malise
24 février 2014
En suspension …

A la fin du mois de mai, je vais participer à la course de 10 kms organisée par l’association « Courir pour Elles ». Il s’agit d’une mobilisation caritative, dont l’objectif est de reverser les gains des inscriptions à des associations qui mettent en oeuvre des soins pour améliorer la qualité de vie de personnes atteintes de maladies graves, en particulier de cancers.

Vous vous en doutez, il s’agit d’un engagement qui me tient particulièrement à coeur, et qui me donne le sentiment d’agir de façon positive en faveur de la lutte contre ces maladies terribles, même à mon tout petit niveau.

Alors hier, bien consciente que je n’allais pas pouvoir rechausser mes baskets juste le jour J et arriver toute pimpante, j’ai pris mon courage à 2 jambes et je suis repartie sur les chemins.

En cours de route, j’ai réalisé que cela faisait quasiment 20 ans que je courais. Croyez-moi ou non, à l’heure des bilans de vie, cela pèse un sacré poids! 20 ans de course à pieds, et tellement de kilomètres avalés que ça me donnerait presque le tournis.

J’ai commencé à courir à la fin de mon adolescence. Je me trouvais rondelette, je détestais mon corps, et j’avais beau pratiquer plusieurs sports, aucun d’eux ne me convenait réellement.

Je me souviens très bien de ces premiers efforts. L’abandon au bout de quelques mètres, marcher, courir, marcher, puis courir de nouveau, comme pour dire de ne pas baisser les bras.
J’ai tenu bon. Les 10 minutes se sont transformées en 15, puis en 20. Au bout de quelques semaines je courais près d’une heure.

Il y a eu la période où je courais tous les jours, parfois jusqu’à 15 kms. Celle où je courais une fois par mois. Celle où je ne courais que s’il faisait très beau. J’ai couru seule, à 2, à 10. En musique ou en silence. En grande conversation aussi, bien souvent. J’ai fait quelques semi-marathons, sans gloire particulière. J’ai couru dans la campagne, sur des plages, sur les berges du Rhône. J’ai visité la Drôme Provençale en baskets, un peu du Sud aussi, et tous les alentours de Denver un été. J’en ai mangé du bitume, avalé des gaz d’échappements, respiré du grand air.

J’ai adoré ça. J’ai détesté ça. J’ai toujours trouvé cela très douloureux de courir. Il faut croire que je suis masochiste.

Ces dernières années, je suis devenue une coureuse d’été. Une coureuse d’occasions. Il m’est arrivé de ne sortir mes baskets qu’une fois par an. Allez, on va dire 2. Pour ne pas me laisser abattre. Parce que quand même, je suis capable de bien mieux que ça.

Je veux vaincre ce point de côté qui apparaît toujours au moment où je me dis que tout va bien. Je veux sentir mes muscles tirer, mes jambes se délier, mon souffle devenir régulier. Accélérer, toujours plus.

La course est le seul sport qui me donne l’impression de m’évader, pour de bon. J’ai couru pour oublier mes chagrins d’amour. J’ai couru pour me vider la tête. J’ai couru pour m’aider à réfléchir. Pour faire le point. C’est une sensation très exaltante, cette impression que l’espace d’un instant la vie s’arrête d’avancer. Que tout d’un coup, plus rien ne bouge, à part mon corps, soutenu par mes jambes, et encouragé par ma tête. Le casque sur les oreilles, juste moi et la musique. Et le monde qui continue à vibrer autour.

Des petits moments en suspension, chargés d’un bonheur tout simple. Je me sens vivante.

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « C’est si bon … »

16 réponses à “En suspension …”

  1. Encore un très beau texte ! Même si je déteste courir, là tu me donnerais presque envie !! M’enfin je préfère le roller, ou encore le vélo, ou alors le ski ! Avec un truc aux pieds pour aller plus vite quoi :p

  2. Cleophis dit :

    C’est bien d’apprécier courir! Je n’ai jamais réussi à m’y mettre, j’aime marcher mais courir, ce n’est vraiment pas mon truc.

  3. celine dit :

    Whaou super perso je ne suis pas fan mais je suis admirative des performances 🙂

  4. BBB's mum dit :

    arffff…. je courrais avant d’être maman, mais je n’arrive pas à m’y remettre, car pas le courage de le laisser pour ça… ça reviendra, car ces sensations me manquent !

  5. C’est toujours un plaisir de te lire Malise. Ton texte donnerait même envie de mettre des baskets là tout de suite et d’aller courir dans la nuit.
    Grosses bises!

  6. Très plaisant cet article sur la course à pieds surtout le dernier paragraphe où je me reconnais là dedans 🙂
    Merci.

  7. Je ne cours pas , je marche , et je donne aux ONG car je n’ai plus l’âge de courir ;c’est ma façon de soutenir leurs actions c’est d’etre donateur.

  8. Angeso dit :

    Je me suis inscrite aussi mais je me contenterais de marcher…
    <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *