malise
15 avril 2014
Celui qui était un peu douillet

Il y a un peu plus de 5 ans 1/2, quand j’ai appris que j’étais enceinte d’un petit garçon, je n’ai pas imaginé une seconde toutes les surprises qui m’attendaient. J’avais un frère plus jeune de 6 ans, et je pensais naïvement que tous les jeunes individus de sexe masculin se comportaient de la même manière. Mon frère était d’un naturel plutôt calme à tendance collante, et il pouvait rester des heures voire des journées entières à aligner ses majorettes les unes derrière les autres sans éprouver le moindre soupçon d’ennui. Bien sûr on avait dans notre entourage quelques gamins que l’on disait un peu turbulents, même si dans les faits l’adjectif « brutasses » leur aurait mieux convenu. Mais dans l’absolu j’imaginais tous les petits garçons à l’image de mon frère. En évitant bien soigneusement de penser au moment où il est passé du petit bonhomme tranquillou au casse-cou qui n’avait peur de rien.

Bref, ce long préambule pour vous parler aujourd’hui de mon Loulou. Cet enfant est un grand mystère pour moi. Plus les jours passent, et plus je trouve incroyable la façon dont il se transforme, forge sa personnalité, affirme ses goûts. Loulou, c’est une boule d’énergie à l’état pure. Honnêtement, je ne sais absolument pas comment il fait pour tenir le coup, mais il est branché en permanence sur du 220. Le petit lapin Duracel au taquet, vous le visualisez? Et bien Loulou, c’est le même puissance 10. En permanence.

Quand il se lève le matin, c’est quitte ou double. Si tout va bien , c’est un amour de petit garçon qui commence à parler dès qu’il a posé un pied sur l’escalier. Mais s’il est en hypoglycémie, alors il est irritable, râleur, chouineur. Il ne faut pas lui adresser la parole, car le moindre mot, même un simple bonjour, le fera s’effondrer en gros sanglots. N’imaginez surtout pas tenter un petit bisou, cela risquerait de provoquer une attaque en règle. Dans ces cas-là, mieux vaut attendre qu’il ait avalé la 1ère bouchée de céréales et soit redevenu égal à lui -même. C’est-à-dire bavard. Très bavard. Avec lui, impossible d’en placer une sans être interrompu parce qu’il a une information de la plus haute importance à nous donner.

Généralement, le petit déjeuner est pris en 1/4 de seconde, pour lui laisser le temps de vaquer à quelques occupations avant de partir à l’école. Et c’est donc parti pour un tour de piste. Il court dans la maison, ou fait des courses avec son vélo, tout en scandant son hymne préféré et inévitable : « youuuUUUUUUHyouuuUUUUUUH ». Fort. Très fort. Un peu comme lorsqu’il nous parle en fait. Je suis persuadée qu’il pense que nous sommes tous sourds, alors il préfère hausser le ton au maximum.

Quand je le récupère à la garderie le soir, il est généralement rouge de transpiration en train de sauter dans la cour, ou de faire de la trottinette. Parfois, il est calme et joue au train avec son copain, mais ça ne tarde pas à dégénérer en locomotives tamponneuses, tout va bien!

Et de retour à la maison, inutile que je vous dise qu’il se pose rarement et passe la plupart du temps à pousser des cris dignes de Tarzan. Même une fois couché, il lui est impossible de s’endormir sans avoir au préalable poussé la chansonnette, si possible à tue-tête, alors qu’il se fait gronder tous les soirs pour cette même raison.

C’est donc indéniablement un petit garçon endurant, un vrai tourbillon qu’on a souvent beaucoup de mal à suivre. Et puis il y a ces moments où j’hésite entre l’envie de lui crier très très fort dessus et celle d’éclater de rire (de façon plus ou moins nerveuse en fonction de l’heure à laquelle cela se produit).

Ce sont ces fois où il réalise tout d’un coup qu’il a un bobo MICROSCOPIQUE sur sa main ou son coude. Sans doute là depuis quelques temps, il ne s’en était pas encore rendu compte, mais là là LA il vient de le voir et c’est insupportable tellement ça lui fait mal il va falloir l’amputer ahhhhHHHHHH. Donc, il crie. Que dis-je? Il hurle. Impossible de le toucher, de regarder, de faire quoi que ce soit, il se met systématiquement dans un état proche de l’Ohio (au moins 😉 ). Je vous promets, je ne n’exagère pas, et surtout je n’ose imaginer ce qu’il se passera le jour où il se fera vraiment mal.

Ce sont ces fois, aussi, où tout allait bien 30 secondes auparavant, et où tout d’un coup il est proche de l’agonie parce qu’il se découvre un mal de tête ou de ventre. Là, subitement. Pile au moment d’aller prendre sa douche/faire la sieste/se coucher/manger alors qu’il regarde un dessin animé. Et où il crie, pleure, n’en peut plus.

Et ce sont ces fois enfin, comme la nuit dernière, où son nez se bouche. Le traitre. Je suis sûre que vous ne pouvez pas imaginer à quel point un pauvre petit nez qui n’a rien demandé peut transformer un charmant petit bout de chou en monstre hurlant. Non non, vous n’y êtes pas. C’est bien pire! C’est vraiment un truc de fou pour moi, du jamais vu. Il crie, et pleure comme si on lui avait volé son bonbon. Même quand il a une gastro il n’en fait pas autant. Il refuse qu’on le touche, qu’on le mouche. Il crie pour que l’on vienne, mais à chaque fois qu’on arrive il crie encore plus. Un vrai bonheur. Parfois, on reste stoïques et on essaie de le raisonner. Mais en général au bout de la 3ème ou 4ème fois on perd patience et on le raisonne beaucoup moins calmement…

J’avoue que ses réactions disproportionnées me surprennent tout le temps, pour un petit garçon pressé qui ne prend pas la peine de se poser…

Dites-moi, vous qui avez aussi des garçons, c’est la même chose chez vous? Allez, rassurez-moi!

Celui qui était un peu douillet

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Loulou des bois »

16 réponses à “Celui qui était un peu douillet”

  1. mamandoudouce dit :

    Je n’ai pas de garçon donc impossible pour moi de répondre à ta dernière question ^^
    En tout cas, ton fils est plein de vie!!! Et j’ai beaucoup ri pour les petits bobos car ma fille est un peu pareille! Je lui propose soit le bisou guérisseur (oui oui, ça fonctionne lol) soit de couper ce qui fait mal. Généralement, ça la calme tout de suite et ça nous fait rire.

    • malise dit :

      Hi hi, nous ça ne le calme pas, bien au contraire. Soit il s’énerve et part en couinant (oui oui, comme une énorme souris!), soit il crie encore plus fort! Douillet je te dis! 😉

  2. Aloès dit :

    J’ai la version un peu moins speed que le tien, et (je mesure ma chance) muni d’un bouton PAUSE = en mode câlin 3min avec les doigts dans la bouche OU en mode je rempli mon estomac = je recharge les piles, avant de repartir de plus belle. Donc je compatis, et mes oreilles aussi.
    Tu as le droit au tonitruant « JAMAIS je ferai ça de ma vie !! » quand tu lui demandes, genre, de ranger son blouson ?

    Mais quand même, quelle bouille de coquin il semble avoir ! Heureusement qu’ils savent nous rendre chamallow et nous faire rire aussi !

    • malise dit :

      Oh mais tu l’as donc trouvé ce fameux bouton. Je savais bien qu’il fallait que je contacte le SAV, parce que moi j’ai beau chercher je n’arrive pas à mettre la main dessus! Pour le reste, non il ne m’a encore jamais dit ça, mais je suppose que ça ne devrait pas tarder. J’ai hâte! ^^

  3. selky dit :

    Lol !! Ben tu sais quoi, moi c’est ma fille. La même. 5 ans 1/3. A fond, u matin au soir. Bien lunée ou mal, ès le réveil elle annonce la couleur.
    Et les bobos, un draaaaame. Elle hurle, tant que je me demande si elle s’est pas arraché un doigt quand ça lui arrive hors de ma vue. Non, une peau arrachée, une mini trace de sang, et c’est le drame. La seule solution, mettre un pansement sinon j’en ai pour 2h. Je n’ose imaginer si un jour on doit lui faire des points ou qu’elle se casse qqe chose (pitié…)
    Mon fils, 2 ans 2/3 et lui aussi monté sur piles, ptet pire que sa sœur, mais pour le moment il est plutôt de bonne humeur du matin au soir, et les bobos sont vite oubliés… (to be followed!!)

  4. J’ai une pile électrique à la maison aussi. Bon il n’a que 14 mois mais il ne se pose pas une seconde. Il va, il vient, il met la maison sans dessus ni dessous, il déteste être sur la table à langer sans rien faire, pleure dès que je lui enfile son body!!
    Les petits garçons sont très toniques je crois. Ils veulent croquer la vie à pleines dents Malise, même si nous, nous sommes sur les rotules à la fin de la journée!

  5. pauline k dit :

    J’ai le MEME!!! Il ne parle pas, il crie. Il ne marche pas, il court.
    Une boule de feu… ça m’épuise… surtout pendant les vacances!!!

    • malise dit :

      Ne m’en parle pas, ici les vacances commencent … ce soir. Enfin, pour les enfants. Pour moi, ce sera quand ils seront chez leur Mamie! 😉
      Décidément, ils se sont vraiment très semblables nos 2 grands, c’est fou!

  6. Emma June dit :

    En te lisant, j’ai cru que tu parlais du mien! Donc je te rassure (ou pas) tu n’es pas seule! Enfin, il n’en fait pas autant pour les bobos découverts sur le tard (par contre ceux qu’il se fait en « live » oui) et pour le reste tout pareil ou quasi!

  7. Pasquunemère dit :

    Petit bout (ou grosse tornade) de 14 mois ici! Comment dire ça de façon diplomate?… Non, j’y arrive pas : il m’épuise! Il rampe, se hisse, gambade, fait du 4 pattes, se re-hisse, sans que j’ai eu le temps de capter quoique ce soit. En plus en ce moment, il nous fait des essais de marche plus qu’approximatifs qui finissent très souvent en cascades. « Ton petit serait pas hyperactif des fois? » j’entends souvent. Euh non, c’est juste un enfant plein de vie!

    • malise dit :

      Parfois je me demande aussi si ce n’est pas de l’hyperactivité, mais comme tu le dis si justement et bien non, c’est simplement un petit garçon plein de vie. Mais moi aussi il m’épuise. Par contre le tien a l’air beaucoup plus casse-cou, ça ne fait pas très longtemps (relativement parlant, vers ses 2 ans 1/2 je crois) que Loulou se risque à escalader. Depuis, on ne l’arrête plus, tu t’en doutes! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *