malise
8 septembre 2015
Ce qu’il reste de l’amitié

J’ai bien reçu ton mail, dimanche. Je l’ai reçu mais il m’a fallu quelques minutes avant de réaliser qu’il venait bien de toi, tellement ce qui était noté en objet m’a paru incroyable.

Je l’ai ouvert, et j’ai lu tes mots. J’ai contemplé longuement les images qui les accompagnaient. Et les vannes se sont ouvertes.

Je ne saurais te dire à quel point j’ai été touchée en plein coeur.

J’ai pleuré de joie pour toi, de savoir que tu n’avais pas perdu espoir, et que ton rêve le plus cher s’était enfin réalisé.
J’ai pleuré de honte, aussi. Une fois de plus, je n’ai pas été là.
Et j’ai pleuré de chagrin, de le découvrir comme ça. Un mail envoyé à tout le monde. Moi, au milieu de tout le monde, moi, qui ne suis rien de plus à présent.

L’être humain est étrange. Je trouve surprenant de voir à quel point il est facile avec les années de tirer un trait sur les histoires d’amour passées, mais comme il est impossible de ne plus penser à ceux qui ont été nos amis. Nous ne nous voyons plus, et pourtant je continue à te considérer comme ma meilleure amie. La faute aux souvenirs si nombreux, aux bons moments rangés comme des trésors dans un coin de mon coeur. La faute à la nostalgie d’une vie qui ne pourrait plus exister, quoi qu’il en soit.

J’ai pourtant été tellement heureuse de te revoir. Notre complicité était toujours intacte, pas vrai? Malgré les rancoeurs, malgré les non-dits. Malgré les chemins que nous avions suivis et qui peinaient à se rejoindre.

Nous n’avons pas réussi à nous retrouver.

On va dire que c’est la vie qui veut ça, nous sommes tous logés à la même enseigne. Nous avons vieilli, nous avons grandi.
Comment réussir à caser les amis dans des semaines bien chargées, dans des week-ends tant attendus pour respirer? Maintenant, l’amitié est planifiée des semaines, des mois à l’avance. On a du mal à appeler le soir, on repousse et puis on oublie de répondre aux mails. Je vois bien celle que je suis devenue. La tête dans le guidon, le joug du quotidien. Autour des enfants, de mon Amoureux, il n’y a plus grand chose. Il n’y a plus beaucoup de place pour les autres.

Nos priorités étaient très différentes, mais j’ai bien vu qu’il en était de même pour toi.

Alors nous n’avons pas réussi à nous retrouver.

Et maintenant que tu es Maman, je ne peux qu’imagine ton bonheur et te souhaiter en pensées la plus jolie des vies de famille.

Il reste de notre amitié une infinie tendresse et beaucoup de regrets. Et des mots, couchés ici, pour alléger la douleur…

malise amitié

Rendez-vous sur Hellocoton !instagram malise
Article publié dans : « Vis ma vie »

 

 

 

 

 

35 réponses à “Ce qu’il reste de l’amitié”

  1. Carole Selky dit :

    Peut être que sa nouvelle maternité vous rapprochera ? J’ai lu toute votre histoire pour le coup. .. C’est beau et trisounet à la fois… Mais ptet que tout n’est pas perdu .
    Bises

    • malise dit :

      Je ne sais pas si cela va nous rapprocher, et malheureusement je ne crois pas… Il y a des choses sur lesquelles on ne peut pas revenir… Grosses bises jolie jeune mariée! 🙂

  2. anyuka dit :

    Quel beau texte, qui laisse transparaitre tant de sentiments, de mélancolie, un peu de regrets aussi… Peut-être que la page n’est pas définitivement tournée et que ce peut-être le début de quelque chose d’autre ?

  3. maman@home dit :

    Il est beau ce texte Malise et c’est tellement ça la vie oui. C’est déjà chouette de vous êtes retrouvées autour de cette naissance.

  4. marie kléber dit :

    Tant de magie et de souvenirs. Et puis le vide que laisse l’amitié qui passe, s’en va. On devient un numéro dans une liste de mails. C’est triste, douloureux aussi. Je crois que rien ne nous y prépare et que la blessure reste longtemps ouverte, comme si aucune amitié ne pouvait en remplacer une autre.
    Je t’embrasse fort Malise

  5. Madame Sioux dit :

    J’en ai eu plusieurs des amies très chères, perdues comme ça. Même avant d’être maman et que nos vies puissent se séparer pour cette raison (parfois) évidente.
    La dernière en date, datant de oa fac, avec laquelle je n’ai toujours pas bien compris l’éloignement, s’est rapprochée de moi quand elle a su qu’elle allait être maman a son tour. Mais finalement, c’était vain. Elle n’avait pas de temps à me consacrer, c’est sûr que c’est plus facile qu’on est proches géographiquement et qu’on peut se faire un déjeuner ou une soirée de temps en temps.
    Et puis ma nouvelle super amie, de ma vie d’ici et de maman, vient de partir vivre en Bretagne. C’est pas simple de nos jours, avec des vies aussi mobiles que les nôtres. Je ne sais pas si on arrivera à garder suffisamment le contact mais j’aimerais tellement, c’est rare de trouver des âmes jumelles.
    Et j’ai souvent eu l’impression d’être celle des deux qui s’attachait davantage à la relation.
    Je comprends vraiment ton émotion. L’amitié, ça peut faire aussi mal que l’amour. C’est difficile de dire aurevoir à ce qui semblait évident sans s’en sentir dépourvue, sans avoir l’impression que quelque chose nous manque…

    • malise dit :

      Oh comme tes mots font écho en moi, c’est terrible… Je n’ai pas connu de départ d’ami(e)s connus pendant ma vie de Maman, mais ce doit être très difficile aussi. Il y a peut-être moins de souvenirs, de nostalgie, mais très certainement un énorme vide surtout quand les vies sont semblables et qu’il n’y a pas de décalage…

  6. coraliecca dit :

    Ca résonne en moi tout ça…
    Une forte amitié, les 400 coups ensemble jusqu’a nos 20 ans et puis des incompréhensions, l’envie d’y croire encore, des nouvelles par ci par là, et maintenant quelques likes sur nos photos respectives sur FB …et pourtant je pense souvent à elle, j’aimerai tellement connaître ses enfants et qu’elle connaisse les miens…
    Bisous

    • malise dit :

      Vous vous connaissez un peu via FB tout de même, non? Finalement les réseaux sociaux peuvent peut-être maintenir un lien, même s’il est ténu… Mais j’imagine comme ce doit être frustrant de ne savoir l’autre présent que via des likes interposés. Dana mon cas nous n’utilisons FB ni l’une ni l’autre, je ne sais pas ce que cela aurait pu changer…

  7. Lorelei dit :

    c’est très beau ce que tu dis…eh oui parfois, souvent, la vie, les priorités changent, les sujets de discussion communs se font plus rares….et on s’éloigne….je connais bien ça….

    je t’embrasse

  8. Eleanor dit :

    J’ai découvert ta note via Hellocoton et je voulais te dire qu’elle m’a beaucoup touchée. Je suis même émue car ta note, elle me parle. Ce que tu ressens, je l’ai ressenti aussi, et je le ressens d’ailleurs peut-être toujours. Celle qui a été ma meilleure amie pendant près de 10 ans est devenue presque une étrangère, on a changé. Désormais, on a du mal à se comprendre et notre complicité s’est évaporée. Elle a eu une petite fille il y a bientôt 6 mois et je suis triste de me dire que je ne serais pas grand chose pour cette petite fille, alors que je pensais il y a longtemps que je serais sa marraine, sa tante de cœur. Aujourd’hui, nous vivons à plus de 700km l’une de l’autre et je ressens toujours cette pointe de nostalgie quand je regarde des photos ou que je me rappelle certains moments partagés ensemble.

    • malise dit :

      Merci Eleanor pour ces mots dans lesquels on sent bien la tristesse que tu ressens… Je ne serai hélas pas bonne conseillère ne sachant pas moi-même quoi faire pour que les choses évoluent, mais je te comprends tellement…

  9. Ptisa dit :

    garder une amitié c’est super dur, c’est du travail. Avec une amie, on mange ensemble à peu près une fois par mois, en dehors de ça quelques textos et mails. Ma meilleure amie, lorsqu’elle a eu son 1er enfant, je ne lui ai plus trop parlé, moi les bébés c’était pas mon truc, le sien ne m’intéressait pas plus que les autres. Ensuite nous avons eu un bébé en même temps et la communication était plus facile, même si elle est à 400 km et que je la voie 1h par an, on tchate pratiquement tous les jours en s’envoyant des photos, rien n’était donc perdu !

    • malise dit :

      C’est joli ce que tu dis, et c’est bien la preuve que certaines amitiés peuvent durer malgré les distances… Mais je vois aussi que vous n’avez jamais réellement perdu le lien qui vous uni, il n’y a jamais vraiment eu de séparation…

  10. Isabelle de Guinzan dit :

    C’est beau mais c’est triste :/ Une naissance, ça resserre parfois des liens, ça peut rapprocher, qui sait ? J’attends mon premier enfant et ma meilleure amie a accouché en mars. Elle n’est pas aussi présente pour moi qu’elle le voudrait, mais elle arrive toujours à m’écrire un petit mail au minimum et c’est tellement précieux pour moi. Je n’imagine pas perdre ça…

    • malise dit :

      Je te comprends Isabelle, et je t’envie. Je crois que sa présence m’a beaucoup manqué lorsque mes enfants étaient petits, mais c’est elle qui ne souhaitait pas être présente. Aujourd’hui qu’elle est Maman, je me demande si elle comprends plus de choses…

  11. Ton texte est très émouvant et je ne peux m’empêcher de repenser à celle qui était ma meilleure amie et que j’ai un peu perdu de vue, c’est cela, juste des « like » sur des photos FB, quelques commentaires, parfois un coup de fil, mais rien de plus. Et je connais aussi ces week-end tant attendus pour souffler et ces semaines surchargées où l’on n’a guère le temps de s’occuper de ses amis (surtout quand on a 3 enfants…). J’espère que tu arriveras à te rapprocher d’elle et à retrouver votre complicité d’antan.

    • malise dit :

      Merci beaucoup Christelle. Je n’ai pas beaucoup d’espoir, je crois que trop de temps est passé, et il va falloir que je finisse par admettre que nous n’avons plus aucun lien réel.

  12. J’ai vécu cela récemment aussi, j’ai revu celle que je considérais comme ma meilleure amie par hasard cet été. Elle était enceinte de presque 6 mois, et je n’en savais rien.

  13. Des mots touchants, des mots émus : la vie joue parfois le rôle d’élastique. Parfois elle crée des liens pérennes, parfois elle les distend.
    Je crois que l’on a tous, un jour ou l’autre, regretté des grandes amitiés qui ne sont plus les mêmes au fil de la vie. Je reconnais bien volontiers que cela fait mal. Mais cette nouvelle maternité, peut-être, qui sait : une porte vers quelque chose de plus souriant, de plus heureux ? Je vous le souhaite de tout cœur.

  14. Oh quel article émouvant !! la véritable amitié c’est bien justement de se retrouver après des années de séparation, comme si on ne s’était pas quittés. je te souhaite de retrouver cette personne que tu considères encore comme meilleure amie. pour moi les véritables amitiés/amours se retrouvent tjs !

  15. Delphine dit :

    Peut-être a-t-elle eu peur de te l’annoncer directement juste à toi?

  16. Delphine dit :

    Je ne sais pas. Peut-être a-t-elle eu peur d’une nouvelle intimité entre vous? En lisant votre histoire, j’ai peine à imaginer que tu n’es « rien de plus » à ses yeux. Et donc je me dis que c’est peut-être la crainte de ne pas trouver les mots justes? Ou la peur de mal si prendre, après autant de temps en distance? C’est juste une réflexion 🙂

    • malise dit :

      Oui je comprends mieux maintenant… Il y a certainement du vrai… Mais tu vois j’ai envoyé un mot et un petit cadeau pour la naissance, et je n’ai aucune nouvelle… C’est comme ça, je dois l’accepter!

  17. Delphine dit :

    Dis toi que les souvenirs restent. Et qu’elle s’en souvient aussi. Gros bisous!

Répondre à Carole Selky Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *