as eu extrêmement mal parce que tu « luttais » contre la douleur, donc contre ton corps… Normal que tu en aies un mauvais souvenir vu ta souffrance. Encore plus de ne pas avoir envie de repasser par là. Il faut du temps pour passer à autre chose. Et peut-être que de mettre des mots là-dessus t’a aidé un peu aussi, au moins à déculpabiliser ?!
    Des bises 😉

    • malise dit :

      Coucou! Je ne sais pas si ça m’aurait aidé de savoir ça … Sans doute que si, mais je crois que je n’étais plus trop en mesure de réfléchir … En tout cas c’est bien ça, je luttais contre ma douleur, exactement! Non, je ne suis pas sûre qu’en parler m’ait aidée à déculpabiliser, j’ai juste compris ce que j’avais sur le coeur depuis très longtemps. Mais le temps fait son effet, heureusement, et il y a tellement de choses plus importantes! Bisous.

  2. mamandoudouce dit :

    Nos filles n’ont pas eu la même naissance et nos parcours sont différents mais je garde beaucoup de souffrance dans mon coeur. Les années passent mais cette souffrance ne s’efface. Parfois, je crois m’en être débarrassée mais un petit rien me renvoit presque 6 ans en arrière donc la plaie est toujours ouverte. Peut-être un peu moins qu’avant mais toujours là. Cette souffrance, j’en parle peu, ni des conséquences qu’elle aura eu par la suite mais si tu veux que l’on en discute, je n’y vois pas d’inconvénients mais pas là, en public, pas envie d’être jugée…
    Bisous

    • malise dit :

      Je vois que nous ressentons la même chose. Tout comme pour toi, ce sont des moments que je pense avoir oubliés, et puis il suffit d’une nouvelle naissance pour que j’y revienne directement. Je ne crois pas que tu puisses être jugée pour ce que tu as pu vivre, mais je comprends qu’il y a certaines choses difficiles que l’on préfère garder pour soit. Tu n’en a jamais parlé à personne? Bisous.

  3. working-mum dit :

    ce que tu dis… je le dis déjà pour mon premier enfant, je ne me sens pas capable d’un second et du coup je culpabilise un peu… en tout cas le principal est d’etre sereine avec cette « décision » 🙂

    • malise dit :

      Oh oui je te comprends! Je sais que si mon 1er accouchement c’était passé de cette manière-là, il m’aurait fallu beaucoup de temps pour guérir …

  4. Elodie Glas dit :

    Je t ai lus avec beaucoup d intérêt
    j ai eu moi même 2 accouchement sans péri (involontaire)
    je voudrais te dire que tu ne dois pas regretter cet accouchement
    ne pas avoir de péri n’estpas une partie de plaisir et nous ne somme pas toutes insensibles aà la douleur
    tu a extérioriser ce que tu ressentais à ce moment là ; ce mal qui te ronger et t’empêcher reelement d accoucher (car oui la douleur quand elle est trop forte nous gêne dans nos gestes) etais pour toi bien présent . Tu as souhaiter qu’elle ne sorte plus mais ce n’étais pas contre elle mais pour faire cesser cette douleur qui te tiraillé .
    Tu ne souhaite plus refaire cette expérience et ça peut être compréhensible … mais ne te remet pas en cause . Même si cet accouchement n’a pas était idéal il restera unique pour toi . Il restera le moment oùtu a eu ta puce ; celle llà même qui t apporte autant de joie en ce moment .
    Un jour peut être tu arriveras àpasser au dessus de cette peur et souhaitera un 3ème enfant
    ce jour arrivera peut être jamais
    seul le temps nous le dira
    mais quoi qu’il arrive par la suite ne cherche pas à justifier ce qui c est passer ce jour là ; ne t à capable pas non plus ; ce fut seulement la réaction normal de ton corp face à la douleur
    alors oui ton accouchement àrien dd’un rêve mais regarde ta puce quand elle te sourie et vers que ce cauchemar valais la peine d être vécue (vvécue 2 fois pour des bébés trop presser maintenant c’est ceinture le dicton jamais 2 sans 3 se sera sans moi)

    • malise dit :

      Merci mille fois Élodie pour ce message. Je sais bien que je ne dois pas me sentir coupable, et de toute manière je ne maitrisais tellement rien que les choses n’auraient pas pu être au moment. Mais oui, la récompense le valait vraiment. C’est juste qu’il y a certaines choses dont on ne se doute même pas, et qui ressortent comme ça … Le temps fera son oeuvre, oui, il a d’ailleurs déjà commencé. Mais pour moi aussi le dicton ne marchera pas! 😉

  5. poupoulebb80 dit :

    Le jour J, on fait ce qu’on peut avec les moyens du bord. Tu n’as pas à culpabiliser. Tu as fait ton maximum. Tu n’as pas envie du petit 3ème maintenant. Peut-être que cette hantise de l’accouchement te passera et que tu décideras d’en faire un autre. Peu importe. Tu n’as rien à regretter. Au contraire, tu as mis au monde deux enfants en pleine forme et c’est ça qui compte au jour d’aujourd’hui!

  6. Je crois que nous vivons toutes des accouchements différents et certains sont également plus douloureux et angoissants que d’autres. Les cicatrices sont donc quelques fois plus longues que d’autres à cicatriser.
    Ma cousine a accouché d’une petite fille il y a deux ans et elle n’arrive toujours pas à évoquer son accouchement. Elle en garde un souvenir terrible.

    Il faut doucement arriver à évoquer les choses, pour te libérer. Deux enfants c’est déjà une belle famille Malise!

    • malise dit :

      Oh que oui Marie, et je suis bien consciente de la chance que j’ai! Oui, c’est fou à quel point il y a autant d’histoires que d’accouchements. Nous sommes toutes différentes face à l’imprévu, face à la douleur, et face aux éventuelles séquelles … Le tout étant de continuer à avancer (et d’en parler, aussi …)

  7. Chaque grossesse est unique, chaque naissance est différente… J’ai eu une première expérience surmédicalisée que j’ai très mal vécue et une deuxième expérience totalement à l’opposée qui m’a réconciliée avec mon premier vécu de l’accouchement. Je n’ai pas eu de péridurale pour ma deuxième fille et même si j’en garde un souvenir extrêmement douloureux, je l’ai ressenti de façon bien plus intense, bien plus évidente et bien plus naturelle. J’ignore si un jour j’aurai un autre enfant mais je comprends aisément la peur de revivre les nuits sans sommeil, les maladies infantiles, l’allaitement…. C’est très éprouvant malgré la satisfaction que l’on éprouve.

    • malise dit :

      Oh là là, OUI!!! Quand j’ai vu le bout de chou de ma copine, là, collé à elle, je l’ai enviée. Et puis la nuit d’après je me suis levée 3 fois pour les loups, et j’ai oublié mon envie! 😉 C’est bien aussi quand ils grandissent!

  8. Alice dit :

    Je le dis?£je ne sais pas et ne saurais sans doute jamais ce qu’est une contraction, césarienne programmée fois 2 oblige.
    Je n’ai pas de regret de ne pas avoir connu la surprise de perdre les eaux, de voir mon enfant sortir, de pousser etc.
    Visiblement je suis une extra terrestre au pays des femmes césarisées (hahaha!)
    e revanche, je n’aurai jamais de récit gore à faire ;(

    cette photo est super top
    beau bébé que cette loulette
    elle n’a que 4 mois de différence avec mon Ernest alors?

    • malise dit :

      Oui, tu es visiblement une extra-terrestre, mais ça fait tellement du bien de voir ta façon si positive pour parler de ça! Je me disais bien qu’ils avaient peu d’écart, je ne pensais pas que c’était aussi peu! 🙂

  9. Je te comprends : j’ai raconté également mon deuxième accouchement sur le blog. J’ai essayé l’humour, parce en vrai il m’a véritablement traumatisé. J’ai également parlé de mes grossesses compliquées. J’ai essayé d’exorciser tout cela. Maintenant je me sens mieux. Cependant, je n’ai plus envie de le revivre. Vraiment, Plus la force.
    Je te mets le lien de mon récit d’accouchement (ca fait la-fille-qui-fait-sa-pub, désolée, mais c’est parce que tu nous demandais de raconter le notre 😉 ) , le voilà : http://gameofmomes.fr/2013/05/saison-1-episode-14-le-jour-ou-jai-ete-declenchee.html

    • malise dit :

      Ouh je t’ai lue, et c’est vrai qu’en dehors du déclenchement (flippant) j’ai bien cru revivre mon propre accouchement. C’est dingue cette histoire de péri qui ne marche qu’à moitié … Moi aussi tu vois je fais style ah mais ce n’était pas si grave, tout ça, mais vraiment, au fond du fond, je sais que plus jamais. C’est comme ça … 🙁

  10. selky dit :

    Mon premier accouchement est presque semblable au tien, un poil moins rapide mais presque : avec forceps et épisio en + !! (aïe)
    http://laviedeselky.fr/selky-raconte-laccouchement-de-minimi-spoiler/
    Si j’en crois ton récit, Loulette a 5 jours d’écart avec Tinyni (3/07/11) : je n’ai pas encore écrit ce 2eme accouchement. J’appréhendais tellement que ça aille encore plus vite pour lui!!! Et finalement, ça a été différent : un peu plus long à démarrer, mais final hyper rapide aussi : un peu moins violent et un peu moins douloureux…
    On s’arrête là aussi !
    Bizouuuxx

    • malise dit :

      Ah oui, tu sa eu la totale, ma pauvre!!! Tu devrais écrire le récit de ton 2ème accouchement. En me relisant, je me suis rendue compte que j’avais oublié plein de choses, et que si je devais l’écrire aujourd’hui ce serait très différent. Je suis contente de l’avoir fait …

  11. ton billet, je le ressens étrangement. J’ai accouché pas en express mais sans péri, de mon aînée. Un souhait. Je ne regrette pas, ça ne servirait à rien, mais j’en garde une cicatrice, une douleur, une peur… Qui m’a bloquée pour les 2 suivants, heureusement merveilleux néanmoins, mais toujours empreints de cette peur de souffrir énormément, de ne pas y arriver, de ne pas savoir, de ne pas savourer…

    Je crois que ces marques restent à jamais, mais pouvoir déjà mettre des mots dessus, c’est un début…

    • malise dit :

      Oh Maëline, ton message est tellement porteur d’espoir, puisque tu as réussi à accoucher 2 autres fois malgré ta peur. Mais oui, je me doute bien que cela n’a pas du être facile à surmonter, moi je ne m’en sens pas encore capable …

  12. Delph dit :

    Ce n’est pas facile de vivre un accouchement très loin de l’idée qu’on s’en était fait, surtout pour un 2e. J’ai souhaité accoucher sans péridurale mais j’étais préparée pour cela (j’avais une accompagnante notamment) et je me souviens avoir lu un livre écrit par une sage-femme où elle expliquait avoir un jour dit à une de ses patientes qui accouchait à domicile que pour lâcher prise, il fallait qu’elle soit prête à ouvrir la fenêtre et à crier aussi fort qu’elle en avait besoin. Pour moi, les cris ont été salvateurs, c’est ce qui me permettait de passer à travers la douleur et effectivement j’essayais de ne pas lutter contre la douleur mais c’est le plus dur! Ma 2e est arrivée 30 minutes après mon arrivée à l’hôpital mais j’ai continué à trembler suite à la douleur longtemps après qu’elle soit née. Mais comme quelque part, tout c’était déroulé comme prévu, je n’en garde aucun mauvais souvenir (à part la douleur quoi!). Sur le coup, j’ai décrété que plus jamais je ne voulais vivre ça et maintenant même si un 3e n’est pas prévu, je crois que je ne changerai rien s’il devait arriver.

    • malise dit :

      C’est vraiment très beau de lire tes mots, merci beaucoup. Je sais bien que toute ma difficulté à accepter ce qui s’est passé vient du fait que je ne m’étais pas préparée à cela. Ce n’était pas mon choix, contrairement à toi. Je suis complètement d’accord avec toi par rapport aux cris. Malgré ce que je peux en dire, je crois moi aussi qu’ils m’ont permis de me libérer … Piouff, c’est vraiment terrible d’y repenser …

  13. matinbonheur dit :

    J’ai une grande peur de l’accouchement. Mon premier est né très vite (préma) mais la péri n’a pas bien fonctionné et je pensais que je n’y arriverais pas tellement je n’en pouvais plus de douleur.
    Et puis…
    Le désir d’un deuxième enfant était malgré tout + fort et j’ai eu la chance de vivre une expérience réconciliatrice.
    Malgré tout accoucher c’est un sacré chamboulement dans la vie et le corps d’une femme. C’est important de mettre des mots dessus. Les tiens sont beaux!

    • malise dit :

      Merci beaucoup! Oui, je crois que c’est une chance en effet de pouvoir exprimer son vécu et son ressenti. Peut-être pour exorciser. Peut-être pour accepter. Et, très certainement aussi, pour avancer…

  14. Laura Hantz dit :

    Personnellement mon accouchement a été une HORREUR!

    Mais malgré tout ce que j’ai subi mon petit lion était parfait !!!!

    Par contre on me casse les pieds en ce moment  » c’est quand que tu fais le deuxième  » , bah je peux te dire que je vais y réfléchir à deux fois avant de le faire!

    Pour le moment c’est hors de question , je suis bien avec mon fils lol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *