malise
23 juin 2015

Prenez un petit garçon qui vient d’avoir 6 ans et qui parle depuis des mois du jour où ses copains de l’école viendront passer quelques heures avec lui à sa maison (à condition qu’ils n’oublient pas de lui apporter des cadeaux hein, c’est quand même ça la priorité!);

8 commentaires. Voulez-vous laisser le vôtre ?
26 mai 2015

Ce matin quand tu nous as rejoints au petit-déjeuner, ton Papa t’a dit que 6 ans plus tôt, tu étais né depuis exactement 24 minutes. Moi je voulais te couvrir de bisous, et te montrer à quel point tu étais minuscule alors. Mais toi, tu n’en avais rien à faire de notre nostalgie et d’histoires aussi vieilles que toi.

10 commentaires. Voulez-vous laisser le vôtre ?
6 mai 2015

La classe de grande section de mon fils a réalisé dernièrement un très joli travail à propos du bonheur. Pour le printemps des poètes, chaque élève a inventé sa propre phrase sur le bonheur, exprimant ce qui le représente le mieux pour lui ou elle, puis l’a illustrée par un dessin.

18 commentaires. Voulez-vous laisser le vôtre ?
18 décembre 2014

J’ai lu un article hier, dans le Démotivateur, qui m’a fait pleurer comme une madeleine. La lettre d’un professeur intitulée « Chers parents, au sujet de CET enfant… », qui décrit de façon merveilleuse ce que l’on ne sait jamais à propos de certains enfants dont nous avons peut-être tous déjà entendu parler par l’intermédiaire de nos propres bambins.

42 commentaires. Voulez-vous laisser le vôtre ?
3 juillet 2014

Dans cette vie à 100 à l’heure que je mène en ce moment, je vous avoue que j’attendais avec impatience cette petite parenthèse que devais représenter samedi dernier la journée spectacle de l’école/repas/kermesse.

Pour une simple et bonne raison (bon, 3, en fait!) : parce que cela me permettait de ne pas avoir à réfléchir, ni à préparer le repas de samedi midi, et parce que cela allait occuper nos monstres TOUTE la journée, incredible

39 commentaires. Voulez-vous laisser le vôtre ?
26 mai 2014

Je ne sais pas Loulou. Je crois, oui, un peu.

Parce qu’à 5 ans on n’a plus besoin de son Papa ni de sa Maman pour marcher, s’habiller, manger, se brosser les dents, se laver, aller aux toilettes. A 5 ans, on connait les jours, les heures. On peut se lever tout seul pour aller prendre son petit déjeuner. On sait ce qu’on aime, et ce qu’on n’aime pas. On se rappelle de tout. Des gens, des moments, de ce qu’on a fait. On réclame de grandir encore et encore, et on prouve qu’on sait faire des tas de choses. On fait du vélo sans roulettes, et de la trottinette en prenant des virages tellement vite que le coeur de Maman manque plusieurs battements.

30 commentaires. Voulez-vous laisser le vôtre ?
15 avril 2014

Il y a un peu plus de 5 ans 1/2, quand j’ai appris que j’étais enceinte d’un petit garçon, je n’ai pas imaginé une seconde toutes les surprises qui m’attendaient. J’avais un frère plus jeune de 6 ans, et je pensais naïvement que tous les jeunes individus de sexe masculin se comportaient de la même manière. Mon frère était d’un naturel plutôt calme à tendance collante, et il pouvait rester des heures voire des journées entières à aligner ses majorettes les unes derrière les autres sans éprouver le moindre soupçon d’ennui.

16 commentaires. Voulez-vous laisser le vôtre ?
23 février 2014

Voilà bien longtemps que je ne vous avais pas conté les aventures cyclistes de notre Fangio local. Il faut dire qu’il s’en est passé des choses depuis qu’il a abandonné sa draisienne aux mains (et surtout aux jambes) extrêmement moins motivées de sa cadette.

Il y a d’abord eu son ancienne école, dans laquelle de petits vélos à pédales étaient mis à disposition des enfants pendant les récréations. Motivé par les copains, Fangio a mis tout son coeur à apprendre à pédaler.

20 commentaires. Voulez-vous laisser le vôtre ?
16 février 2014

Il se fabrique des masques,
Qu’il remplit de couleurs.
Des masques pour faire peur,
Des masques pour faire rire,
Mais qui laissent découvrir son si joli sourire.

Il construit des fusées et des vaisseaux,

20 commentaires. Voulez-vous laisser le vôtre ?
12 septembre 2013

4 ans… L’âge de la démesure, l’âge de la déraison, l’âge des excès. Débordements de tendresse, amoncellement de questions plus ou moins existentielles, ivresse des connaissances, sentiments exacerbés, rages incontrôlées (et incontrôlables).

4 ans… Cet âge qui fait passer le désormais fameux « terrible two » pour une vaste mascarade.

Notre grand garçon, tellement charmeur, tellement sensible, peut être tour à tour incroyablement adorable, puis juste parfaitement détestable.

14 commentaires. Voulez-vous laisser le vôtre ?