malise
3 juillet 2014
Le héros de la kermesse

Dans cette vie à 100 à l’heure que je mène en ce moment, je vous avoue que j’attendais avec impatience cette petite parenthèse que devais représenter samedi dernier la journée spectacle de l’école/repas/kermesse.

Pour une simple et bonne raison (bon, 3, en fait!) : parce que cela me permettait de ne pas avoir à réfléchir, ni à préparer le repas de samedi midi, et parce que cela allait occuper nos monstres TOUTE la journée, incredible (ohhh, vous savez que la correction automatique me propose « increvable » quand je veux écrire ça. Elle a tout compris, dites-donc!)(bon ce petit aparté n’était pas prévu à la base, mais ça m’a bien plu alors je vous en fais profiter)(passons).

Allez, je plaisante (quoi que!). La vérité vraie, c’est que j’avais vraiment adoré le spectacle de l’année dernière, très bien monté, et que les loulous s’étaient éclatés à la kermesse. Et que j’avais hâte, cette année encore, de voir mon grand faire n’importe quoi une jolie chorégraphie sur scène, y prendre du plaisir, d’admirer son grand sourire et sa joie d’être là, et de le laisser s’amuser avec tous ses copains sans qu’il ai envie de rester collé à mes jambes comme il le fait en général (tout du moins les 20 1ères minutes, à chaque fois que nous voyons nos amis et leurs enfants qu’il connait pourtant depuis des années).

Il faut dire aussi que je ne surveillais aucun stand. Ceci expliquant sans doute cela, je prévoyais cette journée comme une journée de détente, d’autant plus que la fin de semaine avait été particulièrement difficile. Je suis épuisée ces derniers temps, tant physiquement que moralement, et j’ai beaucoup de mal à remonter la pente. Nous avons terminé la semaine de mon côté avec une toux qui m’empêchait d’avoir des nuits réparatrices depuis plusieurs jours, et pour mon Amoureux un passage de nuit aux urgences pour Loulou (oui, encore, pour une otite cette fois) avec les 2 enfants alors que j’étais en déplacement à Bruxelles.

Après une nouvelle nuit sur le canapé, je me suis levée pas très fraîche samedi matin, mais vraiment ravie à l’idée de la journée qui nous attendait. Les 4 grands-parents étaient conviés, nous allions pouvoir souffler. Nous sommes arrivés sur le lieu de la fête sous des trombes d’eau, mais le soleil est vite revenu, et notre moral avec. Cette année, de façon exceptionnelle, la kermesse n’avait pas lieu dans la salle des fêtes de notre village mais à l’extérieur, sur un terrain appartenant au village voisin avec laquelle nous faisons école commune (en gros jusqu’au CP chez nous, et le reste chez eux).

Bien installés, nous avons pu admirer la classe de moyennes sections de Loulou entamer le bal. C’était très drôle de voir tous ces petits bouts essayer de se souvenir de tous les gestes à accomplir, de s’imiter les uns les autres, de se disputer quand ils n’étaient pas d’accord sur ce qu’il y avait à faire.

Héros malgré lui

Le reste du spectacle était moins intéressant (bon c’est vrai que mon garçon était déjà passé, c’est peut-être pour ça), mais le personnel enseignant avait vraiment mis du sien pour rendre les choses fluides et agréables.

C’était long quand même pour les enfants, 1 heure toute entière à rester sagement assis sur le banc devant l’estrade, à attendre que cela se termine. Alors dès que le signal de départ a été donné, ils se sont tous envolés dans tous les sens pour aller vivre leur vie.

Je ne m’étais même pas rendue compte que Loulou était parti à vrai dire. Trop occupée avec ma Loulette qui venait de se vautrer joyeusement de son banc (et hop, la tête qui réceptionne, ça aurait été étonnant qu’elle ne la fasse pas, elle est devenue une spécialiste du genre ma bichette), plus de peur que de mal. Mon regard est tout à coup attiré par un attroupement en hauteur, là où se trouve la salle. Je pense à mon Père qui était parti se reposer à l’ombre par là-bas, imaginant qu’il a pu faire un malaise, mais je le vois assis juste à côté. Quelqu’un est allongé par terre, je n’arrive pas à voir avec toutes ces personnes. Et puis j’aperçois mon Amoureux qui essaie de sortir du groupe, tenant Loulou dans ses bras. Je ne vois pas bien, je ne comprends pas ce qui se passe. Il l’allonge par terre, tout le monde se précipite vers lui. Je crois que je crie, je crie son prénom, mais qu’est-ce qu’il a ? Alors je me précipite, je hurle après tout ceux qui me bloquent le passage, je cours, je cours. Il va bien. Il crie, et comme à son habitude quand il se fait mal, il refuse qu’on s’approche de lui. Il y a du sang partout, sur son cou, ses mains. Il a une énorme plaie derrière la tête. On m’explique alors qu’il est entré en collision avec un autre garçon. Ils courraient tous les 2 et ils se sont percutés de plein fouet. Lui a basculé en arrière et sa tête a heurté le bord du toit du bâtiment (une salle en forme de tipi, avec le toit qui descend au sol à plusieurs endroits), et l’autre garçon a perdu connaissance quelques secondes en tombant sur le sol, mais ne semble rien avoir à part une douleur au genou.

Loulou ne nous laissait pas regarder sa tête, il retirait  nos mains à chaque fois qu’on essayait de dégager les mèches de cheveux qui nous empêchaient de voir. Il râlait, rejetait toutes les personnes qui approchaient pour prendre de ses nouvelles. Et, il y en avait! Là a commencé le bal des experts. Il y avait la dame qui disait que ce n’était rien mais qu’il fallait surveiller, celle qui a parlé d’urgences et de points, celui qui a dit qu’il fallait rentrer chez nous pour mettre de la bétadine, le spécialiste en strips. Tout le monde y allait de son avis ou de son histoire. On nous a dit que les pompiers avaient été appelés, mais finalement un parent d’élève, pompier, nous a dit qu’il valait mieux qu’on prenne notre fils sous le bras et qu’on l’emmène nous-mêmes aux urgences pédiatriques, à ½ heure de route.

Ce que nous avons fait.

Sur place, nous avons retrouvé la maman de l’autre petit garçon, venue par ses propres moyens malgré la perte de conscience, et qui avait eu de son côté toutes les versions possibles de l’histoire. Elle ne savait même pas s’il était vraiment tombé dans les pommes ou pas. L’interne qui a examiné Loulou nous a d’abord parlé de points (minimum 4), puis est allé chercher une pédiatre qui nous a parlé de colle, et d’une technique permettant d’enrouler les cheveux pour bien fermer la plaie. J’étais soulagée à un point, vous ne pouvez pas savoir.
Loulou était calme, plutôt dans de bonnes dispositions.
Et puis l’interne est revenu, avec une agrafeuse. Le choc. Il n’était plus question de points, ni de colle, mais d’agrafes, juste parce que c’est l’arrière du crâne. Une infirmière a fait respirer du gaz hilarant à Loulou, qui ne disait trop rien pendant que l’interne rasait ses cheveux, mais il s’est mis à hurler à la 1ère agrafe. L’interne ne savait plus quoi faire, il hésitait, Loulou se débattait. Alors il a décidé de lui faire une piqure de sédatif, directement dans la plaie. Loulou a hurlé de plus belle, l’infirmière et son Papa n’arrivaient pas à le tenir. Moi je ne voulais pas y aller, être encore 1 de plus à le torturer comme ça. Une 2ème infirmière est arrivée, elle l’a emmailloté dans un drap, et l’interne a fini rapidement son travail alors que Loulou était attaché et maintenu par 3 personnes. J’en pleurais tellement il avait l’air de souffrir, il criait que le docteur faisait exprès de lui faire mal. Au final, 5 agrafes et une plaie pas belle du tout à regarder. J’imagine la cicatrice qu’il aura et qu’on aurait pu éviter, mais est-ce que tout cela a vraiment de l’importance ?

Quand nous sommes rentrés, il pleuvait de nouveau très fort, et la kermesse touchait à sa fin. Loulou a voulu y faire un tour, et il a été accueilli comme le héros de la fête. Il n’y avait plus grand monde, mais tous ont été aux petits soins avec lui, le couvrant des cadeaux qui restaient, de gâteaux, de bonbons. Si Loulou n’était qu’un petit garçon parmi tant d’autres, il est certain qu’aujourd’hui plus personne n’ignore qui il est.

Il a été incroyablement courageux. Il n’y a eu qu’un seul réveil la nuit qui a suivi, mais nous sommes allés plusieurs fois nous assurer que tout allait bien. Le lundi, il n’avait pas envie d’aller à l’école pour tout raconter, mais ça lui a bien plu finalement, d’être le centre de l’attention, et surtout de celle de son amoureuse.
Bon avec cette histoire il reste persuadé que le médecin a fait exprès de lui faire mal (même si après il a essayé de se rattraper comme il a pu en lui faisant un bonhomme avec un gant en latex), et je suis sûre que c’est fichu pour qu’il fasse médecine plus tard (rhooo, l’autre là hé! 😉 ). Nous avons eu une énorme frayeur, mais il aurait pu tomber encore plus mal. Je regrette juste, sonnée par tout ce qui se passait, de ne pas avoir insisté pour revoir la pédiatre qui avait parlé de colle, parce que maintenant il va falloir les retirer ces agrafes, et j’angoisse déjà à cette idée… Sans parler de la privation de baignade tout cet été, les vacances s’annoncent rocambolesques, youpi !

Héros malgré lui 2

Et Loulette dans tout ça? Et bien lorsque je me suis précipitée vers son frère, je l’ai posée direct dans les bras de ma Belle-Mère. Puis nous sommes partis aux urgences, en lui ayant expliqué avant ce qu’il se passait, et pourquoi on partait sans elle. Je lui ai demandé si elle avait compris, elle a répondu oui. Comme a son habitude, elle s’est laissé faire, n’a rien dit, a bien mangé en compagnie de ses Papis-Mamies, et est allée se coucher pour la sieste sans faire de difficultés. Comme toujours ma Loulette. Bonne pâte. A notre retour, je suis allée la réveiller. Et j’ai retrouvé le mur de sa chambre complètement dévasté. Son beau mur recouvert de stickers de fées et d’étoiles, sur lequel j’avais passé une ½ journée, que j’adorais. Elle a tout décollé, et déchiré méticuleusement. Soigneusement. Et avec le sourire.

Le feu qui dort…

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Loulou des bois »

39 réponses à “Le héros de la kermesse”

  1. Ben dis donc, une sacrée journée que vous avez passé… Ton récit me fait froid dans le dos, on a vécu exactement la même chose avec une Nana de 20 mois. La plaie à la tête qui saigne tellement, les agrafes, le gaz hilarant qu’ils m’ont demandé de tenir à moi, Maman en larmes.

    N’aie crainte pour enlever les agrafes, ça n’est rien du tout, ça tire à peine un tout petit peu (souvenir de césa + Nana qui n’a même pas bronché une seconde !)

    Bon courage à toi et à ton loulou !

    • malise dit :

      Oh dis-donc, je n’aurais jamais pu tenir le gaz, ma pauvre! Agrafes demain, je croise tout pour que ça se passe aussi bien que tu le dis! 🙂

  2. Aloès dit :

    Oh my god !! Pour une journée de parenthèse, elle s’est posée là ! Bon, c’est quand qu’elle tourne la roue, là, pour vous lâcher un peu ?!
    Des bisous

    • malise dit :

      Pfff ne m’en parle pas! Ce n’est pas encore parti pour se calmer, mais les vacances arrivent, on va dire que c’est ce qui va tout changer. On va dire ça hein? Hein? 😉

  3. mamandoudouce dit :

    Tu parles de journée de parenthèse…. Purée, je suis toute retournée pour toi et ton loulou! Heureusement, que finalement, ça se finit pas trop mal mais oups…
    J’espère que tout le monde va bien et que tu vas réussir à te poser un peu et souffler.
    Pour Loulette, sa manière à elle, de vous rappeler qu’elle est là. Petite chipie qui a assuré malgré tout ^^
    Je te fais de gros bsious

    • malise dit :

      C’est sûr qu’elle n’a pas trop l’habitude d’être « abandonnée » Loulette, et elle nous l’a bien montré. C’est tellement rare, je n’en revenais pas!

  4. Marie Kléber dit :

    Toi qui pensais passer une bonne et douce journée, tu n’as pas dû être déçue…
    C’est vrai que les enfants, ça crée du souci quand même. Ce qui me scie, c’est que chaque médecin avait son idée sur comment régler le problème. Il a été courageux ton petit homme, ils ont eu raison de l’accueillir en héros au retour.
    J’espère que tu te remets de tes émotions Malise. Et surtout que les vacances sont bientôt là pour te permettre de souffler un peu.
    Bises

    • malise dit :

      Je m’en remets… jusqu’à demain pour le retrait des agrafes! :/ Mais le plus important c’est que Loulou n’en parle plus, lui, alors on ne va surtout pas le faire…

  5. Lucky Sophie dit :

    Oh ma pauvre 🙁 Bon courage ! Bises !

    • malise dit :

      Merci Sophie, beaucoup de peur et un gros bobo, mais on va essayer de passer à autre chose… La prochaine étape, après le retrait des agrafes, va être de le convaincre de mettre un bonnet de bain tout l’été. Pas gagné gagné!

  6. Pffff dit :

    Article qui fait pitié, non pas pour l’incident mais pour cette façon d’aborder les soins médicaux comme s’il s’agissait d’une torture ou le pauvre chouchou serait maltraité. Franchement la société de l’enfant roi, ça commence à devenir glauque. Bientôt les parents foutront les médecins au tribunal parce qu’il a osé planter une agraphe dans le crâne de chouchou pour le recoudre. Vous êtes malades avec vos gosses. Allez vous faire soigner. Dans a génération, on allait aux urgences, on pleurait mais on en faisait pas tout un plat. Les soins sont une bénédiction, pas une zone de torture.

    • malise dit :

      « Cher »Pffff, depuis 2 ans que je blogue je n’avais jamais eu de commentaire anonyme. C’est donc fait avec le vôtre, tellement affligeant que j’aurais pu ne pas le publier. Je ne remets pas en cause la chance que nous avons d’avoir accès à des soins médicaux si facilement, loin de là, j’en suis très consciente. Par contre en ce qui concerne la prise en charge de la douleur et de l’aspect psychologique, j’ai en effet des choses à redire. Nous ne sommes plus au Moye-Âge, mais puisque vous semblez le regretter, je vous propose de vous trouver une grotte et de ne plus en sortir. Ne pas vouloir que son enfant souffre, ce n’est pas le transformer en enfant roi, c’est juste être humain, qualité dont vous semblez grandement manquer. Il faut être un grand malade pour tenir des propos tels que ceux que écrivez ici. En conclusion, et sauf votre respect dont je n’ai rien à faire, je vous propose de retourner d’ou vous venez, un monde haineux et rétrograde…

      • FoxyMama dit :

        Je sais que c’est ton premier troll ma belle, mais ne répond pas, c’est inutile et c’est ce que l’autre méchant attend. Bisous et bon rétablissement a Loulou

        • malise dit :

          Merci Emma, je n’ai pas résisté à l’envie de lui répondre, mais en effet je crois que la prochaine fois je passerai outre. En espérant qu’il n’y en ai pas! :/ Bisous.

  7. Amandine M&N dit :

    Quelle prise en charge de la douleur pffff !!!! Ton loulou va être marqué (psychologiquement) à vie :/ Espérons qu’en grandissant il comprenne mieux ce qu’ils s’est passé… Gros bisous magiques à ton loulou et je plaint la pauvre infirmière qui va lui enlever les agrafes…

    • malise dit :

      J’avais très peur de ça aussi, surtout après son cauchemar de la 1ère nuit, mais il n’en a pas reparlé depuis. On verra demain pour le retrait des agrafes. On a décidé de le faire faire par une infirmière, et je vais veiller au grain! 😉

  8. lilyla dit :

    j’ai lu et bien pleuré pour vous … allez savoir pourquoi mais votre histoire m’a touché et jusqu’à la toute fin !!!

    • malise dit :

      Ohhh, je suis désolée, ce n’était pas mon objectif! ♥

      • lilyla dit :

        mais le principal de l’histoire c’est que vous avez grave géré !!! et que votre puce est cool car pas évident de se séparer vite dans un certain brouhaha, on ne comprend pas tout. La preuve c’est qu’elle s’est exprimée après coup à sa façon … en tout cas, chapeau je trouve franchement que vous relatez cela de façon très humaine !

  9. Lauréa dit :

    Olalala quelle angoisse :/ !! J’espère que ça va aller pour les agrafes 🙁

  10. Amandine dit :

    Ohh, l’histoire de la kermesse des écoles m’a donné de sacrés frissons…. Sans connaître Loulou, j’ai envie de lui faire plein de petits bisous pour son courage. Et puis, à toi surtout. parce que la peur que peut ressentir une maman c’est vraiment horrible. j’espere que vous vous en remettez tous, doucement.
    A bientôt 🙂

  11. Anne-Laure dit :

    Quelle angoisse, quel stress !!! J’espère que ça ira quand même pas tropmal pour retirer les agrafes.

    • malise dit :

      Ouch, oui, j’espère! On a essayé de trouver quelqu’un qui a l’habitude des enfants, on verra. En même temps c’est ce qu’on aurait pu attendre des urgences pédiatriques, pas vrai?! 🙁

  12. Mam'Zelle A dit :

    Wahou… déjà je suis estomaquée du commentaire précédent…
    pauvre Loulou, il a été très courageux ! J’ai eu des frissons au fur et à mesure de ma lecture… mais quelle frayeur.
    Quand à la chambre de Loulette…

    Plein de bisous pour vous rebooster ♥

  13. bbb's mum dit :

    Des enfants qui souffrent et qui se montrent bien courageux face au milieu hostile de l’hôpital j’en rencontre et en accompagne au quotidien, mais j’ai frissonné de stress en te lisant ! plein de bisous de réconfort à toute la petite famille <3

  14. Oh ma pauvre qu’elle histoire. Après coup on dit qu’il ne restera qu’une cicatrice mais j’imagine la frayeur que tu as pu ressentir en voyant ton loulou dans cet état … et le pauvre pas facile de subir tout ça … bon courage pour les agrafes 😉

  15. Ohlala quelle trouille! ça a du être terrible pour lui et pour vous quand il lui ont mis les agrafes. il est très courageux ton loulou.

  16. Violette dit :

    Ohlala, j’avais le coeur qui battait à toute vitesse en te lisant… Quelle épreuve pour Loulou et toi! J’espère qu’il va vite se rétablir et vous n’aurez pas de soucis avec le retrait des agrafes…

  17. Ton fils a voulu faire concurrence à ma Princesse et ses 5 points, hein, avoue !!!!! J’en frémis encore, rien que d’y penser….

  18. Karya dit :

    Quelle frayeur ! Je vous embrasse bien fort et vous souhaite des jours plus paisibles !

  19. Et beh, quelle frayeur ! J’espère que ça ne fera pas mal du tout de retirer les agrafes… Bisous et bon courage !

  20. De gros bisous à tous… Ton récit m’a serré le coeur. Je suis désolée de lire que la douleur a été double, tant sur le moment qu’ensuite, pendant les soins. Que ton fils passe le meilleur été possible, désormais. Courage pour les agrafes.

  21. edith dit :

    La vue du sang sur son petit fait toujours très peur! Heureusement rien de grave! Bon courage pour le retrait des agrafes. Ici nous avons testé la colle cutanée suite à une blessure sur le cuir chevelu (qui saignait beaucoup trop à mon goût). Certes pratique et non douloureuse, mais une bien grosse cicatrice depuis qui se voit souvent au milieu des cheveux pourtant bien fournis de mon second.
    Bonne journée

  22. ce blog est pour moi mon préféré !! je viens quand je fais une tite pause au boulot .. mais lààààà quelle aventure, votre façon de raconter l’histoire est tellement forte que j’avais l’impression d’être aux urgences avec vous ! j’ai mal pour le petit bout !
    j’espère qu’il va bien mieux
    tout plein de courage à vous :)*
    Marei

  23. ce blog est pour moi mon préféré !! je viens quand je fais une tite pause au boulot .. mais lààààà quelle aventure, votre façon de raconter l’histoire est tellement forte que j’avais l’impression d’être aux urgences avec vous ! j’ai mal pour le petit bout !
    j’espère qu’il va bien mieux
    tout plein de courage à vous :)*
    Marei

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *