malise
31 juillet 2014
6 dodos

Elle n’est quand même pas si loin, cette première fois où nous sommes montés dans notre voiture sans nous retourner, laissant notre bébé de 4 mois entre les mains aimantes de sa Mamie. Monaco, un palace et un massage nous attendaient. Nous avions tout prévu pour ne penser qu’à nous et redécouvrir à quoi pouvait bien ressembler une nuit complète.
Arrivés dans l’après-midi du samedi, nous repartions sur les chapeaux de roues le dimanche matin, pressés de retrouver notre Loulou qui avait monopolisé la conversation malgré son absence.

Un peu plus de 1000 kilomètres avalés en moins de 24 heures, il ne nous a pas fallu longtemps pour comprendre que, malgré toute notre bonne volonté pour faire comme si, nous n’étions plus nullipares. Et qu’un petit bonhomme de rien du tout avait investi notre coeur et nos pensées de façon irrémédiable.

Petit-à-petit, avec le temps, nos escapades se sont multipliées, et le fait que les enfants ne soient plus nourrissons a grandement facilité l’augmentation de la durée de nos séparations. Quand on n’a plus à s’inquiéter du respect d’un certain rythme, quand la logistique n’est plus un problème, quand la nourriture est la même pour tout le monde, tout est plus facile, on part la tête légère en croisant les doigts pour ne pas le payer au retour. Entendez par là, comme j’en ai déjà parlé à de nombreuses reprises : pour que les libertés prises chez les grands-parents ne soient pas considérées comme des acquis au retour à la maison. Non, chez nous on ne boit pas de sirop à tous les repas, et on ne tient pas la main jusqu’à ce que le marchand de sable daigne faire son office.

L’année dernière, ma Belle-Mère me disait encore qu’elle avait lu que les parents avaient tendance de nos jours à trop vouloir laisser leurs enfants, et qu’il fallait pour leur bien-être (aux enfants hein, pas aux grands-parents)(quoi que) respecter la règle suivante : 1 an/1 nuit, 2 ans/ nuits, etc. Nous avons suivi ses prescriptions à la lettre pour le grand … et pour la petite (aka le clone), qui ne veut de toute manière pas comprendre qu’elle n’a pas 5 ans puisqu’elle fait tout ce que fait son frère.

Alors voilà. Cette semaine, nous avons laissé nos loulous pour 6 dodos. 6 dodos punaise! Quand je l’ai dit à Loulette, je crois que j’ai eu la voix un peu tremblotante et la larme à l’oeil. Elle n’a pas réagi, alors j’ai insisté.
« Regarde tes doigts Loulette. Ça fait combien 6 dodos ? »
Elle m’a montré ses mains, levé 6 doigts, et elle a dit d’accord.

Bon, il est temps d’avouer la supercherie : si on hésite à laisser nos enfants, c’est surtout parce que c’est nous qui avons peur de nous ennuyer.

Passé le premier soir à écouter le silence et à regarder tourner l’heure en se disant qu’elle passe tout de même très lentement par rapport à d’habitude, passé l’euphorie de ne pas avoir d’horaires à respecter, de manger n’importe quoi, de retarder l’heure du réveil parce qu’on sait que pour une fois se sera bien lui qui nous réveillera le lendemain matin et pas un petit monstre matinal, quand on a rattrapé le retard dans le ménage/rangement/tri des photos/lecture/films, il y a un moment où, inévitablement, on se rend compte qu’on tourne un peu en rond. Que le silence est bien silencieux. Qu’on rigole bien, c’est vrai, mais que certaines petites grimaces ou pitreries commencent à nous manquer. Qu’on a une tendance accrue à faire défiler les 1500 photos des enfants sur son smartphone.

Bref, qu’ils nous manquent (enfin par pour le sommeil hein, vous me connaissez, j’ai déjà payé ma dette à la société en la matière!).

Alors je sais que je vais regretter ce que je suis en train d’écrire à peu près 10 minutes après les avoir récupérés samedi prochain, mais 6 dodos, c’est drôlement trop long pour une Maman!

mojito-menthe-cirton vert

Oui, bon. En vrai je vais arrêter de jouer les martyrs…

On en profite bien bien bien. Un peu trop, même! 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !
badge mapage hellocoton 125x25 white

Article publié dans : « Logistique familiale »

14 réponses à “6 dodos”

  1. Marie Kléber dit :

    Je me reconnais bien dans tes lignes Malise. Même si la séparation des dodos nous l’avons pratiqué très tôt, puisque je suis partie travailler sur Paris et que mon petit loup restait 4 dodos chez ses grands-parents, avant mon retour.

    Maintenant qu’il est plus grand, c’est plus simple. Je ne m’ennuie pas, j’ai trop de retard sur tout à rattraper quand il n’est pas là. Mais après quelques jours l’abasence se fait sentir et je le retrouve à me repasser les vidéos prises avec mon smartphone dès que j’ai une minute sous la main.

    Grosses bises Malise et bonnes vacances.

    • malise dit :

      Oh j’imagine comme ce devait être dur pour toi de laisser ton tout-petit si longtemps! Il m’a fallu quand même du temps pour pouvoir dépasser la nuit unique. Heureusement que c’est bien fini cette époque-là pour toi!

  2. matinbonheur dit :

    Nous on aura droit à 5 dodos child free la semaine prochaine et un joli programme de vacances en amoureux. J’ai hâte!

  3. Je suis en train de vivre la même chose que toi : ils sont partis dimanche et reviennent samedi … On en profite bien mais c’est vrai que c’est long pour maman 😉 J’attends avec impatience tous les soirs le petit coup de fil pour qu’ils me racontent leur journée …

    • malise dit :

      Ah ah, toi tu ne peux pas résister au coup de fil! Moi je t’avoue que la tentation skype a été très grande, mais les rares fois où nous l’avons fait ça a été encore plus compliqué. Les enfants n’ont pas la même conscience du temps que nous, alors autant ne pas se rappeler à eux pour éviter les crises…

  4. Alice dit :

    Pour la première fois, nous sommes collés aux Blonds durant toutes les nuits des deux mois et heu… comment dire… une escapade en amoureux serait la très bienvenue.
    Alors profitez !

  5. catongg dit :

    Mojito Power !!!
    Oui c’est long 6 dodos, mais c’est indispensable de se retrouver en couple de temps en temps, juste vous deux…
    Enjoy !

  6. Skyforged dit :

    Eh oui, c’est toujours la même rengaine. On est pressés de les larguer chez Papy-Mamie, puis ils nous manquent à en crever quand ils ne sont plus là, on a hâte de les retrouver, et une fois la chose faite, il ne nous faut pas plus d’une heure pour regretter de pas les avoir laissé plus longtemps ><
    Je parle en connaissance de cause, j'ai récupéré les miens il y a une semaine…

    • malise dit :

      C’est exactement ça. Quand on ne les a pas on regarde sans cesse les photos d’eux, et quand on les retrouve … et bien on voudrait ne les voir qu’en photo! 😉

  7. easy2family dit :

    merci pour ce récit..en effet les enfants surtout les tout petit, on un pouvoir magique sur les parents..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *